Les données officielles montrent une augmentation considérable des cas de cancer ovarien et de décès chez les nouveau-nés; les vaccins Covid-19 ont-ils une part de responsabilité ?

Les données disponibles auprès de Public Health Scotland montrent que les cas de cancer de l’ovaire en 2021 sont beaucoup plus élevés que la moyenne 2017-2019, et que les décès de nouveau-nés ont atteint le seuil d’alerte supérieur, ce qui indique que des facteurs autres que la variation aléatoire ont pu contribuer à ces décès.

Alors que près de 40 000 troubles menstruels ont été signalés comme des effets indésirables des vaccins Covid-19, que des scientifiques ont mis en garde contre des problèmes potentiels liés à la formulation des injections de Covid-19 pouvant entraîner l’infertilité, que des données réelles montrent que le taux de fausses couches après la vaccination par le Covid-19 atteint 82 % et qu’une étude confidentielle montre que le vaccin Covid-19 s’accumule dans les ovaires au fil du temps, l’augmentation du nombre de cancers de l’ovaire et de décès de nouveau-nés pourrait-elle avoir un lien avec le déploiement massif des vaccins Covid-19 ?

Nombre total d’individus ayant une cancer de type : Ovarien […] depuis janvier pour 2019/2020/2021
Taux mensuel de mort néonatal par 1000 naissance en Écosse

Les scientifiques craignent que les injections de Covid-19 puissent provoquer l’infertilité

En décembre 2020, le Dr Wolfgang Wodarg, médecin et épidémiologiste qui a été membre du Bundestag (Parlement fédéral allemand) de 1994 à 2009, et le Dr Mike Yeadon, ancien vice-président de Pfizer, où il a passé 16 ans en tant que chercheur dans le domaine des allergies et des maladies respiratoires, ont écrit à l’Agence européenne des médicaments pour demander la suspension immédiate de toutes les études sur le vaccin contre le SRAS-CoV2 en raison de preuves suggérant que les candidats au vaccin Covid-19 pourraient déclencher une réaction immunitaire contre une protéine humaine responsable de la formation du placenta.

Le Dr Wodarg et le Dr Yeadon ont tous deux exigé qu’il soit absolument exclu qu’un vaccin contre le SRAS-CoV-2 puisse déclencher une réaction immunitaire contre le syncytine-1, faute de quoi les femmes vaccinées pourraient souffrir d’une infertilité de durée indéterminée.

Malheureusement, les avertissements exprimés par les docteurs Wodarg et Yeadon ont été ignorés et les injections de Covid-19 ont été diffusées aux masses, y compris aux femmes enceintes, bien qu’aucune étude clinique n’ait été réalisée pour confirmer la sécurité de leur utilisation pendant la grossesse.

Aucune étude pour confirmer la sécurité de l’utilisation du vaccin Covid-19 pendant la grossesse ou son impact sur la fertilité

Le gouvernement britannique a clairement indiqué dans le document officiel « REG 174 INFORMATION FOR UK HEALTHCARE PROFESSIONALS » préparé lors de l’autorisation d’urgence de l’injection Pfizer mRNA Covid-19 que l’utilisation du vaccin Pfizer n’était pas recommandée pendant la grossesse, que la grossesse devait être exclue avant la vaccination et que les femmes en âge de procréer devaient éviter toute grossesse pendant au moins deux mois après la deuxième dose.

Le gouvernement britannique a également confirmé que l’on ignore si le vaccin Pfizer a un impact sur la fertilité. Mais malgré les conseils du gouvernement indiquant clairement que les femmes enceintes ne devraient pas recevoir l’injection de Pfizer Covid-19, nous savons qu’elles l’ont reçu, car plusieurs fausses couches ont été signalées comme des effets indésirables au système de carte jaune de la MHRA à partir du 9 décembre 2020.

Une étude en conditions réelles révèle que le taux de fausses couches est de 82 % après la vaccination par le Covid-19.
Mais nous sommes en avril 2021 et, bien qu’aucune étude scientifique n’ait été menée pour confirmer la sécurité de l’utilisation du vaccin Pfizer pendant la grossesse, le gouvernement britannique a décidé que toutes les femmes enceintes devaient se voir proposer le vaccin Pfizer sur recommandation du Joint Committee of Vaccination and Immunisation (JCVI), qui a cité des « données réelles provenant des États-Unis » montrant que des femmes enceintes avaient été vaccinées sans qu’aucun problème de sécurité ne soit soulevé.

Malheureusement, ces données réelles des États-Unis ont été manipulées pour montrer que le taux de fausses couches n’était que de 12,6 %, alors que le taux réel de fausses couches atteignait 82 %.

En juillet 2021, nous avons révélé en exclusivité comment des données avaient été manipulées par des scientifiques menant une étude en situation réelle pour le CDC afin de montrer que les vaccins Covid-19 pouvaient être utilisés sans danger pendant la grossesse.

Les auteurs ont affirmé que le nombre de personnes ayant subi un avortement spontané (fausse couche) au cours de l’étude était de 104 sur 827 grossesses menées à terme, ce qui correspond à un risque de fausse couche de 12,6 %, soit 7 à 12 % de moins que le risque de fausse couche dans la population générale.

Cependant, notre analyse a prouvé que ces chiffres étaient extrêmement trompeurs, car sur les 827 grossesses menées à terme, 700 / 86% des femmes avaient reçu une dose du vaccin Pfizer ou Moderna Covid-19 au cours du troisième trimestre de la grossesse, ce qui signifie qu’il leur était impossible de faire une fausse couche, car celle-ci ne peut survenir qu’avant la 20e semaine de grossesse.

Cela signifie que 127 femmes seulement ont reçu le vaccin Pfizer ou Moderna Covid-19 au cours du premier ou du deuxième trimestre, et que 104 d’entre elles ont malheureusement perdu leur bébé.

Par conséquent, le taux d’incidence des fausses couches était de 82 %, et non de 12,6 % comme indiqué dans les conclusions de l’étude. Les auteurs de l’étude ont depuis admis qu’ils avaient fait une erreur, en publiant une correction six mois trop tard, car l’étude a été utilisée pour justifier la vaccination au Covid-19 des femmes enceintes et des nouvelles mères dans le monde entier.

Une étude révèle que le vaccin Pfizer s’accumule dans les ovaires

Une autre étude menée au Japon sur le vaccin Pfizer, intitulée « Pfizer Confidential », montre que le vaccin Covid-19 s’accumule dans les ovaires.

Dans les 15 premières minutes suivant l’injection du vaccin Pfizer, les chercheurs ont constaté que la concentration totale de lipides dans les ovaires était de 0,104 ml. Ce chiffre est ensuite passé à 1,34 ml après 1 heure, 2,34 ml après 4 heures, puis 12,3 ml après 48 heures.

Plus de 40 000 troubles menstruels signalés comme effets indésirables des vaccins Covid-19

Cela pourrait-il expliquer pourquoi près de 40 000 rapports de modifications des règles et de saignements vaginaux inattendus ont été signalés au système de carte jaune de la MHRA comme des effets indésirables de toutes les injections de Covid-19 disponibles ?

Jusqu’au 17 novembre 2021, la MHRA a reçu 1 724 rapports de troubles menstruels, 3 034 rapports d’irrégularités menstruelles, 5 068 rapports de saignements menstruels abondants, parmi des milliers d’autres, comme effets indésirables présumés du vaccin Covid-19 de Pfizer.

En septembre 2021, le Dr Victoria Male, maître de conférences en immunologie reproductive à l’Imperial College de Londres, a publié un article dans le British Medical Journal dans lequel elle affirme qu’un lien entre les changements menstruels et la vaccination Covid-19 est parfaitement plausible et devrait être étudié.

Le Dr Victoria Male conclut dans son article que : « Une leçon importante est que les effets des interventions médicales sur les menstruations ne devraient pas être une réflexion après coup dans les recherches futures.

« Les essais cliniques constituent le cadre idéal pour différencier les changements menstruels causés par les interventions de ceux qui se produisent de toute façon, mais il est peu probable que les participants signalent des changements dans leurs règles, à moins qu’on ne leur demande expressément.

« Les informations sur les cycles menstruels et autres saignements vaginaux devraient être activement sollicitées dans les futurs essais cliniques, y compris les essais de vaccins contre le covid-19. »

Mais ce qui est peut-être plus intéressant que l’article lui-même, ce sont certaines des réponses qui ont été reçues à son sujet.

Source

Le cancer de l’ovaire et les décès néonatals sont en hausse

Ce qui nous amène aux dernières données disponibles auprès de Public Health Scotland, sur l’incidence du cancer et des décès néonatals au cours des dernières années.

Public Health Scotland (PHS) dispose d’un tableau de bord complet sur les impacts plus larges de Covid-19 sur le système de soins de santé, que l’on peut trouver ici, et qui comprend toute une série de données allant des statistiques sur la santé mentale aux grossesses, en passant par les données sur les troubles cardiovasculaires et le cancer.

Les données disponibles pour tous les types de cancers montrent que le nombre total d’individus souffrant d’un cancer en 2021 est légèrement inférieur à la moyenne 2017-2019, mais supérieur aux chiffres enregistrés en 2020.

Tous les cancers

Toutefois, les données relatives au nombre d’individus souffrant d’un cancer de l’ovaire montrent que la tendance actuelle en 2021 est nettement supérieure à celle de 2020 et à la moyenne 2017-2019.

cancer des ovaires

En outre, une enquête a été ouverte sur une augmentation brutale du nombre de décès de nouveau-nés en Écosse.

Les chiffres officiels révèlent que 21 nourrissons sont décédés en septembre dans les 28 jours suivant leur naissance. Le taux de mortalité néonatale a ainsi franchi un seuil d’alerte supérieur appelé « limite de contrôle » pour la première fois depuis au moins quatre ans.

Les limites de contrôle et d’alerte sont conçues pour signaler aux équipes de santé publique les cas de décès néonatals, de mortinatalité ou d’autres décès de nourrissons à des niveaux élevés ou bas inattendus qui ne sont peut-être pas dus au hasard.

Décès en néonatalité par 1000 naissances en Écosse

Bien que le taux fluctue d’un mois à l’autre, le chiffre de septembre – 4,9 pour 1000 naissances vivantes – est comparable aux derniers niveaux typiques observés à la fin des années 1980.

Public Health Scotland (PHS), qui est l’un des organismes qui enquêtent actuellement sur ce pic, a déclaré que le fait que la limite supérieure de contrôle ait été dépassée « indique qu’il est plus probable que des facteurs autres que la variation aléatoire aient pu contribuer au nombre de décès survenus ».

Les vaccins Covid-19 sont-ils à blâmer ?

Il est bien sûr impossible de conclure de manière définitive que les injections de Covid-19 sont responsables de l’augmentation du nombre de cancers de l’ovaire et de décès néonatals en Ecosse.

Mais avec

  • des études montrant que le vaccin Covid-19 s’accumule dans les ovaires au fil du temps,
  • des scientifiques ont exprimé leurs inquiétudes quant à la possibilité que les injections causent l’infertilité en décembre 2020,
  • des données réelles montrant que le taux de fausses couches atteint 82 % après la vaccination,
    et plus de 40 000 troubles menstruels ont été signalés comme des effets indésirables des injections de Covid-19,
  • Il est tout à fait clair que les injections de Covid-19 interfèrent avec le système reproductif et que des études et des enquêtes supplémentaires doivent être menées avec effet immédiat.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s