2 809 bébés morts, de nouveaux documents prouvent que les autorités et l’industrie pharmaceutique savaient que les vaccins n’étaient pas sûres pour les femmes enceintes

Le dernier versement de données dans le Vaccine Adverse Events Reporting System (VAERS) du gouvernement américain a eu lieu il y a quelques jours (12/3/21) et couvre les données jusqu’au 26 novembre 2021.

Il y a maintenant 927 740 cas signalés au VAERS à la suite d’injections de COVID-19 au cours des 11 derniers mois, sur un total de 1 782 453 cas dans l’ensemble de la base de données VAERS enregistrée au cours des 30 dernières années.

Cela signifie que 52 % de TOUS les cas d’effets indésirables de vaccins recensés par le VAERS au cours des 30 dernières années ont été signalés au cours des 11 derniers mois suivant l’injection de COVID-19.

En outre, 68 % de tous les décès consécutifs à l’administration d’un vaccin signalés dans le VAERS au cours des 30 dernières années ont été signalés dans les 11 mois qui ont suivi l’injection de COVID-19.

Nous sommes en passe de voir 21 307 décès signalés au cours de la première année suivant les injections expérimentales de COVID-19, alors que la moyenne annuelle des décès signalés après des vaccins approuvés par la FDA au cours des 30 dernières années est de 305 décès.

Il s’agit d’une augmentation stupéfiante de 86 % des décès signalés à la suite des injections de COVID-19, soit 70 fois plus que la moyenne des décès signalés à la suite des vaccinations de ces 30 dernières années !

Vaccins approuvés par la FDA : 305 décès par an

Vaccins COVID-19 EUA : 21 307 décès par an

Et comme la Dr Jessica Rose l’a déjà signalé, le facteur de sous-déclaration dans le VAERS pour les injections de COVID-19 est de 41X, ce qui signifie qu’au moins 800 812 personnes sont décédées suite aux injections de COVID-19 selon les données du VAERS.

La plupart, si ce n’est la totalité, de ces décès sont rapportés dans les médias d’entreprise appartenant à l’industrie pharmaceutique comme des décès liés au COVID, car il y a maintenant plus de décès liés au COVID enregistrés pour les 11 premiers mois de 2021 que pour l’année entière en 2020, alors qu’il n’y avait pas de vaccins COVID jusqu’en décembre. (Source.)

Nombre record de décès fœtaux après des injections de COVID-19

Depuis cette dernière mise à jour du VAERS, nous avons trouvé 2 809 décès fœtaux suite à l’injection de COVID-19 à des femmes enceintes ou en âge de procréer au cours des 11 derniers mois. (Source.)

En revanche, en utilisant exactement les mêmes paramètres de recherche dans VAERS, mais en excluant les injections de COVID-19, nous avons trouvé 2 168 décès fœtaux consécutifs à tous les vaccins approuvés par la FDA au cours des plus de 30 dernières années. (SOURCE)

Cela représente une moyenne de 72 morts fœtales par an après l’administration de tous les vaccins approuvés par la FDA au cours des 30 dernières années, alors que le nombre de morts fœtales en un an après l’administration du COVID-19 est en passe d’atteindre 3064.

Vaccins approuvés par la FDA : 72 morts fœtales par an

Vaccins COVID-19 EUA : 3064 morts fœtales par an

Cela représente une augmentation de 80 % des décès fœtaux enregistrés dans le VAERS suite aux injections de COVID-19. Et pourtant, le CDC et la FDA continuent de recommander ces injections aux femmes enceintes et aux mères allaitantes.

Non seulement ils recommandent ces vaccins pour les femmes enceintes, mais nous avons maintenant de nombreuses preuves qu’ils savent depuis le début de l’année que ces vaccins sont dangereux pour les femmes enceintes et qu’ils provoquent des morts fœtales.

Lors de la réunion de la Commission consultative sur les vaccins de l’enfance (ACCV) du 4 mars 2021, les CDC ont présenté un rapport contenant une section intitulée : « Maternal vaccination safety summary » (qui commence à la page 39).

Ils ont déclaré

  • Les femmes enceintes n’ont pas été spécifiquement incluses dans les essais cliniques pré-autorisation des vaccins COVID-19.
  • La surveillance de l’innocuité après l’autorisation et la recherche sont les principaux moyens d’obtenir des données sur l’innocuité de la vaccination au COVID-19 pendant la grossesse.
  • Un nombre plus important que prévu de femmes enceintes déclarées se sont inscrites dans v-safe.
  • Le profil de réactogénicité et les effets indésirables observés chez les femmes enceintes dans v-safe n’indiquent aucun problème de sécurité (sur la base de quels critères ? ??).
  • La plupart des signalements au VAERS chez les femmes enceintes (73%) concernaient des effets indésirables non spécifiques à la grossesse (par exemple, des réactions locales et systémiques).
  • La fausse couche était l’effet indésirable spécifique à la grossesse le plus fréquemment signalé au VAERS ; les chiffres se situent dans les limites des taux de base connus basés sur les doses présumées de vaccin COVID-19 administrées aux femmes enceintes (aucune preuve à l’appui de ces affirmations).

Il est important de noter que tous ces rapports des CDC sont basés sur des données fournies par les femmes enceintes.

Nous savons qu’il est politiquement incorrect de mettre tout problème de santé sur le compte d’un « vaccin » COVID-19, et que les médecins et les infirmières subissent des pressions pour NE PAS signaler ces cas, alors combien de femmes enceintes ont eu un effet indésirable, comme une fausse couche, et n’ont jamais pensé à le relier à leur injection de COVID-19 ?

En mars de cette année (2021), les effets des injections sur les femmes enceintes suscitaient déjà de vives inquiétudes, car les femmes enceintes étaient « plus nombreuses que prévu » à signaler des effets indésirables, et « l’événement indésirable spécifique à la grossesse le plus fréquemment signalé au VAERS » était la « fausse couche ».

Puis en août de cette année (2021), le CDC a présenté une « nouvelle étude » avec de « nouvelles données ».

Encore une fois, ces « données » dépendent des effets indésirables « auto-déclarés » par les femmes enceintes. Nous savons donc que ces rapports seront bien en deçà de ce qui se passait réellement dans la population, car il est politiquement incorrect de signaler tout effet indésirable lié aux injections expérimentales de COVID-19. En effet, il est politiquement incorrect de signaler tout effet indésirable lié aux injections expérimentales de COVID-19. Le faire, c’est être catalogué « anti-vaxxer » et avoir honte à vie.

La mise à jour du mois d’août admettait que 13% des femmes enceintes qui avaient reçu une injection de COVID-19 avaient fait une fausse couche. Le CDC a balayé cela d’un revers de main en déclarant que « les fausses couches surviennent généralement dans environ 11 à 16 % des grossesses ».

Mais bien sûr, TOUTES les fausses couches sont rapportées quelque part dans les dossiers médicaux, c’est pourquoi ils peuvent même sortir une fourchette de chiffres comme celle-ci. Ce chiffre est donc basé sur 100% des données rapportées, alors que les fausses couches liées au COVID-19 ne sont basées que sur ce qui a été rapporté par les femmes elles-mêmes, et nous n’avons aucune idée du nombre de femmes qui n’ont jamais rapporté leurs fausses couches parce qu’elles ne les ont jamais reliées à leur injection de COVID-19.

L’une des principales études sur lesquelles le CDC se serait appuyé pour déclarer que les injections de COVID-19 étaient sans danger pour les femmes enceintes est une étude publiée dans le New England Journal of Medicine le 17 juin 2021.

Mais le 14 octobre 2021, ils ont publié une déclaration indiquant que certaines de leurs données étaient erronées dans l’étude du 17 juin. (Source.) Cela concernait spécifiquement les grossesses de la 20e semaine ou plus tôt.

« Aucun dénominateur n’était disponible pour calculer une estimation du risque d’avortements spontanés, car au moment de la rédaction de ce rapport, le suivi jusqu’à 20 semaines n’était pas encore disponible pour 905 des 1224 participants vaccinés dans les 30 jours précédant le premier jour de la dernière période menstruelle ou au cours du premier trimestre. En outre, toute estimation du risque devrait tenir compte du risque d’avortement spontané spécifique à la semaine de gestation. » (Source.)

Dans cette vidéo que nous avons produite en octobre, le Dr Byram Bridle du Canada et le Dr Martin Kulldorff de la Harvard Medical School discutent de la signification de cette erreur folle.

Depuis lors, des chercheurs néo-zélandais ont mené une nouvelle étude sur les données originales, et ont conclu :

Une nouvelle analyse de ces chiffres indique une incidence cumulée d’avortement spontané allant de 82% (104/127) à 91% (104/114), soit 7 à 8 fois plus que les résultats des auteurs originaux. (Source.)

Et pourtant, les CDC et la FDA continuent de recommander les injections aux femmes enceintes, même si une analyse correcte des données originales montre que 82% à 91% des femmes enceintes feront des fausses couches si leur enfant à naître a moins de 20 semaines. (Source.)

Nous avons également la preuve que Pfizer connaissait les risques que présentaient ses injections de COVID-19 pour les femmes enceintes.

En mai de cette année (2021), nous avons publié un rapport rédigé par Bud Shaver, d’Abortion Free New Mexico, basé sur un dénonciateur qui a fait partie d’un groupe de travail sur le COVID-19 et qui a trouvé des documents que Pfizer avait soumis à l’Agence européenne des médicaments (EMA) pour autoriser les injections en Europe, qui comprenaient des essais sur des animaux montrant que de graves malformations congénitales se produisaient chez des spécimens de rats.

Les fiches d’information de Pfizer précisent que les femmes enceintes ou qui allaitent doivent discuter de leurs options avec leurs prestataires de soins de santé. Bien que la FDA américaine n’ait pas publié l’intégralité des détails de l’étude qui lui ont été fournis pour l’approbation de l’autorisation d’utilisation d’urgence (EUA), l’Agence européenne des médicaments l’a fait.

Les documents complets de l’étude sont disponibles sur le site http://www.ema.europa.eu.

Selon l’étude de toxicité pour la reproduction du produit Pfizer, réalisée sur des rates enceintes : « On a constaté une augmentation (~2x) des pertes de grossesse préimplantatoire et une très faible incidence de gastroschisis, de malformations de la bouche et de la mâchoire, d’arc aortique droit et d’anomalies des vertèbres cervicales.

Ils affirment que ces réductions de grossesse se situent dans des limites histologiques normales, mais elles ont été observées de manière constante et sont probablement statistiquement significatives. Le gastroschisis est un cas où les intestins poussent à l’extérieur du corps.

L’arc aortique droit signifie que le cœur s’est formé dans le mauvais sens (l’arc aortique devrait être du côté gauche).

Depuis lors, des chercheurs néo-zélandais ont mené une nouvelle étude sur les données originales, et ont conclu :

Une nouvelle analyse de ces chiffres indique une incidence cumulée d’avortement spontané allant de 82% (104/127) à 91% (104/114), soit 7 à 8 fois plus que les résultats des auteurs originaux.

Et pourtant, les CDC et la FDA continuent de recommander les injections aux femmes enceintes, même si une analyse correcte des données originales montre que 82% à 91% des femmes enceintes feront des fausses couches si leur enfant à naître a moins de 20 semaines.

Nous avons également la preuve que Pfizer connaissait les risques que présentaient ses injections de COVID-19 pour les femmes enceintes.

En mai de cette année (2021), nous avons publié un rapport rédigé par Bud Shaver, d’Abortion Free New Mexico, basé sur un dénonciateur qui a fait partie d’un groupe de travail sur le COVID-19 et qui a trouvé des documents que Pfizer avait soumis à l’Agence européenne des médicaments (EMA) pour autoriser les injections en Europe, qui comprenaient des essais sur des animaux montrant que de graves malformations congénitales se produisaient chez des spécimens de rats.

Les fiches d’information de Pfizer précisent que les femmes enceintes ou qui allaitent doivent discuter de leurs options avec leurs prestataires de soins de santé. Bien que la FDA américaine n’ait pas publié l’intégralité des détails de l’étude qui lui ont été fournis pour l’approbation de l’autorisation d’utilisation d’urgence (EUA), l’Agence européenne des médicaments l’a fait.

Les documents complets de l’étude sont disponibles sur le site http://www.ema.europa.eu.

Selon l’étude de toxicité pour la reproduction du produit Pfizer, réalisée sur des rates enceintes : « On a constaté une augmentation (~2x) des pertes de grossesse préimplantatoire et une très faible incidence de gastroschisis, de malformations de la bouche et de la mâchoire, d’arc aortique droit et d’anomalies des vertèbres cervicales.

Ils affirment que ces réductions de grossesse se situent dans des limites histologiques normales, mais elles ont été observées de manière constante et sont probablement statistiquement significatives. Le gastroschisis est un cas où les intestins poussent à l’extérieur du corps.

L’arc aortique droit signifie que le cœur s’est formé dans le mauvais sens (l’arc aortique devrait être du côté gauche). (Source.)

Cela corrobore ce que nous avons trouvé dans le VAERS concernant les « grossesses extra-utérines » consécutives aux injections de COVID-19, qui ont été signalées 50 fois plus souvent qu’après TOUS les vaccins au cours des 30 dernières années. Voir : Les données du VAERS révèlent 50 fois plus de grossesses extra-utérines après des injections de COVID qu’après TOUS les vaccins au cours des 30 dernières années.

Le mois dernier, en novembre 2021, nous avons publié le rapport rédigé par l’avocat Aaron Siri, un avocat spécialisé dans les blessures dues aux vaccins, qui poursuit la FDA au nom de plusieurs médecins qui sont les plaignants et qui ont choisi de mettre leur carrière en jeu pour oser dénoncer les décès et les blessures dus aux vaccins expérimentaux COVID-19.

L’avocat Siri a écrit que Pfizer avait demandé à prendre 55 ans pour fournir ses données d’essai sur les vaccins COVID-19.

La FDA a demandé à un juge fédéral d’obliger le public à attendre jusqu’en 2076 pour divulguer toutes les données et informations sur lesquelles elle s’est basée pour homologuer le vaccin COVID-19 de Pfizer. Ce n’est pas une faute de frappe. Elle veut 55 ans pour produire ces informations au public.

Donc, mettons les choses au clair. Le gouvernement fédéral protège Pfizer de toute responsabilité. Lui donne des milliards de dollars. oblige les Américains à prendre ses produits. Mais ne vous laissera pas voir les données prouvant la sécurité et l’efficacité de son produit. Pour qui le gouvernement travaille-t-il ?

Dans un article de suivi qu’il a publié le 19 novembre 2021, il a signalé que le juge obligeait Pfizer à commencer à publier les données, et qu’ils avaient publié les plus de 91 premières pages.

Deux mois et un jour après avoir été poursuivie en justice, et près de trois mois après avoir homologué le vaccin Covid-19 de Pfizer, la FDA a publié la première série de documents qu’elle a examinés avant d’homologuer ce produit. La production consistait en 91 pages pdf, un fichier xpt, et un fichier txt. Vous pouvez les télécharger ici.

Bien que ce soit aux scientifiques de les analyser correctement, permettez-moi de partager une observation. L’un des documents produits est une analyse cumulative des rapports d’événements indésirables post-autorisation du [vaccin] reçus jusqu’au 28 février 2021, soit à peine 2 ½ mois après que le vaccin ait reçu l’autorisation d’utilisation en urgence (EUA). Ce document fait état des événements indésirables survenus après la vaccination qui ont terminé le  » cycle de travail  » de Pfizer, tant aux États-Unis qu’à l’étranger, jusqu’au 28 février 2021.

Pfizer explique, à la page 6, qu' » en raison du grand nombre de rapports spontanés d’événements indésirables reçus pour le produit, [Pfizer] a donné la priorité au traitement des cas graves…  » et que Pfizer  » a également pris de multiples mesures pour aider à atténuer la forte augmentation des rapports d’événements indésirables « , notamment  » l’augmentation du nombre de collègues chargés de la saisie des données et du traitement des cas  » et  » l’embauche d’environ [EXPURGÉ] employés à temps plein (ETP) supplémentaires « . Demandez-vous pourquoi il est exclusif de partager le nombre de personnes que Pfizer a dû embaucher pour suivre tous les événements indésirables signalés peu après le lancement de son produit.

Cela corrobore ce que nous avons trouvé dans le VAERS concernant les « grossesses extra-utérines » consécutives aux injections de COVID-19, qui ont été signalées 50 fois plus souvent qu’après TOUS les vaccins au cours des 30 dernières années. Voir : Les données du VAERS révèlent 50 fois plus de grossesses extra-utérines après des injections de COVID qu’après TOUS les vaccins au cours des 30 dernières années.

Le mois dernier, en novembre 2021, nous avons publié le rapport rédigé par l’avocat Aaron Siri, un avocat spécialisé dans les blessures dues aux vaccins, qui poursuit la FDA au nom de plusieurs médecins qui sont les plaignants et qui ont choisi de mettre leur carrière en jeu pour oser dénoncer les décès et les blessures dus aux vaccins expérimentaux COVID-19.

L’avocat Siri a écrit que Pfizer avait demandé à prendre 55 ans pour fournir ses données d’essai sur les vaccins COVID-19.

La FDA a demandé à un juge fédéral d’obliger le public à attendre jusqu’en 2076 pour divulguer toutes les données et informations sur lesquelles elle s’est basée pour homologuer le vaccin COVID-19 de Pfizer. Ce n’est pas une faute de frappe. Elle veut 55 ans pour produire ces informations au public.

Donc, mettons les choses au clair. Le gouvernement fédéral américain protège Pfizer de toute responsabilité. Lui donne des milliards de dollars. oblige les Américains à prendre ses produits. Mais ne vous laissera pas voir les données prouvant la sécurité et l’efficacité de son produit. Pour qui le gouvernement travaille-t-il ?

Dans un article de suivi qu’il a publié le 19 novembre 2021, il a signalé que le juge obligeait Pfizer à commencer à publier les données, et qu’ils avaient publié les plus de 91 premières pages.

Deux mois et un jour après avoir été poursuivie en justice, et près de trois mois après avoir homologué le vaccin Covid-19 de Pfizer, la FDA a publié la première série de documents qu’elle a examinés avant d’homologuer ce produit. La production consistait en 91 pages pdf, un fichier xpt, et un fichier txt. Vous pouvez les télécharger ici.

Bien que ce soit aux scientifiques de les analyser correctement, permettez-moi de partager une observation. L’un des documents produits est une analyse cumulative des rapports d’événements indésirables post-autorisation du [vaccin] reçus jusqu’au 28 février 2021, soit à peine 2 ½ mois après que le vaccin ait reçu l’autorisation d’utilisation en urgence (EUA). Ce document fait état des événements indésirables survenus après la vaccination qui ont terminé le  » cycle de travail  » de Pfizer, tant aux États-Unis qu’à l’étranger, jusqu’au 28 février 2021.

Pfizer explique, à la page 6, qu' » en raison du grand nombre de rapports spontanés d’événements indésirables reçus pour le produit, [Pfizer] a donné la priorité au traitement des cas graves…  » et que Pfizer  » a également pris de multiples mesures pour aider à atténuer la forte augmentation des rapports d’événements indésirables « , notamment  » l’augmentation du nombre de collègues chargés de la saisie des données et du traitement des cas  » et  » l’embauche d’environ [EXPURGÉ] employés à temps plein (ETP) supplémentaires « . Demandez-vous pourquoi il est exclusif de partager le nombre de personnes que Pfizer a dû embaucher pour suivre tous les événements indésirables signalés peu après le lancement de son produit.

En ce qui concerne le volume des rapports, dans les 2 ½ mois qui ont suivi l’AMU, Pfizer a reçu un total de 42 086 rapports contenant 158 893 « événements ». La plupart de ces rapports provenaient des États-Unis et concernaient de façon disproportionnée des femmes (29 914 contre 9 182 fournis par des hommes) et des personnes âgées de 31 à 50 ans (13 886 contre 21 325 pour tous les autres groupes d’âge combinés, avec 6 876 autres dont l’âge était inconnu). En outre, 25 957 des événements ont été classés comme « troubles du système nerveux ».

Ainsi, à la fin du mois de février de cette année (2021), alors que Pfizer demandait à la FDA l’approbation complète de son vaccin EUA COVID-19, elle disposait déjà des données de 42 086 rapports contenant 158 893 « événements », affectant de manière disproportionnée les femmes âgées de 31 à 50 ans.

Dans le rapport de « post-commercialisation » de Pfizer, que l’on peut trouver ici, il y a un tableau, le tableau 6, intitulé « Description des informations manquantes » pour « Utilisation pendant la grossesse et l’allaitement », qui couvre 274 cas et qui dit ceci

Cas de grossesse : 274 cas dont :

  • 270 cas de mères et 4 cas de fœtus/bébé représentant 270 grossesses uniques (les 4 cas de fœtus/bébé étaient liés à 3 cas de mères ; 1 cas de mère impliquait des jumeaux).
  • Les résultats de la grossesse pour les 270 grossesses ont été rapportés comme suit : avortement spontané (23), résultat en attente (5), naissance prématurée avec décès néonatal, avortement spontané avec décès intra-utérin (2 chacun), avortement spontané avec décès néonatal et résultat normal (1 chacun). Aucune issue n’a été fournie pour 238 grossesses (à noter que deux issues différentes ont été rapportées pour chaque jumeau, et les deux ont été comptées).
  • 146 cas de mères sans gravité ont rapporté une exposition au vaccin in utero sans la survenue d’aucun événement clinique indésirable. Les PT d’exposition ont été codés aux PT Exposition maternelle pendant la grossesse (111), Exposition pendant la grossesse (29) et Moment d’exposition maternelle non spécifié (6). Le trimestre d’exposition a été rapporté dans 21 de ces cas : 1er trimestre (15 cas), 2ème trimestre (7), et 3ème trimestre (2).
  • 124 cas de mères, 49 non graves et 75 graves, ont rapporté des événements cliniques, qui sont survenus chez les mères vaccinées. Les événements liés à la grossesse rapportés dans ces cas ont été codés selon les PT suivants : avortement spontané (25), contraction utérine pendant la grossesse, rupture prématurée des membranes, avortement, avortement manqué et mort fœtale (1 chacun).
  • 4 cas graves de fœtus/bébé ont rapporté les EA suivants : exposition pendant la grossesse, retard de croissance fœtale, exposition de la mère pendant la grossesse, bébé prématuré (2 chacun) et décès néonatal (1 chacun). Le trimestre d’exposition a été signalé pour 2 cas (jumeaux) comme ayant eu lieu au cours du 1er trimestre.

Ce sont ces données que la FDA a utilisées pour approuver le vaccin COVID-19 de Pfizer.

Pfizer a également fourni à la FDA des données sur les bébés allaités qui indiquaient clairement que les injections affectaient ces bébés.

Cas de bébés nourris au sein : 133, dont

  • 116 cas ont rapporté une exposition au vaccin pendant l’allaitement (PT Exposition via le lait maternel) sans qu’aucun événement clinique indésirable ne soit survenu ;
  • 17 cas, 3 graves et 14 non graves, ont rapporté les événements cliniques suivants survenus chez le nourrisson/l’enfant exposé au vaccin via l’allaitement : Pyrexie (5), Éruption cutanée (4), Irritabilité du nourrisson (3), Vomissements infantiles, Diarrhée, Insomnie et Maladie (2 chacun), Mauvaise alimentation du nourrisson, Léthargie, Malaise abdominal, Vomissements, Allergie au vaccin, Appétit accru, Anxiété,
    Pleurs, sommeil de mauvaise qualité, éructation, agitation, douleur et urticaire (1 chacun).

Cas de mères allaitantes (6) :

  • 1 cas grave a rapporté 3 événements cliniques survenus chez une mère pendant l’allaitement (PT Exposition maternelle pendant l’allaitement) ; ces événements ont été codés aux PTs Frissons, Malaise et Pyrexie.
  • 1 cas non grave rapporté avec des informations très limitées et sans EI associés. (Source.)

Et ceci à la fin du mois de février. Nous pouvons clairement voir quels ont été les résultats sur les enfants à naître depuis lors, simplement sur la base des données limitées rapportées au VAERS, où il y a eu une augmentation de 80 % des décès fœtaux enregistrés dans le VAERS après les injections de COVID-19.

Maintenant, je ne suis qu’un journaliste assis derrière un ordinateur qui accède à ces données accessibles au public afin de pouvoir vous les rapporter. Vous pouvez être sûrs que les scientifiques et les chercheurs travaillant chez Pfizer, à la FDA et au CDC ont également accès à toutes ces données.

Cet article, avec tous les liens vers les données accessibles au public, contient à lui seul plus d’informations qu’il n’en faut pour lancer immédiatement des mandats d’arrêt contre Rochelle Walensky, la directrice du CDC, Janet Woodcock, la directrice de la FDA, et Albert Bourla, le PDG de Pfizer, pour meurtre de masse et crimes contre l’humanité.

Mais y a-t-il un avocat, où que ce soit aux États-Unis, qui pourrait délivrer ces mandats ? Nous pouvons à peu près exclure le procureur général des États-Unis de Biden, Merrick Garland.

Y a-t-il un procureur général dans les 50 États-Unis qui aurait le courage et la bénédiction de son gouverneur pour délivrer de tels mandats d’arrêt ? C’est peu probable, car aucun gouverneur d’un État, qu’il soit rouge ou bleu, n’a pris de mesures pour protéger la vie des gens.

C’est peu probable, car pas un seul gouverneur d’un État, qu’il soit rouge ou bleu, n’a pris de mesures pour protéger la vie et arrêter les criminels à l’origine de ces tirs d’armes biologiques.

Mais comme il s’agit d’agences fédérales, la FDA et le CDC, qui affectent chaque citoyen des États-Unis, un procureur de comté pourrait émettre des mandats et essayer de les délivrer. Ils auraient probablement besoin d’un groupe de miliciens, comprenant peut-être des adjoints du shérif et des membres de la garde nationale de leur État, pour pouvoir tenter quelque chose comme ça.

Mais si rien n’est fait, ces décès vont continuer à augmenter, car ils injectent maintenant des enfants âgés de 5 à 11 ans, et se préparent à injecter des bébés âgés de 6 mois à 4 ans, juste après le premier de l’an.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s