VIDÉO : Bill Gates donne un avant-goût de la saison 2022 du COVID

Bill Gates vient d’admettre que les vaccins à ARNm de Pfizer et Moderna ne fonctionnent pas tel qu’espéré…

NOUVEAU – Bill Gates : Les décès et les taux d’infection par le virus Covid pourraient « descendre en dessous des niveaux de la grippe saisonnière » d’ici à la mi-2022, en supposant « qu’il n’y ait pas de variante surprise ».

Les « complotiste » ont souvent mis en avant le fait que Bill Gates, ex-PDG de Microsoft, a parrainé un sommet opportunément programmé en octobre 2019, qui s’est penché sur la question de savoir ce qu’il fallait faire si une pandémie mondiale devait se déclarer dans des circonstances très similaires à celles du COVID-19 (EVENT 201).

Les investissements lucratifs ultérieurs de Gates dans le développement de vaccins – et dans des colorants sous-cutanés spéciaux utilisés pour tatouer les gens et déterminer s’ils ont reçu les dits vaccins – n’ont pas inspiré confiance quant à la bonne intention de ses efforts, pas plus que ses projets d’acheter une grande partie des terres agricoles américaines et d’occulter le soleil.

Dans le contexte de ses activités louches (sans jeu de mots), le dernier commentaire de M. Gates risque de passer aussi bien que le « Si je l’avais fait » d’OJ Simpson.

M. Gates a participé au New Economy Forum de Bloomberg pour faire un pronostic sur l’évolution de la pandémie à la lumière des dernières avancées médicales – en particulier, le développement récent d’antiviraux oraux par Pfizer et Merck qui permettent aux patients infectés « de commencer immédiatement un traitement présomptif dès que le test est positif ».

Cela pourrait, en effet, rendre les vaccins actuels inutiles.

Ironiquement, certains ont noté les similitudes entre les médicaments COVID nouvellement rebaptisés de Merck et un autre médicament qui était déjà sur le marché : l’ivermectine.

M. Gates s’est émerveillé du fait que, grâce aux miracles de la science, « nous avons pu reformuler [l’antiviral de Merck] pour qu’il coûte moins de 8 dollars ».

La combinaison des mécanismes de défense du COVID pourrait conduire à un déclin majeur avant les élections de mi-mandat de l’année prochaine, a déclaré l’oligarque – mais avec un gros hic.

« Entre l’immunité naturelle, l’immunité vaccinale et ces traitements oraux qui peuvent s’intensifier comme les anticorps ne l’ont jamais fait, le taux de mortalité et de morbidité devrait baisser de manière assez spectaculaire et, d’ici l’été, être, disons, bien inférieur au niveau moyen de la grippe saisonnière », a déclaré M. Gates, « en supposant qu’il n’y ait pas de variantes surprenantes – ce qui, à l’heure actuelle, est peu probable, mais ne peut jamais être exclu ».

Cet avertissement de mauvais augure peut amener certains à se demander si le coronavirus ne risque pas de devenir le prochain Microsoft Windows, avec de nouvelles versions qui sortent tous les deux ans et des mises à jour constantes et indésirables qui nécessitent des correctifs de la part des développeur.

Malgré son récent divorce et les rumeurs d’un scandale sexuel, Gates n’a pas fait profil bas. Son apparition sur Bloomberg était au moins la deuxième fois ce mois-ci qu’il suscitait l’attention pour des remarques sur le COVID.

Il a également suscité une avalanche de messages sur les médias sociaux et une vérification des faits par l’agence Reuters pour avoir semblé suggérer, dans une interview du 5 novembre, que les vaccins n’étaient pas très efficaces.

« Nous avons des vaccins qui vous aident pour votre santé, mais ils ne réduisent que légèrement la transmission », a déclaré Gates à l’ancien secrétaire britannique à la santé Jeremy Hunt. « Donc, nous avons besoin d’une nouvelle façon de faire les vaccins.

Bill Gates vient d’admettre que les vaccins à ARNm de Pfizer et Moderna ne fonctionnent pas bien.
Pour ceux qui ne l’ont pas vu, il s’agit d’une reconnaissance explicite du fait que les vaccins ARNm et AdVr pour le COVID ne fonctionnent pas bien. Bill G est un peu en retard sur les données, car l’efficacité des vaccins pour prévenir la maladie est également en baisse, et pas aussi bonne que l’immunité naturelle.

Quel que soit le message, il est clair que M. Gates est d’accord avec le philosophe canadien Jordan Peterson, qui a récemment déclaré que toute personne pensant que deux vaccins suffiront pour faire sa part est dans l’illusion.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s