20 études démontrant que l’imposition des vaccins n’est pas fondé sur la science

Ils démontrent que ces mandats n’apportent aucun avantage global à la communauté en matière de santé et peuvent même être nuisibles.

Au contraire, la décision d’accepter le vaccin devrait être prise par les individus en fonction de leur propre évaluation des risques, en consultation avec des professionnels de santé informés.

Plus d’un tiers des médecins et cliniciens ne sont pas d’accord avec les mandats de vaccination Covid, y compris la politique de vaccination Covid du gouvernement fédéral pour les employeurs, selon une enquête récente menée par Adaptive Medical Partners (AMP), une société nationale de recrutement dans le domaine de la santé basée à Irving, au Texas.

Récemment, dans un discours puissant contre les mandats de vaccination, Christine Anderson, membre du Parlement européen, a déclaré : « Je ne serai pas réduite à un simple cobaye vacciné avec un médicament expérimental. »

S’abonner à GreatGameIndia
Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à GGI et recevoir des notifications de nouveaux messages par e-mail.

Entre-temps, une victoire modeste mais significative a été remportée lorsque le Sénat français a rejeté la proposition d’un sénateur socialiste visant à rendre le vaccin expérimental COVID obligatoire pour tous les citoyens vivant en France.

Les responsables de la santé publique sont aux prises avec la réalité d’un nombre croissant de personnes entièrement vaccinées qui contractent des infections au Covid-19, sont hospitalisées, voire meurent du Covid.

Alors que les Centers for Disease Control (CDC) insistent sur le fait que la vaccination reste la meilleure solution, de nombreuses personnes se demandent si elles ont une meilleure immunité après avoir été infectées par le virus et avoir guéri, que si elles sont vaccinées.

Vous trouverez ci-dessous 20 études scientifiques qui montrent que le mandat de vaccination n’est pas fondé sur la science.

1) Aucune différence significative dans la charge virale entre les groupes vaccinés et non vaccinés, asymptomatiques et symptomatiques, lorsqu’ils sont infectés par la variante Delta du CoV SRAS-2, Acharya, 2021.

« Aucune différence significative n’a été constatée dans les valeurs seuils des cycles entre les groupes vaccinés et non vaccinés, asymptomatiques et symptomatiques, infectés par le SRAS-CoV-2 Delta. »

2) Les personnes vaccinées et non vaccinées ont des charges virales similaires dans les communautés à forte prévalence de la variante delta du SRAS-CoV-2, Riemersma, 2021.

Émanation du SRAS-CoV-2 infectieux malgré la vaccination lorsque la variante Delta est prévalente – Wisconsin, juillet 2021

 » Aucune différence dans les charges virales lorsqu’on compare les individus non vaccinés à ceux qui ont des infections  » percées  » par le vaccin. En outre, les individus présentant des infections percées par le vaccin sont fréquemment testés positifs avec des charges virales compatibles avec la capacité d’excréter des virus infectieux… si les individus vaccinés sont infectés par la variante delta, ils peuvent être des sources de transmission du SRAS-CoV-2 à d’autres personnes… les données corroborent l’idée que les individus vaccinés qui sont infectés par la variante delta peuvent avoir le potentiel de transmettre le SRAS-CoV-2 à d’autres personnes. »

3) Comparaison de l’immunité naturelle du SRAS-CoV-2 et de l’immunité induite par le vaccin : réinfections versus infections percées, Gazit, 2021.

« L’immunité naturelle confère une protection plus durable et plus forte contre l’infection, la maladie symptomatique et l’hospitalisation causées par la variante Delta du SRAS-CoV-2, par rapport à l’immunité induite par le vaccin à deux doses BNT162b2… Les vaccins contre le SRAS-CoV-2 n’ayant jamais été administrés présentaient un taux de 13. 06 fois (IC 95 %, 8,08 à 21,11) le risque de percée de l’infection par la variante Delta par rapport aux personnes déjà infectées « … para 27 fois le risque de COVID symptomatique et 8 fois le risque d’hospitalisation (vaccinés par rapport aux non vaccinés).

4) Efficacité de la vaccination contre le Covid-19 contre le risque d’infection symptomatique, d’hospitalisation et de décès jusqu’à 9 mois : Une étude de cohorte de la population totale suédoise, Nordström, 2021

 » Rapport sur leur étude qui montre que (la cohorte comprenait 842 974 paires (N=1 684 958), incluant des individus vaccinés avec 2 doses de ChAdOx1 nCoV-19, mRNA-1273, ou BNT162b2, et des individus non vaccinés appariés) « l’efficacité vaccinale du BNT162b2 contre l’infection a diminué progressivement de 92% (IC 95%, 92-93, P<0-001) aux jours 15-30 à 47% (IC 95%, 39-55, P<0-001) aux jours 121-180, et à partir du jour 211 aucune efficacité n’a pu être détectée (23% ; 95% CI, -2-41, P=0-07) » … alors que le vaccin fournit une protection temporaire contre l’infection, l’efficacité décline en dessous de zéro puis en territoire d’efficacité négative à environ 7 mois, soulignant que les vaccinés sont très sensibles à l’infection et finissent par être fortement infectés (plus que les non vaccinés).

5) Diminution de la protection du vaccin BNT162b2 contre l’infection par le SRAS-CoV-2 au Qatar, Chemaitelly, 2021

« L’étude du Qatar qui a montré que l’efficacité du vaccin (Pfizer) diminuait pour devenir quasi nulle au bout de 5 à 6 mois et même que la protection immédiate après un à deux mois était largement exagérée… La protection contre l’infection induite par le BNT162b2 semble s’estomper rapidement après son pic juste après la deuxième dose. »

6) Transmission de la variante Delta du SRAS-CoV-2 parmi les travailleurs de la santé vaccinés, Vietnam, Chao, 2021

Examen de la transmission de la variante Delta du SRAS-CoV-2 parmi les travailleurs de la santé vaccinés au Vietnam. 69 travailleurs de la santé ont été testés positifs pour le SARS-CoV-2. 62 ont participé à l’étude clinique. Les chercheurs ont rapporté que « 23 séquences génomiques complètes ont été obtenues. Elles appartenaient toutes à la variante Delta et étaient phylogénétiquement distinctes des séquences contemporaines de la variante Delta obtenues à partir de cas de transmission communautaire, ce qui suggère une transmission continue entre les travailleurs. Les charges virales des cas d’infection percée par la variante Delta étaient 251 fois plus élevées que celles des cas infectés par les anciennes souches détectées entre mars et avril 2020. »

7) Flambée d’infections par le SRAS-CoV-2, y compris les infections de rupture du vaccin COVID-19, associées à de grands rassemblements publics – Barnstable County, Massachusetts, juillet 2021, Brown, 2021

Barnstable, Massachusetts, juillet 2021 Une étude du CDC MMWR a révélé que sur 469 cas de COVID-19, 74 % sont survenus chez des personnes entièrement vaccinées. « Les personnes vaccinées avaient en moyenne plus de virus dans leur nez que les personnes non vaccinées qui ont été infectées. »

8) Une épidémie causée par la variante Delta (B.1.617.2) du SRAS-CoV-2 dans un hôpital de soins secondaires en Finlande, mai 2021, Hetemäki, 2021

« En conclusion, cette épidémie a démontré que, malgré une vaccination complète et un masquage universel des HCW, des percées d’infections par la variante Delta via des HCW symptomatiques et asymptomatiques se sont produites, provoquant des infections nosocomiales…une transmission secondaire s’est produite à partir des personnes présentant des infections symptomatiques malgré l’utilisation d’équipements de protection individuelle (EPI). »

9) Épidémie nosocomiale causée par la variante Delta du SRAS-CoV-2 dans une population hautement vaccinée, Israël, juillet 2021, Shitrit, 2021.

« Les EPI et les masques étaient essentiellement inefficaces dans le cadre des soins de santé. Les cas index étaient généralement entièrement vaccinés et la plupart (sinon toute la transmission) avait tendance à se produire entre les patients et le personnel qui étaient masqués et entièrement vaccinés, soulignant la transmission élevée du variant Delta parmi les personnes vaccinées et masquées… cette épidémie nosocomiale illustre la haute transmissibilité du variant Delta du SRAS-CoV-2 parmi les personnes doublement vaccinées et masquées. « 

10) Rapport de surveillance du vaccin COVID-19 Semaine 42, PHE, 2021

Rapport # 44 : PHE

Les informations de la page 23 soulèvent de sérieuses inquiétudes lorsqu’elles signalent que « l’affaiblissement de la réponse des anticorps N au fil du temps et (iii) les observations récentes des données de surveillance de l’Agence britannique de sécurité sanitaire (UKHSA) selon lesquelles les niveaux d’anticorps N semblent être plus faibles chez les personnes qui acquièrent l’infection après 2 doses de vaccination. » Il montre également une tendance prononcée et très inquiétante, à savoir que « les personnes doublement vaccinées présentent un taux d’infection plus élevé (pour 100 000) que les personnes non vaccinées, en particulier dans les groupes d’âge plus élevés, par exemple les 30 ans et plus ».

11) Diminution de la réponse immunitaire humorale au vaccin BNT162b2 Covid-19 sur 6 mois, Levin, 2021

« Six mois après la réception de la deuxième dose du vaccin BNT162b2, la réponse humorale a considérablement diminué, en particulier chez les hommes, chez les personnes âgées de 65 ans ou plus et chez les personnes immunodéprimées. »

12) Les augmentations de COVID-19 ne sont pas liées aux niveaux de vaccination dans 68 pays et 2947 comtés des États-Unis, Subramanian, 2021

« Les augmentations de COVID-19 ne sont pas liées aux niveaux de vaccination dans 68 pays et 2947 comtés des Etats-Unis. »

13) Durabilité des réponses immunitaires au vaccin BNT162b2 mRNA, Suthar, 2021

« Ils ont examiné la durabilité des réponses immunitaires au vaccin BNT162b2 mRNA. Ils ont analysé les réponses en anticorps à la souche homologue Wu ainsi qu’à plusieurs variantes préoccupantes, y compris la variante émergente Mu (B.1.621), et les réponses en lymphocytes T dans un sous-ensemble de ces volontaires six mois (210e jour après la primovaccination) après la deuxième dose… Les données démontrent une diminution substantielle des réponses en anticorps et de l’immunité en lymphocytes T contre le SRAS-CoV-2 et ses variantes, six mois après la deuxième immunisation avec le vaccin BNT162b2. »

14) Les anticorps anti-SARS-CoV-2 renforçant l’infection reconnaissent à la fois la souche originale Wuhan/D614G et les variantes Delta. Un risque potentiel pour la vaccination de masse ? Yahi, 2021

Il est rapporté que  » dans le cas de la variante Delta, les anticorps neutralisants ont une affinité réduite pour la protéine spike, tandis que les anticorps facilitateurs présentent une affinité remarquablement accrue. Ainsi, l’ADE peut être une préoccupation pour les personnes recevant des vaccins basés sur la séquence de pointe de la souche originale de Wuhan (que ce soit l’ARNm ou les vecteurs viraux). »

15) Hospitalisation parmi les infections à COVID-19 percées par le vaccin, Juthani, 2021

Identification de 969 patients admis dans un hôpital du Yale New Haven Health System avec un test PCR positif confirmé pour le SRAS-CoV-2… « On a observé un nombre plus élevé de patients présentant une maladie grave ou critique chez ceux qui avaient reçu le vaccin BNT162b2 que chez ceux qui avaient reçu le mRNA-1273 ou Ad.26.COV2.S. »

16) L’impact de la vaccination contre le SRAS-CoV-2 sur la transmission des variantes Alpha et Delta, Eyre, 2021

« Ils ont examiné l’impact de la vaccination contre le SRAS-CoV-2 sur la transmission des variantes Alpha et Delta. Ils ont rapporté que « si la vaccination réduit toujours le risque d’infection, les charges virales similaires chez les personnes vaccinées et non vaccinées infectées par la variante Delta remettent en question la mesure dans laquelle la vaccination empêche la transmission… les réductions de la transmission ont diminué au fil du temps depuis la deuxième vaccination, pour Delta, atteignant des niveaux similaires à ceux des personnes non vaccinées après 12 semaines pour ChAdOx1 et s’atténuant considérablement pour BNT162b2. La protection conférée par la vaccination chez les contacts a également diminué dans les 3 mois qui ont suivi la seconde vaccination… la vaccination réduit la transmission de Delta, mais moins que celle de la variante Alpha. »

17) Infection par le SRAS-CoV-2 après la vaccination chez les travailleurs de la santé en Californie, Keehner, 2021

« A rendu compte de la résurgence de l’infection par le SRAS-CoV-2 chez un personnel du système de santé hautement vacciné. La vaccination avec des vaccins à ARNm a commencé à la mi-décembre 2020 ; en mars, 76 % de la main-d’œuvre avait été entièrement vaccinée, et en juillet, le pourcentage était passé à 87 %. Les infections avaient considérablement diminué au début du mois de février 2021…  » coïncidant avec la fin du mandat du masque californien le 15 juin et la domination rapide du virus B.1 .617.2 (delta) qui est apparu pour la première fois à la mi-avril et représentait plus de 95 % des isolats de l’UCSDH à la fin du mois de juillet, les infections ont augmenté rapidement, y compris les cas parmi les personnes entièrement vaccinées… les chercheurs ont signalé que le « changement spectaculaire de l’efficacité du vaccin de juin à juillet est probablement dû à la fois à l’émergence de la variante delta et à la baisse de l’immunité au fil du temps. »

18) Transmission communautaire et cinétique de la charge virale du variant delta (B.1.617.2) du SRAS-CoV-2 chez des personnes vaccinées et non vaccinées au Royaume-Uni : une étude de cohorte prospective et longitudinale, Singanayagam, 2021

« Ils ont examiné la transmission et la cinétique de la charge virale chez des individus vaccinés et non vaccinés présentant une infection légère de la variante delta dans la communauté. Ils ont constaté que (chez 602 contacts communautaires (identifiés via le système britannique de dépistage des contrats) de 471 cas index britanniques de COVID-19, recrutés pour l’étude de cohorte Assessment of Transmission and Contagiousness of COVID-19 in Contacts et ayant fourni 8145 échantillons des voies respiratoires supérieures prélevés quotidiennement pendant 20 jours) « la vaccination réduit le risque d’infection par la variante delta et accélère la clairance virale. Néanmoins, les personnes entièrement vaccinées présentant des infections percutantes ont une charge virale maximale similaire à celle des cas non vaccinés et peuvent transmettre efficacement l’infection dans les foyers, y compris à des contacts entièrement vaccinés. »

19) Diminution de l’immunité après le vaccin BNT162b2 en Israël, Goldberg, 2021

« L’immunité contre la variante delta du SRAS-CoV-2 a diminué dans tous les groupes d’âge quelques mois après la réception de la deuxième dose de vaccin. »

20) Charges virales des infections percées par la variante delta du SRAS-CoV-2 après vaccination et rappel avec BNT162b2, Levine-Tiefenbrun, 2021

L’efficacité de la réduction de la charge virale diminue avec le temps après la vaccination, « diminuant significativement à 3 mois après la vaccination et disparaissant effectivement après environ 6 mois. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s