Des chercheurs examinent la base de données COVID et font une énorme découverte en excluant les personnes vaccinées

Une nouvelle étude vante le pouvoir de l’immunité naturelle pour lutter contre les pires effets du coronavirus.

Les chercheurs, qui ont présenté leurs résultats la semaine dernière dans le New England Journal of Medicine, ont examiné 353 326 patients atteints du COVID-19 dans le pays de la péninsule arabique, le Qatar, qui ont été infectés entre le 28 février 2020 et le 28 avril 2021.

La recherche a exclu environ 87 500 personnes qui ont été vaccinées pendant la durée de l’étude.

Sur le reste du groupe étudié, seules 1 304 personnes ont contracté à nouveau le COVID-19, et aucune n’a dû recevoir un traitement en soins intensifs pour cette maladie, officiellement connue sous le nom de SRAS-CoV-2.

« Dans des études antérieures, nous avons évalué que l’efficacité d’une infection naturelle antérieure comme protection contre une réinfection par le SRAS-CoV-2 était de 85 % ou plus », ont écrit les chercheurs du National Study Group for COVID-19 Epidemiology du Qatar.

« En conséquence, pour une personne qui a déjà eu une infection primaire, le risque d’avoir une réinfection grave ne représente qu’environ 1 % du risque d’une personne non infectée antérieurement d’avoir une infection primaire grave. »

Nous vivons dans un monde étrange où les personnes qui ne prennent pas de médicament contre un virus parce qu’elles ont déjà une immunité naturelle et ne peuvent pas le transmettre à d’autres personnes, sont accusées de ne pas prendre un médicament qui n’empêche pas ceux qui le prennent de transmettre le virus à d’autres personnes.

Les chercheurs ont noté que la durée de l’immunité naturelle doit être mieux comprise.

Il faut déterminer si cette protection contre une maladie grave lors d’une réinfection dure plus longtemps, par analogie avec l’immunité qui se développe contre d’autres coronavirus saisonniers du type « rhume », qui suscitent une immunité à court terme contre une réinfection légère, mais une immunité à plus long terme contre une maladie plus grave lors d’une réinfection », indique l’étude.

L’immunité naturelle fonctionne. Pas parfaitement, mais elle fonctionne. Mieux que les vaccins.
La réinfection par le Covid-19 est rare, la maladie grave est encore plus rare, selon une étude menée auprès de personnes au Qatar.

« Si c’était le cas du SRAS-CoV-2, le virus (ou du moins les variantes étudiées à ce jour) pourrait adopter un schéma d’infection plus bénin lorsqu’il devient endémique », indique l’étude.

L’étude souligne que les personnes infectées une fois ont « 90 % de chances en moins d’entraîner une hospitalisation ou un décès que les infections primaires. »

« Quatre réinfections ont été suffisamment graves pour entraîner une hospitalisation en soins aigus. Aucune n’a conduit à une hospitalisation dans une unité de soins intensifs, et aucune ne s’est soldée par un décès », rapporte l’étude.

« Les réinfections étaient rares et généralement bénignes, peut-être en raison du système immunitaire amorcé après la primo-infection. »

La Suisse vient d’étendre la période pendant laquelle l’immunité post-infection est une preuve solide d’immunité de 6 mois à un an. Ils reconnaissent le fait évident que l’immunité naturelle est plus forte et plus durable que celle fournie par les vaccins. Bonjour
@sajidjavid

Lorsque vous n’avez que 1 300 réinfections parmi autant de personnes, et quatre cas de maladie grave, c’est assez remarquable », a déclaré John Alcorn, expert en immunologie et professeur de pédiatrie à l’université de Pittsburgh, selon CNN.

Alcorn ne faisait pas partie de l’équipe qui a mené l’étude.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s