La POLIO serait une maladie créée par l’homme et causée par l’exposition aux métaux lourds, pas un virus… révisons l’histoire de la polio

Lorsque les défenseurs des vaccins expriment un scepticisme sain à l’égard de la vaccination, ils rétorquent souvent que, sans les vaccins, nous serions encore confrontés à des épidémies de maladies comme la polio. Mais est-ce vraiment vrai ?

Forrest Maready, auteur du livre The Moth in the Iron Lung : A Biography of Polio, raconte une histoire bien différente de la polio, qui suggère qu’il ne s’agit pas d’un virus contagieux contre lequel on peut se vacciner, mais plutôt d’un ensemble de symptômes causés par des contaminants environnementaux.

Alors qu’il n’y avait pas d’industrie pharmaceutique à proprement parler en 1789, un médecin de l’époque, Michael Underwood, a observé pour la première fois ce qu’il a décrit comme une « folie des extrémités inférieures » chez les enfants – ou ce que beaucoup appelleraient aujourd’hui la polio. Ne sachant pas de quoi il s’agissait, Underwood a mis cela sur le compte de la dentition et d’une mauvaise hygiène intestinale.

Plusieurs décennies plus tard, la situation s’aggrave : de plus en plus d’enfants développent cette étrange paralysie, généralement dans les jambes. Bien qu’ils ne sachent toujours pas de quoi il s’agit, les médecins lui donnent un nom : la poliomyélite, le mot polio signifiant « gris », comme dans « tissu gris », et myélite signifiant « inflammation de la moelle épinière ».

« Une poliomyélite était une lésion de la moelle épinière », explique Maready. « Vous pouviez en avoir plusieurs. Mais ils ne savaient pas pourquoi les enfants avaient commencé à les développer, apparemment de nulle part. »

Des tests scientifiques ont plus tard établi un lien entre l’arsenic, un ingrédient médical populaire à l’époque, et la paralysie des membres postérieurs. Le mercure, un autre métal couramment utilisé dans les produits de dentition pour enfants, a également été lié à la maladie.

Pendant la majeure partie des années 1800, la poliomyélite apparaissait ici et là chez les enfants, mais il n’y avait pas d’épidémies majeures. Puis, dans les années 1890, les premières épidémies de polio ont soudainement fait leur apparition au moment où un nouveau pesticide à base d’arséniate a été introduit.

Cette concoction chimique, conçue pour lutter contre la spongieuse, contenait à la fois du plomb et de l’arsenic. Il a été pulvérisé dans tout le Nord-Est juste avant que les premières véritables épidémies de poliomyélite n’apparaissent aux États-Unis – également, sans surprise, dans le Nord-Est.

Non seulement les enfants, mais aussi les chevaux, les chiens, les poulets, les porcs et d’autres animaux ont soudainement commencé à développer des symptômes similaires et beaucoup d’entre eux sont morts. La cause ? Des lésions de la moelle épinière causées par, vous l’avez deviné, une poliomyélite induite par des métaux lourds.

Les « vaccins » contiennent des métaux lourds qui provoquent la polio et d’autres maladies.

Il est important de noter que la polio, telle que la médecine moderne la définit, n’infecte pas les animaux. Alors, comment les animaux ont-ils pu « l’attraper » et en mourir à la fin des années 1800 ? La réponse est que la poliomyélite est une maladie due à la toxicité des métaux, et non une maladie virale contagieuse.

La poliomyélite n’a pas été et ne peut pas être considérée comme une maladie infectieuse spécifique. la maladies ne répond pas critère du postulats de Koch, ce qui signifie que le virus n’a jamais été isolées et que son existence en tant que contagions n’a jamais été prouvée.

« Les postulats de Koch étaient une méthode avec des directives de recherche qui permettait essentiellement d’établir une lien direct entre un microbe et une maladie maladie », explique M. Maready.

Le fait que la polio n’est pas un virus a été confirmé des années plus tard lorsqu’on a découvert que de nombreux éléments autres que l’arsenic provoquaient également la poliomyélite.

Ce que cela suggère, c’est que les maladies apparemment virales pourraient entre autre être causées par différentes formes de pollution. Rien ne permet d’affirmer que la polio soit un virus contagieux qui peuvent être transmis par la bouche ou le nez via des particules en suspension dans l’air.

Malgré cela, le consensus médical cherche à classer ces choses comme des maladies contagieuses plutôt que comme des symptômes causés par d’autres facteurs. Cette fausse théorie a commencé à gagner du terrain dans les années 1800 et est depuis devenue la norme par laquelle la médecine moderne évalue les maladies infectieuses.

Il est regrettable que la pratique de la médecine se soit engagée dans cette voie erronée, car des millions de personnes ont souffert inutilement, et beaucoup sont mortes en conséquence. Dans le cas de la polio, il y avait toujours un dénominateur commun qui était systématiquement négligé comme cause, à savoir les pesticides environnementaux.

« Je pense que l’ingestion de pesticides, connus pour provoquer un dysfonctionnement de la membrane cellulaire, a créé un chemin qui va directement des intestins à la partie inférieure de la moelle épinière, située juste derrière, pour que les virus et les bactéries s’y installent », explique Maready, notant que la polio touchait presque toujours les jeunes enfants, et presque toujours dans la même partie inférieure de leur moelle épinière, juste derrière leurs intestins.

« C’est pourquoi de multiples virus (poliovirus, coxsackievirus, échovirus, etc.) ont tous commencé à paralyser les enfants à cette époque. Ce n’était pas une mutation génétique. Ce n’était pas une amélioration de l’hygiène. C’était une altération physique de l’intégrité de l’intestin par les pesticides. »

La thèse de Maready explique également pourquoi les personnes âgées ne sont pas aussi exposées au risque de polio que les jeunes enfants. À mesure qu’une personne vieillit, le positionnement de la moelle épinière par rapport aux intestins s’écarte, ce qui diminue le risque d’infection et d’inflammation de la matière grise de la moelle épinière.

« C’est pourquoi le vaccin antipoliomyélitique a si mal fonctionné », explique encore Maready.

« Il créait des anticorps pour un seul des nombreux virus susceptibles de paralyser, et il créait des anticorps dans le sang – une défense inutile contre une infection intestinale ».

Vous trouverez d’autres informations connexes sur le site Vaccines.news

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s