USA | La FDA émet un avertissement majeur sur un médicament de Pfizer alors que les réactions aux vaccins sont passées au crible

La FDA a récemment admis qu’un autre produit Pfizer suscitait de grandes inquiétudes. Elle met désormais en garde contre une classe de traitements anti-inflammatoires appelés inhibiteurs de JAK.

« Le régulateur américain de la santé a ajouté son avertissement le plus strict aux étiquettes des médicaments de Pfizer, Eli Lilly et AbbVie appartenant à une classe de traitements anti-inflammatoires appelés inhibiteurs de JAK, citant le risque de problèmes de santé graves et de décès chez les patients de 50 ans et plus », a rapporté Reuters vendredi, citant les fabricants de médicaments.

« L’ajout de l’avertissement sur les étiquettes fait suite à l’examen par l’agence du Xeljanz de Pfizer après que les premiers résultats d’un essai mené en février ont montré un risque accru de problèmes cardiaques graves et de cancer chez certains patients traités avec ce médicament », ajoute le rapport.

Cette évolution alarmante rappelle l’approbation précipitée du « vaccin » de Pfizer. En juin, le groupe de travail technique sur la sécurité des vaccins (VaST) du COVID-19 a noté l’effet indésirable chez des hommes vaccinés âgés de 16 à 24 ans. Le développement de l’affection cardiaque a été observé chez les adolescents et les jeunes adultes et était considérablement plus élevé après la deuxième dose chez les hommes.

Le représentant Thomas Massie a noté que les catégories attendues et observées dans le VAERS divergeaient considérablement pour la myocardite et la péricardite dans les groupes d’âge allant de 12 à 49 ans.

Les enfants et les jeunes adultes sont les moins susceptibles de souffrir de COVID-19 et les plus susceptibles de souffrir de myocardite à la suite du vaccin. Personne ne devrait être obligé de recevoir ce vaccin. Il est particulièrement mauvais d’imposer ce vaccin aux personnes qui se sont remises du virus.

Un chirurgien cardiaque à la retraite a récemment diffusé un avertissement à l’AHA selon lequel les marqueurs d’inflammation cardiaque augmentent considérablement chez les patients, parallèlement à l’augmentation des taux de vaccination par le mRNA Covid.

L’avertissement adressé à l’AHA est clair : « Les patients présentaient un risque de problèmes graves de 1 sur 4 après les vaccins, contre 1 sur 9 avant. »

Le mémo controversé, qui est un appel à des recherches supplémentaires, a suscité une réaction négative parmi les points de vente qui tentent de contrôler le récit. Mais elle est plus corroborée que ne le laissent entendre les médias grand public.

Une publication scientifique hébergée par le NIH a exploré la relation potentielle entre les « vaccins » à ARNm et les rapports d’inflammation cardiaque en juillet 2021.

« Au 26 juin 2021, un total de 322 millions de doses de vaccin ont été utilisées, et jusqu’à présent, 79 enfants âgés de 16 ou 17 ans, et 196 jeunes adultes âgés de 18 à 24 ans ont été confirmés par le CDC comme ayant une myocardite/péricardite suite à la vaccination par le mRNA COVID-19 après avoir analysé les données du VAERS », souligne le document.

« Le rapport de risque ajusté pour les événements de myocardite et de péricardite chez les enfants et les jeunes adultes âgés de 16 à 24 ans a été déterminé comme étant de 0,94 (intervalle de confiance à 95 % : 0,59-1,52). Pour cette raison, la FDA américaine a ajouté un avertissement sur le risque de myopéricardite et de péricardite à la fiche d’information des vaccins à ARNm COVID-19. »

« Récemment, l’armée américaine a signalé 23 patients parmi les 2,8 millions de doses de vaccin ARNm COVID-19 administrées », poursuit le document. « Bien que le nombre observé de cas de myocardite soit faible, le nombre était plus élevé que prévu chez les militaires de sexe masculin après une deuxième dose de vaccin. »

« Dans un rapport du ministère israélien de la Santé, un homme sur 3000 à un sur 6000 âgés de 16 à 24 ans ayant reçu le vaccin COVID à ARNm a développé une myocardite et une péricardite », ajoute le document. « Quatre-vingt-dix pour cent des cas en Israël semblent être des hommes. Bien que le taux de fond de myocardite dans cette population soit élevé, le taux après la vaccination est apparu comme étant 5 à 25 fois plus élevé que le taux de fond. »

 » L’Agence européenne des médicaments a également rapporté récemment que la myocardite et la péricardite peuvent survenir dans de très rares cas après la vaccination avec les vaccins COVID-19 Comirnaty [Pfizer-BioNTech] et Spikevax [Moderna].

« Le Comité recommande donc d’inscrire la myocardite et la péricardite comme nouveaux effets secondaires dans l’information produit de ces vaccins, ainsi qu’une mise en garde pour sensibiliser les professionnels de santé et les personnes prenant ces vaccins », note l’article. « Le comité de sécurité de l’Agence européenne du médicament (PRAC) a recensé 145 cas de myocardite dans l’Espace économique européen (EEE) chez des personnes ayant reçu Comirnaty et 19 cas suite à l’utilisation de Spikevax. Au 31 mai 2021, environ 177 millions de doses de Comirnaty et 20 millions de doses de Spikevax avaient été administrées dans l’EEE. À la fin du mois de mai 2021, l’incidence de la myocardite est de 1 par million pour Comirnaty et Spikevax dans l’EEE. « 

Ces données remettent donc en question la franchise des CDC et de la FDA vis-à-vis du peuple américain quant aux effets secondaires réels, alors même qu’ils ont recommandé que les enfants dès l’âge de 5 ans soient vaccinés. Le président Biden a d’ailleurs promis qu’il ferait tout ce qui est en son pouvoir pour que même les enfants de moins de 5 ans soient vaccinés contre l’ARNm.

En 2009, Pfizer a versé une somme colossale à la suite de la commercialisation frauduleuse d’un médicament.

« Le géant pharmaceutique Pfizer a accepté de payer 2,3 milliards de dollars pour régler les allégations civiles et pénales selon lesquelles il avait commercialisé illégalement son antidouleur Bextra, qui a été retiré du marché », rapporte le New York Times.

« Il s’agit du plus important règlement de fraude dans le domaine de la santé et de la plus importante amende pénale de tous les temps », a noté le Times.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s