Bill Gates au forum économique mondial fait de nouvelles prédictions sur la fin de la pandémie

Le fondateur de Microsoft Bill Gates a admis que le Covid-19 deviendrait moins dangereux d’ici à la moitié de l’année prochaine. En mars dernier, le milliardaire avait déjà estimé que la pandémie ne prendrait véritablement fin qu’en 2022, alors que le retour à un mode de vie « presque normal » aux États-Unis commencerait dès l’automne 2021.

Se prononçant lors du Forum Économique Mondial de Michael Bloomberg, Bill Gates s’est avancé sur la date de fin de la pandémie et sur un retour à la normale. Selon le milliardaire, les décès et les taux d’infection dus au Covid-19 pourraient chuter en dessous des niveaux de la grippe saisonnière d’ici à la moitié de l’année prochaine, ce en excluant l’apparition de nouveaux variants dangereux.

Bill Gates :

Compte tenu de l’immunité naturelle, de l’immunité vaccinale et des traitements émergents, « le taux de mortalité et le taux de maladie devraient baisser de manière assez spectaculaire », a déclaré le fondateur de Microsoft.

Il est persuadé que toutes les difficultés liées à la pénurie de vaccins seront résolues d’ici l’année prochaine alors que le problème d’approvisionnement sera remplacé par la question de leur distribution.Bill Gates a également ajouté que le monde devrait travailler pour éradiquer la grippe afin de réduire les menaces de futures pandémies.

Des pronostics déjà faits

En mars dernier, interrogé par CNN, Bill Gates avait tablé sur un retour à un mode de vie « presque normal » aux États-Unis dès l’automne 2021. Le milliardaire avait souligné que cette évolution serait due au développement rapide des vaccins.Engagé dans la promotion et le financement de la vaccination, notamment dans les pays en développement, via la Fondation Bill et Melinda Gates, il a insisté sur la nécessité de faire des efforts pour lutter mondialement contre le Covid-19, mettant l’accent sur une disparité dans la distribution des vaccins suivant les pays.

« Apprendre à vivre avec »

Près de deux ans après le début de la pandémie, les spécialistes tentent toujours de dessiner les contours de sa fin.

S’exprimant début novembre pour La Vanguardia, le chef du bureau européen de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) Hans Kluge a estiméque le Covid-19 risquait de devenir endémique et que sa fin arriverait quand le monde « apprendrait à vivre avec » au quotidien.

En outre, il a avancé que la meilleure méthode pour lutter contre était de combiner un vaccin et un médicament efficace. La « stagnation » de l’immunisation dans certains pays, ainsi que l’affaiblissement injustifié des mesures préventives sanitaires sont parmi les principaux obstacles dans la lutte contre la pandémie, selon M.Kluge.

Le nombre de personnes infectées par le coronavirus dans le monde a dépassé les 250 millions, d’après le décompte de l’OMS. Aujourd’hui, c’est aux États-Unis, en Inde, au Brésil et au Royaume-Uni que la situation est la plus difficile.

Quelques jours après la mise en garde de Bill Gates contre une attaque à la variole, de multiples flacons étiquetés variole sont trouvés dans le laboratoire de Merck

Rappelons qu’au cours d’un entretien accordé au début du mois de novembre par Jeremy Hunt, président de la commission de la santé, au groupe de réflexion Policy Exchange, Bill Gates a fait une prédiction inquiétante. Il a déclaré que les gouvernements devaient débloquer un milliard de dollars par an pour financer un groupe de travail sur les pandémies au niveau de l’Organisation mondiale de la santé, afin de mener des « jeux de germes » pour se préparer à une attaque bioterroriste apparemment inévitable, en particulier la variole.

« Vous dites, OK, et si un bioterroriste apportait la variole dans 10 aéroports ? Vous savez, comment le monde réagirait-il à cela ? » a demandé M. Gates.

« Il y a des épidémies d’origine naturelle et des épidémies causées par le bioterrorisme qui pourraient même être bien pires que ce que nous avons connu aujourd’hui et pourtant, les progrès de la science médicale devraient nous donner des outils qui, vous savez, nous permettraient de faire beaucoup mieux. »

Tout en demandant des dizaines de milliards de dollars de financement, M. Gates a déclaré à M. Hunt qu’il espérait que son prochain livre serait intitulé « Nous sommes prêts pour la prochaine pandémie ».

Il n’y a absolument rien de mal à se préparer à d’éventuelles attaques bioterroristes. Comme nous l’avons appris avec le COVID-19, les gouvernements mal préparés peuvent faire et feront d’horribles ravages sur l’économie, la liberté et la santé.

Si l’on ne sait pas exactement quels sont les plans de Gates pour ces « jeux de germes », tant qu’ils n’impliquent pas l’injection de milliards de dollars dans la recherche sur le « gain de fonction » pour faciliter la propagation des virus et les rendre plus mortels, se préparer n’est pas une mauvaise idée.

Mais il est maintenant temps de mettre votre chapeau en aluminium.

Mardi, quelques jours seulement après la mise en garde de Bill Gates contre une éventuelle attaque bioterroriste à la variole, les Centers for Disease Control ont annoncé que plusieurs flacons étiquetés « variole » avaient été trouvés dans un centre de recherche sur les vaccins en Pennsylvanie et que personne ne savait comment ils étaient arrivés là.

Les flacons ont été trouvés dans un congélateur à l’intérieur de l’installation appartenant à Merck. Selon Yahoo News, la découverte des flacons a entraîné le verrouillage de l’installation, qui a depuis été levé. Le FBI et le CDC ont lancé des enquêtes, qui sont toujours en cours.

Yahoo News :

Il y aurait eu un total de 15 flacons douteux, selon l’alerte non classifiée « For Official Use Only », dont une copie a été obtenue par Yahoo News. Cinq des flacons étaient étiquetés « variole » et 10 étaient étiquetés « vaccine ». Les flacons ont été mis en sécurité immédiatement.

« Le laborantin qui a découvert les flacons portait des gants et un masque facial. Nous fournirons de plus amples détails dès qu’ils seront disponibles », a déclaré le CDC, ajoutant que « rien n’indique que quiconque ait été exposé au petit nombre de flacons congelés. »

« Les flacons congelés étiquetés ‘variole’ ont été découverts fortuitement par un employé de laboratoire alors qu’il nettoyait un congélateur dans une installation qui mène des recherches sur les vaccins en Pennsylvanie. Le CDC, ses partenaires de l’administration et les forces de l’ordre enquêtent sur cette affaire et le contenu des flacons semble intact », a déclaré le CDC.

Selon Yahoo News, la variole, qui est également connue sous le nom scientifique de virus de la variole, est si mortelle que seuls deux laboratoires dans le monde sont autorisés à en conserver des échantillons. L’un se trouve en Russie et l’autre sur un site du CDC à Atlanta.

Contrairement au COVID-19 et à son taux de létalité extrêmement faible, la variole ordinaire avait un taux de létalité global d’environ 30 %, et les formes malignes et hémorragiques étaient généralement mortelles.

Avant d’être éradiquée, elle se répandait facilement dans la population, infectant environ 15 millions de personnes par an et tuant un tiers d’entre elles.

Comme la majorité des Américains ne sont plus vaccinés contre la variole, le risque d’une épidémie serait catastrophique.

Drôle de coïncidence, en effet.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s