Malgré des taux de vaccination très bas, le nombre de décès dus au COVID en Afrique reste très inférieur à celui de l’Europe et des États-Unis

Depuis le tout début de la panique des covidés, le discours est le suivant : mettez en place des mesures de confinement sévères ou votre population connaîtra un bain de sang. Les morgues seront submergées, le nombre total de morts sera stupéfiant. D’un autre côté, on nous a assuré que les juridictions qui verrouilleraient leurs portes ne verraient qu’une fraction du nombre de morts.

Puis, lorsque les vaccins sont devenus disponibles, le discours a été modifié pour devenir « Faites-vous vacciner et le covid cessera de se propager ». Les pays sans vaccins, par contre, continueront à faire face à des pertes massives. »

Le récit du verrouillage, bien sûr, a déjà été complètement renversé. Les juridictions qui n’ont pas procédé à un confinement ou qui n’ont adopté que des confinements faibles et de courte durée ont enregistré un nombre de décès dus au covid similaire, voire supérieur, à celui des pays qui ont adopté des confinements draconiens. Les partisans du verrouillage ont affirmé que les pays verrouillés s’en sortiraient beaucoup mieux. Ces personnes avaient clairement tort.

Sans se laisser intimider par l’invraisemblance croissante du récit du verrouillage, les bureaucrates de la santé mondiale n’en redoublent pas moins de vaccins forcés – comme nous le voyons maintenant en Autriche – et on continue à nous assurer que seuls les pays ayant des taux de vaccination élevés peuvent espérer éviter les conséquences désastreuses de la covidie.

Pourtant, l’expérience de l’Afrique subsaharienne remet en question ces deux récits : Les chiffres de l’Afrique ont été beaucoup, beaucoup plus bas que ce que les experts avaient prévu.

Par exemple, l’AP a rapporté cette semaine qu’en dépit des faibles taux de vaccination, l’Afrique s’en est mieux sortie que la plupart des pays du monde :

[Il se passe quelque chose de « mystérieux » en Afrique qui laisse les scientifiques perplexes, a déclaré Wafaa El-Sadr, titulaire de la chaire de santé mondiale à l’université de Columbia. « L’Afrique ne dispose pas des vaccins et des ressources nécessaires pour lutter contre le COVID-19 comme c’est le cas en Europe et aux États-Unis, mais d’une manière ou d’une autre, elle semble s’en sortir mieux », a-t-elle déclaré à l’adresse …..

Moins de 6 % des personnes en Afrique sont vaccinées. Depuis des mois, l’OMS décrit l’Afrique comme « l’une des régions les moins touchées du monde » dans ses rapports hebdomadaires sur les pandémies.

Pourtant, le désastre pour l’Afrique a été prédit depuis longtemps pour plusieurs raisons, même au-delà de la disponibilité des vaccins. Par exemple, on sait que les confinements sont particulièrement peu pratiques dans les régions les plus pauvres du monde. En effet, les populations des pays dont l’économie est peu développée ne peuvent pas simplement rester chez elles et vivre de leurs économies ou de leurs dettes. Ces personnes doivent plutôt sortir dans le monde et gagner leur vie au jour le jour. L’alternative est la famine. De plus, une grande partie de ce travail est effectué dans l’économie informelle, ce qui rend particulièrement difficile l’application des mesures de confinement.

Source: Our World in Data (Confirmed Deaths per Million, November 19, 2021;  Share of People Vaccinated against Covid-19, November 19, 2021).

On a également supposé que le covid serait particulièrement mortel en Afrique, car de nombreux ménages importants vivent dans de petites unités de logement.

Mais cette « sagesse conventionnelle » va à l’encontre de la réalité du covid en Afrique, à savoir qu’il y a eu moins de décès.

Les « experts » ont tâtonné, cherchant des explications possibles.

Certaines sources, par exemple, insistent sur le fait que le faible nombre de décès n’est qu’un artefact dû à des rapports incomplets sur les infections au covid et que « le problème est le manque de bonnes données qualitatives ».

Mais Richard Wamai, de l’Université de Northeastern, rejette l’affirmation selon laquelle il s’agit uniquement d’une question de déclaration de cas et affirme que « les systèmes locaux de déclaration des décès en Afrique font qu’il est difficile de cacher les victimes du COVID-19 ». Dans un article publié dans l’International Journal of Environmental Research and Public Health, Wamai et ses coauteurs concluent : « Rien ne prouve que les données relatives à la mortalité due au COVID-19 soient moins bien communiquées en Afrique qu’ailleurs » et « Si le véritable tableau des infections et de la mortalité sur le continent n’a pas encore été entièrement dressé, la qualité des données relatives à d’autres maladies, comme le VIH/sida, indique que l’Afrique a la capacité de recueillir et de communiquer des données valables sur la surveillance des maladies. »

Quoi qu’il en soit, l’Organisation mondiale de la santé indique que les décès dus aux covidés en Afrique ne représentent que 2,9 % des décès dus aux covidés, alors que la population africaine représente 16 % du total mondial. Le nombre total de covidés en Afrique pourrait doubler ou tripler, et l’Afrique serait encore bien mieux lotie que l’Europe et les Amériques.

Wamai et al. notent également qu’à ce stade « [i]l est probable que le SRAS-CoV-2 ait déjà été largement diffusé en Afrique….. Si tel est le cas, il est probable que l’infection généralisée entraîne également une immunité naturelle généralisée. »

En d’autres termes, les affirmations persistantes des responsables de la santé – tant en Afrique qu’ailleurs – selon lesquelles des décès massifs sont à portée de main avec la « prochaine vague » semblent de moins en moins plausibles.

Il semble de plus en plus probable que l’absence de mortalité due au covid en Afrique ne soit pas due à un problème de données ni à une situation dans laquelle le covid a été « contenu » jusqu’à présent. Alors, pourquoi l’Afrique s’en sort-elle tellement mieux que l’Occident riche ?

Naturellement, les partisans des enfermements forcés et des vaccins sous contrainte préféreraient ignorer complètement cette question, mais la réalité indéniable de l’expérience africaine a forcé les chercheurs classiques à admettre publiquement que de nombreux facteurs peuvent expliquer la prévalence du covid au-delà des taux de vaccination et des mandats de masquage.

Par exemple, le fait de mentionner que l’obésité est un facteur important de la mortalité due à la covidie risquait, par le passé, d’être critiqué par les médias pour avoir fait l’apologie de la graisse. Pourtant, la situation en Afrique a forcé les personnes bien informées à admettre que oui, les populations obèses souffrent clairement plus du covid. En Afrique, sans surprise, on constate que les taux d’obésité sont bien inférieurs à ceux que l’on trouve en Amérique du Nord et en Europe.

Parmi les autres explications possibles avancées pour expliquer la situation de l’Afrique, citons l’exposition passée à d’autres coronavirus, la jeunesse des populations, le nombre réduit de patients manquant de zinc et de vitamine D, l’utilisation passée de la vaccination au Bacillus Calmette-Guérin, le climat, le fond génétique et la charge parasitaire. En abordant l' »énigme » africaine, un groupe de chercheurs de la revue Colombia medica a même osé suggérer qu’il est possible – bien que cela n’ait pas été démontré de manière concluante à ce stade – qu' »une campagne de prévention de santé publique de masse contre le COVID-19 ait pu avoir lieu, par inadvertance, dans certains pays africains où l’on utilise massivement l’ivermectine au niveau communautaire ».

Source: “Global Obesity Levels,” ProCon.org, last modified March 27, 2020; Our World in Data (Share of People Vaccinated against Covid-19, November 19, 2021).

En Occident, cependant, le tambour médiatique autour du covid a toujours été « Fermez-la, restez chez vous, faites-vous piquer et cessez de douter des experts en vaccins forcés ». Mais heureusement, la situation africaine a obligé de nombreux chercheurs à poser des questions gênantes.

En fait, il est étonnant que l’Afrique n’ait pas été envahie par la mort en masse si l’on considère que les enfermements et les mesures d' »atténuation » des covidés ont contribué à l’appauvrissement et à la famine de masse sur le continent. Ou, comme le dit le journal allemand DW News, « Les mesures mises en place pour ralentir la propagation du nouveau coronavirus poussent des millions de personnes en Afrique à la famine. » Et comme le note Wamai, « une partie de la surmortalité en Afrique « peut être attribuée non pas à la maladie, mais aux mesures de confinement qui coupent l’accès aux soins médicaux pour d’autres maladies. »

Mais l’Afrique n’a pas eu droit au bain de sang promis, et comme l’a dit un Nigérian, « ils ont dit qu’il y aurait des cadavres dans les rues et tout ça, mais rien de tel n’est arrivé. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s