L’Autriche déclare la guerre aux non-vaccinés quelques jours seulement après la visite de Soros

Le chancelier autrichien Schallenberg a été le dernier dirigeant autrichien à accueillir chaleureusement un membre de la famille Soros. La famille Soros a toujours aimé se rendre en Autriche et serrer la main des principaux responsables politiques du SPÖ et de l’ÖVP – et plus particulièrement, ces jours-ci, de ceux qui sont chargés de la politique vaccinale.

Alexander, le fils de George Soros, dirige aujourd’hui l’Open Society Foundation. Il a récemment rencontré le chancelier autrichien Alexander Schallenberg (ÖVP) et le nouveau ministre des affaires étrangères Michael Linhart (ÖVP).

Ces dernières années, la famille Soros a compté parmi ses amis spéciaux l’ex-chancelier fédéral Christian Kern (SPÖ), l’ex-chancelier fédéral Sebastian Kurz (ÖVP), l’ex-maire de la ville de Vienne Michael Häupl (SPÖ) et, enfin, le maire en exercice de Vienne Michael Ludwig (SPÖ). Ce dernier a même remis à George Soros la Grande Décoration d’honneur en or pour services rendus à l’État de Vienne en 2019.

Le 8 novembre, Alexander Soros a rencontré la chancelière fédérale et selon Soros Junior, sur son profil Twitter, les deux hommes ont discuté de la détérioration de la situation dans les Balkans occidentaux et de l’avenir de la CEU- l’Université d’Europe centrale.

En 2017- après que la Hongrie ait banni l’université CEU de Soros du pays en raison de ses constantes intentions de déstabilisation (il a déjà plongé plusieurs États dans des crises profondes et en a souvent profité économiquement) – l’ex-chancelier Christian Kern (SPÖ) a plaidé pour la relocalisation de la CEU à Vienne.

Le contrat a été conclu avec l’ex-maire Michael Häupl. Aux frais des contribuables, l’hôpital Otto Wagner a également été reconstruit à cette fin. Les universitaires de Soros ont désormais accès à une université privée luxueuse et coûteuse à Vienne.

Super de voir le chancelier autrichien @a_schallenberg à Vienne pour discuter de l’avenir de l’UE. @ceu, de l’importance de préserver la perspective européenne pour les Balkans occidentaux, et des efforts pour combattre l’antisémitisme. 🇦🇹 🇪🇺@bkagvat
C’était génial de renouer avec mon ami de longue date @AlexanderSoros.
J’ai été heureux d’apprendre les progrès @ceu ici à Vienne et je l’ai assuré de notre engagement continu envers cette importante contribution à la vie universitaire en Autriche.

L’ex-chancelier Sebastian Kurz et patron de l’ÖVP, ne communique plus depuis quelque temps qu’en anglais sur Twitter, peu importe que les Autrichiens le comprennent ou non. Il a été « formidable » de « reprendre contact » avec son « ami de longue date » Alexander Soros. Selon les visuels de la rencontre, les deux se sont rencontrés dans une chambre d’hôtel confortable. Les Autrichiens doivent se demander pourquoi leur « vie académique » sera désormais en anglais, d’autant plus que leur propre langue leur a déjà bien servi pendant plusieurs siècles.

Si les Autrichiens ne savent pas grand-chose de leur nouveau ministre des affaires étrangères, Michael Linhart (ÖVP), celui-ci connaît bien Alexander Soros. C’est « bien » de rencontrer le nouveau ministre des Affaires étrangères autrichien, a expliqué Alex Soros sur Instagram.

UN MAUVAIS TIMING POUR UN NOUVEAU VERROUILLAGE ?

Quelques jours seulement après cette visite prétendument destinée à discuter de « questions frontalières », le gouvernement autrichien a annoncé son intention d’appliquer un lockdown strict aux 3,1 millions d’Autrichiens qui ne sont pas entièrement vaccinés. Le chancelier Alexander Schallenberg s’est plaint du taux de vaccination « honteusement bas ». Le Covid-19 est en effet devenu la pandémie des coïncidences.

« Selon le plan progressif, nous n’avons en fait que quelques jours avant de devoir introduire le verrouillage pour les personnes non vaccinées », a annoncé M. Schallenberg lors d’une conférence de presse jeudi. Ces restrictions signifient « qu’on ne peut pas quitter son domicile, sauf pour aller travailler, faire des courses (pour les produits de première nécessité), se dégourdir les jambes – à savoir exactement ce que nous avons tous dû subir en 2020. »

Mais l’Autriche a un taux de vaccination plus élevé que celui des États-Unis. « Avec un taux de vaccination de 62,7 %, l’Autriche a non seulement un taux plus élevé que les États-Unis, mais la plupart de la population a été vaccinée relativement récemment, ce qui devrait donner à ces personnes une meilleure protection. Pourtant, le pays connaît l’épidémie la plus prolifique de son histoire, comme nous le constatons dans le monde entier, avec une relation inverse quasi parfaite entre les taux de vaccination et les taux de cas de Covid », note Daniel Horowitz.

Mais au lieu de remettre en cause la vaccination, les dirigeants autrichiens redoublent d’efforts.

À partir de lundi, le gouvernement de Haute-Autriche prévoit un confinement pour les personnes non vaccinées, y compris celles qui ne sont que partiellement vaccinées. Le gouverneur de Haute-Autriche, Thomas Stelzer (ÖVP), a qualifié la situation de « dramatique ».

Le ministre de la Santé, Wolfgang Mückstein (Verts), a également demandé le confinement des personnes non vaccinées en Haute-Autriche. Les déclarations de la ministre du Tourisme Elisabeth Köstinger (ÖVP) sont également claires et parlent d’un verrouillage des personnes non vaccinées : « Le temps de la solidarité avec ceux qui ne veulent pas se faire vacciner pour des raisons futiles est révolu. Nous ne pouvons pas et les personnes vaccinées ne vont pas renoncer à leurs libertés parce qu’une minorité refuse systématiquement et sans raison médicale les mesures de protection et les vaccinations. Ce serait injuste et manquerait également de solidarité avec tous les autres. »

LES VACCINS EXPÉRIMENTAUX VIOLENT LE CODE DE NUREMBERG

Ces dernières semaines, le président du FPÖ, Herbert Kickl, s’est montré de plus en plus critique à l’égard des mesures Corona, notamment en ce qui concerne le confinement des personnes non vaccinées. Michael Schnedlitz, membre du FPÖ, a même appelé à un soulèvement contre les mesures prévues dans une vidéo. Sous le slogan « Bienvenue dans la dictature », il s’oppose aux restrictions et qualifie le gouvernement de dictatorial. La vaccination reste un choix personnel, a-t-il déclaré.

Les détracteurs de la politique de vaccination obligatoire du gouvernement affirment régulièrement qu’elle viole le code de Nuremberg. En août 1947, le tribunal militaire américain a énuméré dix points dans son jugement sur les médecins nazis allemands, dans la section intitulée « Tentatives médicales autorisées », qui sera plus tard connue sous le nom de « Code de Nuremberg ».

Alors que les partisans de la politique de vaccination affirment que les vaccins sont des préparations approuvées et qu’il ne s’agit donc pas d’une expérience, les critiques ont fait remarquer que même le futur chancelier allemand Olaf Scholz ou des virologues pro-gouvernementaux comme Alexander Kekulé ont parlé d’une « expérience » mondiale.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s