Les coïncidences sont-elles responsables de la hausse soudaine du nombre de mort-nés, de décès de nouveau-nés et de troubles menstruels ?

Qui se souvient du 11 novembre 2021 alors qu’un rassemblement s’était formé devant l’hôpital Lions Gate à North Vancouver, en Colombie-Britannique (C.-B.). Le groupe était là pour attirer l’attention sur une tragédie impensable : 13 bébés seraient morts-nés à l’hôpital en l’espace de 24 heures. Toutes leurs mères avaient reçu une injection de COVID-19.

Selon l’un des manifestants, il peut y avoir un bébé mort-né à l’hôpital au cours d’un mois normal, ce qui rend les 13 mort-nés très inhabituels. Si ces décès ont été révélés, c’est uniquement parce que plusieurs doulas se sont manifestées et ont décrit les événements en détail.

Le Vancouver Coastal Health a contesté les rapports sur les mort à la naissances à l’hôpital Lions Gate, déclarant :  » Cette affirmation est fausse… Il n’y a pas eu de changement notable dans l’incidence des mort à la naissances dans la région du VCH tout au long de la pandémie de COVID-19. « 

Cependant, après avoir parlé avec la police à l’extérieur de l’hôpital, le Dr Daniel Nagase et le Dr Mel Bruchet ont lancé une enquête officielle, et le Dr Nagase a déposé une plainte officielle auprès de la Gendarmerie royale du Canada contre les dirigeants du College of Physicians & Surgeons of BC, alléguant des conflits d’intérêts influençant leurs politiques, leurs décisions et leurs déclarations à la population de la Colombie-Britannique.

Si l’un des dirigeants détient des actions, des obligations ou des fonds communs de placement, par exemple, qui prennent de la valeur avec l’augmentation des ventes de produits pharmaceutiques, a déclaré M. Nagase, il s’agit d’un conflit d’intérêts qui aurait dû être déclaré. L’implication est que cela peut également influencer leur probabilité d’enquêter davantage sur le nombre inhabituel de mort-nés survenus à l’hôpital, notamment en relation avec le vaccin COVID-19 que les mères ont reçu.

Forte hausse des décès de nouveau-nés en Écosse

L’Écosse a également connu une hausse inhabituelle du taux de mortalité infantile. En septembre 2021, au moins 21 bébés âgés de moins de 4 semaines sont décédés, soit un taux de 4,9 pour 1 000 naissances. Le taux moyen de mortalité des nouveau-nés en Écosse est d’environ 2 pour 1 000 naissances.

Public Health Scotland (PHS), qui enquête sur ces décès, a déclaré : « Le dépassement de la limite supérieure de contrôle indique qu’il est plus probable que des facteurs autres que la variation aléatoire aient pu contribuer au nombre de décès », ajoutant qu’il n’y avait « actuellement aucune indication de liens entre ces décès et l’infection par le Covid-19 ».

Il n’est pas clair si l’injection de COVID-19 chez les femmes enceintes sera évaluée comme un facteur contributif ou causal, bien qu’elle doive absolument l’être.

Le PHS a seulement déclaré qu’il collaborait avec le Scottish National Neonatal Network, le Maternity and Children Quality Improvement Collaborative et le gouvernement écossais « pour comprendre tout facteur contribuant aux tendances les plus récentes en matière de mortalité infantile, et pour intégrer les résultats dans les travaux de prévention et d’amélioration existants « .

Les décès fœtaux et les mortinaissances explosent chez les femmes ayant reçu des injections.

Au 12 novembre 2021, 2 620 cas de mort fœtale ou de mortinatalité chez des femmes ayant reçu une injection de COVID-19 ont été signalés au Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS). Health Impact News a effectué la même recherche VAERS, mais en excluant cette fois les injections de COVID-19 – pour rechercher les morts fœtales chez les femmes ayant été vaccinées avec tout autre vaccin qu’une injection de COVID-19 au cours des plus de 30 dernières années. Ils ont trouvé:

« Nous sommes actuellement en passe de voir un total annuel de 2 838 décès fœtaux enregistrés à la suite des injections de COVID-19, alors que la moyenne annuelle des décès fœtaux enregistrés à la suite de la vaccination de femmes enceintes au cours des 30 dernières années a été de 74 décès fœtaux par an. »

Les autorités sanitaires insistent pour que les femmes enceintes reçoivent une injection de COVID-19, mais les données ne confirment pas sa sécurité. L’étude commanditée par les CDC et publiée dans le New England Journal of Medicine (NEJM), qui a été largement utilisée pour soutenir la recommandation américaine d’injecter les femmes enceintes, a été corrigée en octobre 2021, la correction stipulant :

 » Dans les notes de bas de page du tableau, le contenu suivant aurait dû être annexé à la note de bas de page de la double dague :

« Aucun dénominateur n’était disponible pour calculer une estimation du risque d’avortements spontanés, car au moment de la rédaction de ce rapport, le suivi jusqu’à 20 semaines n’était pas encore disponible pour 905 des 1224 participants vaccinés dans les 30 jours précédant le premier jour de la dernière période menstruelle ou au cours du premier trimestre. En outre, toute estimation du risque devrait tenir compte du risque d’avortement spontané spécifique à la semaine de gestation. »

Les données utilisées pour soutenir l’injection de COVID-19 chez les femmes enceintes

Dans une communication rapide de l’Institute for Pure and Applied Knowledge (IPAK), Aleisha Brock, docteur en médecine de Nouvelle-Zélande, et Simon Thornley, docteur en médecine, maître de conférences dans la section d’épidémiologie et de biostatistique de l’Université d’Auckland, expliquent que l’étude du NEJM « présente des statistiques faussement rassurantes concernant le risque d’avortement spontané en début de grossesse, puisque la majorité des femmes dans le calcul ont été exposées au produit ARNm après que la période de résultat ait été définie (20 semaines de gestation)  » .

Lorsque le risque d’avortement spontané, ou de fausse couche, a été recalculé sur la base de la cohorte qui avait reçu l’injection avant la 20e semaine de gestation, l’incidence de fausse couche était sept à huit fois plus élevée que ce qu’indiquait l’étude originale, avec une incidence cumulative de fausse couche allant de 82 % à 91 %. Selon le rapport de l’IPAK :

 » L’étude indique qu’au moins 81,9 % (≥ 104/127) ont connu un avortement spontané suite à une exposition à l’ARNm avant 20 semaines, et 92,3 % (96/104) des avortements spontanés sont survenus avant 13 semaines de gestation. Il s’agit d’une proportion très élevée de perte de grossesse observée chez les personnes exposées à la vaccination ARNm avant 20 semaines de gestation, allant de 81,9 à 91,2 % ….

L’interprétation des auteurs selon laquelle il n’y a pas de différence dans l’incidence observée de la perte de grossesse chez ceux qui ont reçu leur premier vaccin ARNm avant 20 semaines de gestation par rapport à la ligne de base doit être remise en question.

À la lumière de ces résultats, des décisions politiques clés ont été prises en utilisant des données non fiables et douteuses. Nous concluons que les affirmations faites à partir de ces données sur la sécurité de l’exposition des femmes en début de grossesse à des vaccins à base d’ARNm pour prévenir le COVID-19 ne sont pas justifiées et nous recommandons que ces décisions politiques soient revues. »

Demande le retrait immédiat des injections d’ARNm

Non seulement les données de l’IPAK montrent que les injections de COVID-19 avant 20 semaines ne sont pas sûres pour les femmes enceintes, mais 12,6 % des femmes qui l’ont reçu au troisième trimestre ont signalé des effets indésirables de grade 3, qui sont graves ou médicalement significatifs mais ne mettent pas immédiatement leur vie en danger. Un autre 8 % a également signalé une fièvre de 38 degrés C (100,4 degrés F), qui peut entraîner une fausse couche ou un travail prématuré.

En outre, le suivi de l’étude n’a duré que 28 jours après la naissance, ce qui signifie que les effets à long terme de l’exposition prénatale sur les bébés sont inconnus. Les nombreuses préoccupations liées aux injections d’ARNm COVID-19 pendant la grossesse et l’allaitement comprennent la transmission de l’ARNm et de la protéine de pointe à travers le placenta et dans le lait maternel, ainsi que l’inhibition de la synctyine-1, une protéine essentielle à la fusion cellulaire et au développement placentaire.

Les femmes enceintes ont été exclues des essais cliniques sur l’injection d’ARNm, mais une étude menée par Pfizer-BioNTech sur des rats a révélé que l’injection a plus que doublé l’incidence de la perte préimplantatoire et a également entraîné une faible incidence de malformations de la bouche/mâchoire, de gastroschisis (une anomalie congénitale de la paroi abdominale) et d’anomalies de l’arc aortique droit et des vertèbres cervicales chez les fœtus.

Ensemble, l’IPAK estime que les données sont suffisamment convaincantes pour retirer les vaccins pour les populations vulnérables. En notant leur avis en caractères gras, ils disent :

« Compte tenu des preuves présentées ici, nous suggérons le retrait immédiat de l’utilisation du vaccin à ARNm chez les femmes enceintes (catégorie X) et celles qui allaitent, parallèlement au retrait des vaccins à ARNm chez les enfants ou les personnes en âge de procréer dans la population générale, jusqu’à ce que des données plus convaincantes relatives à la sécurité et aux impacts à long terme sur la fertilité, la grossesse et la reproduction soient établies dans ces groupes. »

Chercheur sur les vaccins : Changements menstruels liés à la vaccination

Des femmes de tous les États-Unis ont signalé des changements dans leurs cycles menstruels après l’injection de COVID-19. Il s’agit de règles plus abondantes, plus précoces et plus douloureuses, ainsi que de saignements inattendus ou de tachetures chez les femmes sous contraception à longue durée d’action ou chez celles qui sont ménopausées et n’ont pas eu de règles depuis des années, voire des décennies.

Gunnveig Grødeland, chercheur norvégien spécialiste des vaccins à l’Université d’Oslo et à l’Hôpital universitaire d’Oslo, a déclaré à TV2.no :  » Il y a un nombre suffisant de femmes qui connaissent des changements, non seulement en Norvège, mais aussi à l’étranger, pour qu’il soit probable que cela soit lié au vaccin « 

L’Institut norvégien de santé publique (NIPH) étudie actuellement les saignements menstruels de 60 000 femmes norvégiennes âgées de 11 à 80 ans afin de déterminer si les irrégularités sont liées aux injections de COVID-19.

« Nous ne pouvons pas exclure qu’il y ait un lien entre ces irrégularités menstruelles et le vaccin. Nous prenons ces rapports au sérieux et nous faisons un travail approfondi afin d’étudier les corrélations possibles », a déclaré Lill Trogstad du NIPH à TV2.

Kate Clancy, écologiste de la reproduction humaine et professeur associé d’anthropologie à l’université de l’Illinois Urbana-Champaign, et Katharine Lee, anthropologue biologique étudiant la santé des femmes à la faculté de médecine de l’université Washington à St. Louis, disposent également de plus de 140 000 rapports de personnes ayant connu des changements dans leurs règles après des injections de COVID-19, qu’elles documentent officiellement dans une étude ouverte.

De plus, 30 000 autres rapports de changements de règles suite aux injections ont été signalés à l’organisme de réglementation du Royaume-Uni. L’implication est que les injections pourraient avoir un effet sur la fertilité, mais les responsables se sont empressés de nier un tel lien.

Cependant, dans un éditorial publié dans le British Medical Journal, Victoria Male, maître de conférences en immunologie de la reproduction à l’Imperial College de Londres, a déclaré qu’en ce qui concerne les modifications des règles après les injections de COVID-19, « un lien est plausible et devrait être étudié « .

“Menstrual changes have been reported after both mRNA and adenovirus vectored covid-19 vaccines, suggesting that, if there is a connection, it is likely to be a result of the immune response to vaccination rather than a specific vaccine component. Vaccination against human papillomavirus (HPV) has also been associated with menstrual changes.

… Biologically plausible mechanisms linking immune stimulation with menstrual changes include immunological influences on the hormones driving the menstrual cycle or effects mediated by immune cells in the lining of the uterus, which are involved in the cyclical build-up and breakdown of this tissue. Research exploring a possible association between covid-19 vaccines and menstrual changes may also help understand the mechanism.”

Vous ne pouvez pas prendre une décision éclairée sans connaître les faits.

Pour l’instant, les femmes ne sont pas prévenues des risques potentiels de fausse couche, d’irrégularités menstruelles et même de fertilité qui ont été découverts. Il s’agit pourtant d’une question urgente qui doit être étudiée afin que les gens puissent prendre une décision éclairée avant de consentir à une injection qui pourrait avoir de graves effets sur la reproduction.

Il faut cependant savoir que Janci Chunn Lindsay, docteur en toxicologie et en biologie moléculaire, qui travaille au M.D. Anderson Cancer Center-Houston, a pris la parole lors de la réunion du Comité consultatif sur les pratiques de vaccination du CDC, le 23 avril 2021.

L’objet de la réunion était les troubles de la coagulation sanguine suite aux injections de COVID-19, et Lindsay a pris la parole pendant la période de commentaires publics, demandant que « tous les vaccins de thérapie génique » soient « arrêtés immédiatement en raison de problèmes de sécurité sur plusieurs fronts », y compris la fertilité. Lindsay a averti qu’il existe de sérieux signaux d’alarme indiquant qu’une génération entière pourrait être exposée au risque de stérilisation si les injections de COVID-19 ne sont pas arrêtées jusqu’à ce que des recherches supplémentaires soient menées.

Janci Chunn Lindsay, docteur en toxicologie et en biologie moléculaire :

« Nous ne pouvons tout simplement pas administrer ces [vaccins] à nos enfants, qui présentent un risque de 0,002 % de mortalité due au Covid, s’ils sont infectés, ni à d’autres membres de la population en âge de procréer, sans mener une enquête approfondie sur cette question. [Si nous le faisons], nous pourrions potentiellement stériliser une génération entière. La spéculation selon laquelle cela ne se produira pas et quelques rapports anecdotiques de grossesses dans le cadre de l’essai ne sont pas une preuve suffisante que cela n’a pas d’impact à l’échelle de la population. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s