La dernière étude du Lancet remet en question les limites des vaccins

The Lancet vient de publier une autre étude comparant l’efficacité des vaccins COVID à l’efficacité de la protection fournie par les infections COVID précédentes. Leur conclusion : si les vaccins réduisent le risque d’infection par la variante delta au sein des ménages, les personnes entièrement vaccinées restent vulnérables à une infection « percée » si une personne avec laquelle elles vivent est infectée.

Qui plus est, les personnes qui ont été vaccinées contre le COVID peuvent être tout aussi infectieuses que les personnes non vaccinées, selon l’étude.

La nouvelle étude, qui a été publiée jeudi dans le Lancet, la revue médicale britannique qui a publié certaines des premières recherches sur le COVID, est l’une des rares à utiliser des données détaillées sur l’infection à partir d’exemples réels de transmission domestique, et elle a montré que – comme nous l’avons noté ci-dessus – les charges virales des patients vaccinés et non vaccinés infectés par le COVID sont « largement similaires ».

L’étude a porté sur 621 personnes au Royaume-Uni présentant des infections légères par le COVID, identifiées par le système britannique de recherche des contacts.

Les données ont montré que le statut vaccinal ne fait pas une grande différence dans la capacité à transmettre le COVID à d’autres personnes.

Environ 25 % des membres vaccinés d’un ménage ont ensuite été testés positifs au virus après un contact étroit avec un membre du ménage présentant un cas confirmé de COVID. Ce chiffre est à comparer aux 38 % d’infection chez les personnes qui n’ont pas été vaccinées.

Ces données montrent que la variante delta a une « plus grande capacité à briser les défenses du vaccin par rapport aux prédécesseurs ».

« Nos résultats montrent que la vaccination seule ne suffit pas à empêcher les personnes d’être infectées par la variante Delta et de la propager dans les foyers », a déclaré le professeur Ajit Lalvani de l’Imperial College de Londres, codirecteur de l’étude.

L’auteur de l’étude a déclaré que la baisse des taux de transmission entre les patients vaccinés n’est qu’une raison supplémentaire de se faire vacciner, même si elle n’est pas particulièrement convaincante.

Auteur de l’étude :

« La transmission continue que nous observons entre les personnes vaccinées fait qu’il est essentiel que les personnes non vaccinées se fassent vacciner pour se protéger contre l’infection et le Covid-19 sévère, d’autant plus que davantage de personnes passeront du temps à l’intérieur, à proximité les unes des autres, pendant les mois d’hiver »

L’étude souligne également l’importance pour les personnes vulnérables de faire des rappels, car elle montre aussi que l’immunité vaccinale s’estompe avec le temps.

Professeur Ajit Lalvani

« Nous avons constaté que la susceptibilité à l’infection augmentait déjà quelques mois après la deuxième dose de vaccin. Les personnes qui peuvent prétendre à des rappels de Covid-19 devraient donc les recevoir rapidement ».

Après un résumé de ses conclusions, le Lancet a écrit l' »interprétation » de l’étude : « La vaccination réduit le risque d’infection par la variante delta et accélère la clairance virale. Néanmoins, les personnes entièrement vaccinées présentant une infection percée ont une charge virale maximale similaire à celle des cas non vaccinés et peuvent transmettre efficacement l’infection dans les foyers, y compris à des contacts entièrement vaccinés. Les interactions hôte-virus au début de l’infection peuvent façonner l’ensemble de la trajectoire virale. »

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s