Des scientifiques souhaitent marquer les enfants à l’encre invisible pour prouver qu’ils ont été vaccinés

Quelques mois à peine avant l’annonce publique du coronavirus de Wuhan (COVID-19), des scientifiques du Massachusetts Institute of Technology (MIT) ont annoncé la mise au point d’une technologie de « tatouage » de la marque de la bête permettant aux enfants de garder trace de leur carnet de vaccination.

La micropuce, qui peut être implantée directement dans la peau, a été conçue avec un colorant spécial invisible qui peut être capté avec un filtre spécial pour téléphone portable. Ce colorant n’est pas visible à l’œil nu.

Pouvant durer jusqu’à cinq ans, ce colorant est détecté à l’aide d’une lumière proche de l’infrarouge, qui est projetée sur la peau à l’endroit où il a été injecté. Il a déjà été testé sur des porcs et des rats, et la prochaine étape probable est de commencer à l’injecter à de vrais enfants.

L’eugéniste milliardaire Bill Gates l’a demandé dès les premiers jours de la pandémie, suggérant que les « passeports » numériques du virus chinois incluent les dossiers d’injection des personnes.

« Le système – qui n’a pas encore été testé sur des enfants – permettrait un accès rapide et facile à l’historique des vaccinations, éviterait le risque d’erreurs administratives et n’augmenterait que peu le coût ou le risque de la procédure », rapporte Scientific American, citant une étude sur le projet publiée dans la revue Science Translational Medicine.

Des tatouages à points quantiques qui font rappel aux catholique le système de la marque de la bête telle qu’inscrit dans la bible

Utilisant une fois de plus les pauvres comme excuse pour créer une telle abomination, les scientifiques impliqués dans le projet affirment qu’il aidera les pays en développement à obtenir de meilleurs résultats sanitaires chez les enfants.

« En particulier dans les pays en développement où les dossiers médicaux peuvent ne pas être aussi complets ou aussi accessibles, il peut être intéressant d’avoir des informations médicales directement associées à une personne », a commenté Mark Prausnitz, professeur de bio-ingénierie au Georgia Institute of Technology (Georgia Tech), qui n’a pas participé à la recherche.

« Ceci, je pense, est une façon assez intéressante d’atteindre ces objectifs ».

Elle accomplit également l’objectif prophétique de fusionner les informations d’identification des personnes dans une injection de micropuce ou un tatouage qui peut être scanné à des fins d’achat et de vente, d’accès à des bâtiments à accès restreint, de conduite et d’engagement dans des activités sociales.

Selon les bio-ingénieurs du MIT, Robert Langer et Ana Jaklenec, de petits patchs remplis de micro-aiguilles sont d’abord apposés sur la peau des enfants pour leur injecter des vaccins. Ensuite, leur preuve d’injection est stockée sur les autres composants injectables.

Grâce à un simple balayage du poignet, du front ou de tout autre endroit où ces composants sont injectés, le gouvernement peut rapidement vérifier si un enfant est ou non « à jour » dans son calendrier vaccinal, qui inclut désormais les vaccins contre la grippe de Fauci.

« L’équipe a fini par utiliser une technologie appelée points quantiques, de minuscules cristaux semi-conducteurs qui réfléchissent la lumière et ont été développés à l’origine pour étiqueter les cellules pendant la recherche », rapporte Scientific American. « Le colorant s’est révélé sans danger pour l’homme. »

Comme on peut s’y attendre, tout le monde n’est pas d’accord avec ce projet. Les experts de la protection de la vie privée disent qu’il y a des risques à ce que les gens se promènent avec des micro-puces dans leur corps qui contiennent toutes leurs informations personnelles.

« Des personnes différentes et des cultures différentes auront probablement des sentiments différents à l’idée d’avoir un tatouage médical invisible », a ajouté M. Prausnitz.

Le fait que la Fondation Bill et Melinda Gates ait financé cette recherche sur la « marque de la bête » n’est pas du tout une surprise. Elle a été lancée en raison d’une « demande directe » de Gates lui-même, qui affirme vouloir que ces micropuces soient placées dans le corps des gens dans le but « d’éradiquer la maladie ».

« Si nous n’avons pas de bonnes données, il est vraiment difficile d’éradiquer la maladie », a ajouté M. Jaklenec pour soutenir le programme de M. Gates.

Un texte traduit de : naturalnews.com

Avec la participation de scientificamerican.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s