Près de 29 000 tonnes de plastique COVID flottent désormais dans les océans selon une étude

(EcoWatch) L’un des impacts de la pandémie de coronavirus a été l’introduction d’un nouveau type de déchets plastiques sous la forme d’équipements de protection individuelle (EPI) à usage unique.

Une étude publiée dans Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America calcule pour la première fois la quantité de ces déchets qui aboutissent dans les océans et ce qu’ils font une fois arrivés là.

« La pandémie de Covid-19 a entraîné une demande accrue de plastiques à usage unique qui intensifie la pression sur un problème mondial de déchets plastiques déjà hors de contrôle », ont déclaré au Guardian les coauteurs de l’étude, Yiming Peng et Peipei Wu, de l’université de Nanjing. « Les plastiques libérés peuvent être transportés sur de longues distances dans l’océan, rencontrer la faune marine et potentiellement entraîner des blessures, voire la mort. »

L’équipe de recherche dirigée par l’Université de Nanjing et l’Université de Californie (UC), San Diego, a examiné les déchets produits entre le début de la pandémie en 2020 et août 2021, selon un communiqué de presse de l’UC San Diego. Au total, l’étude a révélé que 193 pays ont généré plus de 8,4 millions de tonnes (environ 9,3 millions de tonnes américaines) de déchets plastiques spécifiques au COVID depuis le début de la pandémie, dont 25 900 tonnes (environ 28 550 tonnes américaines) ont fini dans les océans du monde.

Ces résultats ont été obtenus à partir d’un modèle qui a calculé l’impact de la pandémie sur la quantité de plastique rejetée dans l’océan depuis la terre et sa destination.

« Le modèle simule le mouvement de l’eau de mer sous l’effet du vent et la façon dont les plastiques flottent à la surface de l’océan, se dégradent sous l’effet de la lumière du soleil, s’encrassent sous l’effet du plancton, atterrissent sur les plages et coulent dans les profondeurs », a déclaré dans le communiqué de presse Yanxu Zhang, co-auteur de l’étude et également de l’université de Nanjing. « Il peut être utilisé pour répondre à des questions de type « et si », par exemple, que se passera-t-il si nous ajoutons une certaine quantité de plastiques dans l’océan ? ».

La réponse est que, d’ici trois à quatre ans, une grande partie de la pollution se retrouvera soit sur les plages, soit sur les fonds marins, une plus petite quantité atteignant la haute mer où elle pourrait se retrouver dans les gyres ou dans une zone d’accumulation de plastique dans l’océan Arctique.

L’étude a également examiné les principales sources de déchets liés à la pandémie. Selon The Guardian, 46 % d’entre eux provenaient d’Asie, 24 % d’Europe et 22 % des Amériques. Il est intéressant de noter que la majeure partie de ces déchets ne provient pas de l’utilisation individuelle des EPI, qui ne représente que 7,6 % du total. Au contraire, la majeure partie des déchets provient des hôpitaux, à hauteur de 87,4 %.

« Lorsque nous avons commencé à faire des calculs, nous avons été surpris de constater que la quantité de déchets médicaux était nettement supérieure à la quantité de déchets individuels, et qu’une grande partie de ces déchets provenait des pays asiatiques, même si ce n’est pas là que se trouvaient la plupart des cas de COVID-19 », a déclaré dans le communiqué de presse Amina Schartup, co-auteur de l’étude et professeur adjoint à la Scripps Institution of Oceanography de l’UC San Diego. « Les plus grandes sources d’excès de déchets étaient les hôpitaux situés dans des zones déjà en difficulté avec la gestion des déchets avant la pandémie ; ils n’étaient tout simplement pas configurés pour gérer une situation où vous avez plus de déchets. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s