L’Afrique du Sud a demandé à Pfizer et Johnson & Johnson de cesser de distribuer les vaccins COVID-19 quelques jours avant la « découverte » de la variante Omicron

La dernière variante « effrayante » de la saga COVID-19 s’appelle omicron. Un mot qui étonnamment est aussi un anagramme du terme anglophone « Moronic ».

Les grands médias se sont lancés dans une surenchère de peur et les politiciens ont pris des mesures pour créer une crise qu’ils ont eux-mêmes fabriquée pendant que certains se demande si en réalité l’industrie pharmaceutique n’aurait pas usé d’une vieille tactique de la mafia en punissant un pays qui sortait du rang.

Pourtant, l’Afrique du Sud n’a pas eu recours au mode panique après l’annonce de la variante omicron. Le Dr Angelique Coetzee, qui a découvert la variante, a noté des symptômes inhabituels mais légers chez ses patients.

Les résidents sud-africains ne semblent pas non plus avoir peur du virus. Le pays a un taux d’inoculation de vaccin contre la COVID-19 relativement faible et a constitué un stock de vaccins COVID-19 non utilisés.

La campagne de l’Afrique du Sud s’est arrêtée net, et le pays a demandé aux fabricants de cesser de lui envoyer des doses supplémentaires. Cependant, quelque chose d’étrange s’est produit peu après cet échange entre l’Afrique du Sud et les fabricants de vaccins.

Quelques jours avant l’annonce d’Omicron, l’Afrique du Sud a interrompu ses commandes de vaccins auprès de Pfizer en raison du manque d’intérêt de ses citoyens.
Soudain, une nouvelle variante apparaît dans la région et les voyages sont interdits.
Encore une punition pour les « non-vaccinés » ?
Le 24 novembre : L’Afrique du Sud fait savoir à Pfizer qu’elle ne veut plus de livraisons du vaccin.
26 novembre : L’OMS déclare que la variante Omicron a été découverte en Afrique du Sud le 24 novembre.
À partir du 26 novembre : De nombreux pays s’empressent d’interdire les vols et l’immigration en provenance d’Afrique du Sud.
« J’ai besoin d’une troisième injection de Covid pour me protéger des variantes qui apparaissent dans les régions du monde qui n’ont pas accès à une première injection » est maintenant la position américaine libérale par défaut sur le Covid et mon esprit est déconcerté.
Plusieurs jours avant que la variante Omicron ne devienne célèbre dans le monde entier, l’Afrique du Sud a demandé à Pfizer (et à JnJ) de cesser d’envoyer des vaccins.
Cet argument fait l’objet de beaucoup de temps d’antenne. Il semble juste, et le taux de vaccination de l’Afrique du Sud est faible.
Mais ce n’est pas l’offre. C’est la faiblesse de la demande. L’Afrique du Sud a dû demander à Pfizer et J&J de retarder les livraisons ce mois-ci pour éviter la péremption. (https://reuters.com/world/africa/exclusive-south-africa-delays-covid-vaccine-deliveries-inoculations-slow-2021-11-24/)

L’Afrique du Sud a demandé à Johnson & Johnson (JNJ.N) et Pfizer (PFE.N) de retarder la livraison des vaccins COVID-19 car elle dispose désormais d’un stock trop important, ont déclaré des responsables du ministère de la santé, alors que l’hésitation à l’égard des vaccins ralentit une campagne d’inoculation.

L’Afrique du Sud leur a demandé d’arrêter d’envoyer des vaccins, et l’Omicron apparaît comme par magie. Maintenant, Pfizer promet de livrer un nouveau vaccin « dans environ 100 jours » ! ? Cette BS doit cesser !

L’Afrique du Sud a demandé à Johnson & Johnson et Pfizer Inc. de suspendre la livraison des vaccins Covid-19, car elle dispose désormais d’un stock suffisant, ce qui illustre la façon dont la chute de la demande compromet le déploiement du pays avant une quatrième vague potentielle d’infections.

L’économie la plus développée d’Afrique n’a protégé complètement que 35 % des adultes, plus de six mois après que les doses aient été mises à la disposition du public. Environ 120 000 personnes ont été vaccinées mardi, soit moins de la moitié du pic quotidien.

« Nous avons plus de 16 millions de doses dans le pays, soit plus de 150 jours de consommation actuelle », a déclaré Nicholas Crisp, directeur général adjoint du ministère de la Santé, par SMS mercredi. « Cela n’a aucun sens de stocker et de risquer la péremption alors que d’autres personnes cherchent désespérément à s’approvisionner ».

Cette décision contraste avec la position du pays plus tôt dans l’année, lorsque le gouvernement a été fortement critiqué pour sa lenteur à se procurer des vaccins avant une vague dévastatrice en milieu d’année. Elle intervient également alors que la majeure partie de l’Afrique reste chroniquement à court de doses, en partie parce que les pays riches se sont précipités pour immobiliser de grandes quantités de stocks.

Le défi de l’hésitation

« C’est entièrement dû à l’hésitation », a déclaré M. Crisp. « Nous avons beaucoup de vaccins et de capacités, mais l’hésitation est un défi. Malheureusement, cela signifie que de nombreuses personnes non vaccinées risquent de passer une saison festive malheureuse et que les hôpitaux seront peut-être engorgés. »

Selon Our World in Data, 23,8 % des Sud-Africains sont entièrement vaccinés contre le COVID-19, et 28,3 % ont reçu au moins une dose.

Bloomberg a publié son article sur l’Afrique du Sud demandant l’arrêt des livraisons de vaccins COVID-19 le 24 novembre. Le 26 novembre, l’OMS a identifié l’omicron comme une « variante préoccupante ».

Comme le rapporte USA Today :

Une variante du COVID-19 qui se propage en Afrique du Sud a été baptisée « omicron » et classée « variante préoccupante » par l’Organisation mondiale de la santé vendredi, alors que les États-Unis et d’autres pays ont réagi à la nouvelle variante découverte en imposant des restrictions aux voyages.

Des experts de l’Organisation mondiale de la santé se sont réunis vendredi pour évaluer la variante, qui semble présenter un nombre élevé de mutations dans la protéine de pointe du virus, ce qui suscite des inquiétudes quant à sa facilité de propagation. Bien qu’il faille encore attendre plusieurs semaines avant de disposer de données fiables sur les risques de l’omicron, l’organisation a cité les premiers éléments suggérant un risque accru de réinfection.

Les États-Unis ont déclaré qu’ils allaient restreindre les voyages en provenance d’Afrique du Sud, ainsi que du Botswana, du Zimbabwe, de la Namibie, du Lesotho, de l’Eswatini, du Mozambique et du Malawi, selon une déclaration de hauts responsables de l’administration Biden.

USA Today

N’est-il pas étrange que la dernière variante ait été découverte dans un pays où l’on hésite à se faire vacciner ? Et quelqu’un d’autre trouve-t-il étrange que la variante ait été « découverte » quelques jours après que ledit pays ait demandé aux sociétés pharmaceutiques d’arrêter d’envoyer des vaccins COVID-19 ?

En raison d’une population majoritairement réfractaire aux vaccins, il n’est peut-être pas surprenant que cette nouvelle variante soit apparue en Afrique du Sud. S’agirait-il d’une sorte de  » punition  » infligée à sa population pour ne pas avoir retroussé ses manches au rythme souhaité ?

Et n’oublions pas la furieuse volonté d’administrer des boosters aux nations occidentales. Faire peur, augmenter les taux d’inoculation du COVID-19 en Afrique australe et commencer à booster les pays qui hésitent moins à se faire vacciner ?

On vous laisse décider, mais c’est une « coïncidence » que l’on ne peut ignorer.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s