Les « réactions graves » aux vaccins Covid sont beaucoup plus fréquentes que ne le montrent les données officielles : Voici les nouvelles preuves étonnantes

Le débat sur le vaccin Covid-19* repose depuis le début sur un certain nombre de contre-vérités démontrables. Aucun mensonge plus gros n’a été dit au public américain que les vaccins sont « sûrs et efficaces ».

Ce mantra incessant « sûr et efficace » a été répété à des millions d’Américains par des responsables de la « santé publique » en blouse blanche dans d’innombrables campagnes publicitaires, comme s’il s’agissait d’une page arrachée à l’expérience de Milgram.

Depuis la disparition rapide de « 15 jours pour ralentir la propagation », que l’on peut surnommer le « père de tous les mensonges Covid », la deuxième partie de la campagne de marketing « sûre et efficace » en faveur de la vaccination universelle s’est effondrée dans les poubelles de l’histoire. L’efficacité des vaccins Covid s’est évaporée si rapidement que des « rappels » sont déjà conseillés pour tous les Américains.

Le Dr Anthony Fauci n’a pas encore jeté l’éponge en proclamant que les personnes qui ont reçu la première série de vaccins Covid ne sont plus « complètement vaccinées ». Mais sa récente déclaration selon laquelle « nous pensons » que les rappels « fourniront probablement » le plus haut niveau de protection donne aux personnes en bonne santé suffisamment de temps pour rayer ce rendez-vous de rappel du calendrier.

La notion selon laquelle les vaccins « arrêtent la propagation » a fait naufrage. Malgré les promesses insipides du simplet septuagénaire à la tête du pays, il a été démontré que les vaccins sont un puissant vecteur de la variante Delta. D’éminents « fact-checkers » qui, d’ordinaire, soutiennent le président, ont même dû l’attaquer sur le mythe selon lequel les vaccins « protègent les autres ».

Les vaccins ne semblent même pas ralentir Delta de manière appréciable. Comme Becker News l’a rapporté en septembre, bien avant la courbe du Covid, une tendance se développait : « plus de vaccins, plus de Covid ». Comme nous l’avons vu dans divers cas dans le pays depuis lors, des taux de vaccination élevés ne se traduisent pas par des taux de cas plus faibles : Le Vermont est l’État le plus vacciné de la nation, avec 68 % de  » vaccins complets  » (pour l’instant), mais il enregistre néanmoins un pic massif de cas et d’hospitalisations liés au coronavirus.

Maintenant que nous avons établi que les vaccins ne sont pas aussi « efficaces » que ce qui était annoncé, il faut passer à l’étape suivante : Il existe des preuves qu’ils sont loin d’être aussi « sûrs ».

Il y a déjà eu des plaintes selon lesquelles le Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS) sous-déclarerait les réactions au vaccin Covid, bien qu’il s’agisse d’un système « passif ». Néanmoins, près de 670 000 événements indésirables ont été signalés après la prise du vaccin Covid-19, selon le site web du VAERS.

Bien que les CDC et la FDA donnent l’impression que beaucoup de ces effets secondaires sont de nature « mineure » – fièvre, maux de tête, frissons, fatigue, etc. – il y a de plus en plus de raisons de s’inquiéter de la prévalence d’événements indésirables (EI) liés au vaccin Covid qui sont de nature beaucoup plus grave.

Richard Baris, également connu sous le nom de People’s Pundit, est actuellement l’un des meilleurs sondeurs du pays. J’ai eu le plaisir de participer avec lui à une table ronde de TPUSA Orlando sur les questions d’intégrité électorale et je peux vous dire qu’il est un vrai spécialiste. En fait, je vous suggère de soutenir son travail de réforme de l’industrie corrompue des sondages en Amérique en envisageant de rejoindre sa communauté Locals.

Baris était préoccupé par la disparité notable entre les effets indésirables signalés dans les documents de Pfizer (voir ci-dessous) et le site Web du VAERS, et il a pris l’initiative de sonder directement les Américains sur leur expérience des vaccins. Il a dépassé le seuil critique nécessaire pour obtenir un échantillon représentatif d’importance nationale en interrogeant 2 414 électeurs inscrits dans tout le pays. De plus, il a suffisamment creusé pour cocher toutes les cases des sous-groupes représentatifs. Cela confère à ses résultats un solide intervalle de confiance de 95 % quant à leur valeur représentative.

Le sondage national sur les effets indésirables du vaccin Covid a été rapporté par Ace of Spades (qui commence par commenter les résultats surprenants du scrutin générique).

Le sondage Baris montre que les simples « effets indésirables graves » des vaccins Covid – décrits comme des événements si graves qu’ils « empêchent toute activité quotidienne » – ont été signalés à 5,2 % dans tous les groupes. Ce chiffre englobe les électeurs qui se déclarent démocrates, républicains et indépendants. Les électeurs indépendants présentaient le taux d’effets indésirables graves le plus élevé, soit 6,5 %.

Les données extrapolées donneraient, à l’échelle nationale, environ 9,4 millions d’événements indésirables « graves », ce qui, à lui seul, éclipse 14 fois les rapports du VAERS. Mais si l’on considère l’ensemble des événements, 63 % des Américains qui se font vacciner subissent un événement indésirable quelconque. Étant donné que 194 millions d’Américains seraient « entièrement vaccinés », soit près de 60 % de la population, il est impossible de concilier les rapports du VAERS et l’ampleur monumentale des effets indésirables communiqués par ce sondage fiable et digne de confiance.

Les sondeurs ne sont pas les seuls à tirer la sonnette d’alarme sur les événements graves liés au vaccin Covid : Les cardiologues signalent à l’American Heart Association (AHA) un énorme pic de cas d’inflammation cardiaque.

Un chirurgien cardiaque a diffusé à l’AHA un avertissement selon lequel les marqueurs d’inflammation cardiaque augmentent considérablement chez les patients, parallèlement à l’augmentation des taux de vaccination par ARNm Covid.

L’avertissement adressé à l’AHA est clair : « Les patients présentaient un risque de problèmes graves de 1 sur 4 après les vaccins, contre 1 sur 9 avant. »

« Récemment, avec l’arrivée des vaccins à ARNm COVID 19 (vac) de Moderna et Pfizer, des changements spectaculaires du score PULS sont apparus chez la plupart des patients. Ce rapport résume ces résultats », a écrit le Dr Guidy, ajoutant : « Nous concluons que les [vaccins] à ARNm augmentent considérablement l’inflammation de l’endothélium et l’infiltration des cellules T dans le muscle cardiaque et peuvent expliquer les observations de thrombose accrue, de cardiomyopathie et d’autres événements vasculaires après la vaccination. »

Le pic des cas d’inflammation cardiaque a été particulièrement important chez les jeunes. Le Dr Jessica Rose, éminente critique du programme de vaccination universelle, s’est exprimée avec force sur la question, pour se heurter à la censure des « revues à comité de lecture. »

« Jessica Rose, PhD, vient de voir son article sur l’analyse VAERS de la myocardite rejeté après deux tours d’examen à ‘Reviews in Cardiovascular Medicine' », a noté le philanthrope Steve Kirsch, fondateur de COVID-19 Early Treatment Fund (CETF). « AUCUNE RAISON N’A ÉTÉ DONNÉE. Il s’agit d’une inconduite scientifique à son meilleur de la part des pairs examinateurs (et non du Journal). Jessica est de premier ordre ». Publicités

« Vous ne pouvez pas faire publier un article qui est anti-vaccin de nos jours », a-t-il ajouté. « Les universitaires ne croiront QUE ce qui est évalué par les pairs. Donc les vaccins sont sûrs parce qu’il n’y a pas d’articles qui disent le contraire, même si les données montrent le contraire. MAIS PERSONNE NE CONSULTE PLUS LES DONNÉES ».

Une interview avec Aga Wilson de News Voice a donné une présentation plus complète des vues du Dr Rose.

« Le Dr Jessica Rose, qui est normalement positive à l’égard des vaccins, affirme que le VAERS (Vaccine Adverse Event Reporting System), la base de données américaine sur les blessures liées aux vaccins, n’a réussi à recueillir qu’environ 1 % du nombre total d’effets secondaires graves liés aux injections d’ARNm », rapporte NewsVoice. « Le VAERS est, malheureusement, un système faible en ce qui concerne la manière dont les données sur les effets secondaires sont traitées, dit Rose. Elle a donc divisé les réactions indésirables et les effets secondaires en plusieurs catégories telles que la neurologie, l’immunologie, les organes reproducteurs et le cardiovasculaire. De cette manière, elle a créé un système d’alerte où il devrait être plus facile de voir si et, dans ce cas, comment les effets secondaires peuvent être liés aux vaccins à ARNm. »

« Rose affirme que les soi-disant ‘vaccins covidés’ ne sont pas de véritables vaccins mais plutôt des injections de matériel génétique », ajoute le rapport. « Plusieurs études ont été publiées, malgré les tentatives de censure de celles-ci, qui montrent que les protéines spike elles-mêmes sont très toxiques pour l’organisme. Ces protéines spike sont des protéines étrangères. »

« Le fait que des millions de personnes aient été injectées avec ces soi-disant ‘vaccins ARNm’ doit être considéré comme un crime contre l’humanité, estime le Dr Jessica Rose. »

Le Dr Rose présente le rapport des effets indésirables après l’injection. Il est intéressant de noter qu’aux alentours du septième jour, il y a un pic significatif dans les rapports d’événements indésirables post-injection qui ne sont pas signalés parce que la FDA et le CDC refusent de reconnaître qu’une personne a été vaccinée jusqu’à deux semaines après l’injection. Il s’agit d’un « trou de beignet » dans les rapports sur les effets secondaires de la vaccination. Il est examiné à 23 minutes de cette vidéo.

Le Dr Rose fournit également une analyse des événements indésirables signalés par le VAERS dans un document (légèrement daté) de septembre 2021.

Le Dr Rose note que l’augmentation de 1108 % des rapports VAERS ne s’explique pas par un excès de doses de vaccin. Elle décompose ici les EI par grandes catégories : cardiovasculaire, neurologique et immunologique.

Elle présente ci-dessous les changements cumulatifs dans les paramètres respectifs :

Dans l’analyse fournie à Steve Kirsch, le Dr Rose tente de réduire et d’estimer les « vrais » cas d’événements indésirables.

Il est important de noter que les documents de Pfizer révèlent qu’il devrait y avoir beaucoup plus d’événements indésirables que ce qui est officiellement rapporté ; cependant, nous ne pouvons pas dire combien, car Pfizer expurge ses documents qui ont été utilisés pour l’autorisation d’utilisation d’urgence par la FDA.

Comme Becker News l’a rapporté précédemment, la Food and Drug Administration a fourni son premier lot de documents « confidentiels », conformément à une action en justice intentée en vertu de la loi sur la liberté d’information par l’organisation Public Health and Medical Professionals for Transparency. Les documents caviardés étaient à la base de l’autorisation d’utilisation d’urgence par la FDA du « vaccin* » Pfizer-BioNTech, et des mandats fédéraux ultérieurs en matière de vaccins.

La FDA n’a pas l’intention de publier intégralement les informations relatives aux essais cliniques de Pfizer ayant servi à justifier son autorisation du « vaccin » pendant 55 ans. Deux mois après le dépôt de l’action en justice, la FDA a produit les 91 premières pages des « plus de 329 000 pages potentiellement conformes à la demande de FOIA du plaignant ». Les conclusions, tirées directement des documents produits, sont citées ci-dessous. Elles montrent que les EI sont beaucoup plus conformes à l’estimation des critiques qu’aux documents publics.

« On estime qu’environ [REDACTED] doses de BNT162b2 ont été expédiées dans le monde entier depuis la réception de la première autorisation temporaire d’approvisionnement d’urgence le 01 décembre 2020 jusqu’au 28 février 2021 », indique le document.

« De manière cumulée, jusqu’au 28 février 2021, il y avait un total de 42 086 rapports de cas (25 379 confirmés médicalement et 16 707 non confirmés médicalement) contenant 158 893 événements », poursuit le document de la FDA. « La plupart des cas (34 762) ont été reçus des États-Unis (13 739), du Royaume-Uni (13 404), de l’Italie (2 578), de l’Allemagne (1913), de la France (1506) et du Portugal (866). »

Vous trouverez ci-dessous un aperçu général des résultats rapportés pour les événements indésirables :

Le tableau énumère 1223 issues fatales dans les cas pertinents. Il est intéressant de noter que la tranche d’âge présentant le plus de cas pertinents est celle des 31-50 ans, qui n’est pas la tranche d’âge considérée comme étant à haut risque pour le Covid-19. La figure contient l’addendum :

Comme le montre la figure 1, les classes de systèmes d’organes (SOC) qui contenaient le plus grand nombre (≥2%) d’événements dans l’ensemble des données, étaient les suivantes : troubles généraux et anomalies au site d’administration (51 335 EI), troubles du système nerveux (25 957), troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif (17, 283), Troubles gastro-intestinaux (14 096), Troubles de la peau et du tissu sous-cutané (8 476), Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux (8 848), Infections et infestations (4 610), Blessures, empoisonnements et complications procédurales (5 590), et Investigations (3 693).

Le nombre d’événements indésirables dans les catégories suivantes est indiqué ci-dessous. Annonces

La même table, suite :

L’auteur de Substack, Aaron Siri, attire l’attention sur les remarques faites par Pfizer lui-même au sujet du « grand nombre de rapports spontanés d’événements indésirables ».

Citation :

L’un des documents produits est une analyse cumulative des rapports d’événements indésirables post-autorisation du [vaccin] reçus jusqu’au 28 février 2021, soit à peine 2 ½ mois après que le vaccin ait reçu l’autorisation d’utilisation en urgence (EUA). Ce document fait état des événements indésirables survenus après la vaccination qui ont terminé le  » cycle de travail  » de Pfizer, tant aux États-Unis qu’à l’étranger, jusqu’au 28 février 2021.
Pfizer explique, à la page 6, qu' » en raison du grand nombre de rapports spontanés d’événements indésirables reçus pour le produit, [Pfizer] a donné la priorité au traitement des cas graves…  » et que Pfizer  » a également pris de multiples mesures pour aider à atténuer la forte augmentation des rapports d’événements indésirables « , notamment  » l’augmentation du nombre de collègues chargés de la saisie des données et du traitement des cas  » et  » l’embauche d’environ [EXPURGÉ] employés à temps plein (ETP) supplémentaires « . Demandez-vous pourquoi il est exclusif de partager le nombre de personnes que Pfizer a dû embaucher pour suivre tous les événements indésirables signalés peu après le lancement de son produit.

Le reste des documents obtenus par Public Health and Medical Professionals for Transparency peut être obtenu ici. L’association PHMPT soutient que la FDA doit impérativement faire preuve de transparence, d’autant plus que les Américains sont contraints de prendre ces « vaccins ».

Le fait que Pfizer se soit vu accorder une immunité totale de responsabilité avec sa frauduleuse « autorisation complète » devrait signaler aux décideurs politiques et aux électeurs américains que l’ensemble du programme de vaccination universelle est fatalement vicié.

Puisqu’il est établi que les vaccins ne sont ni sûrs, ni efficaces, et qu’ils n’arrêtent pas la propagation, les mandats de vaccination doivent cesser immédiatement.

*Étant donné que le produit BNT162b2 de Pfizer-BioNTech n’arrête pas la propagation du SRAS-CoV-2 et qu’il en réduit marginalement la transmission, il s’agit plutôt d’un traitement prophylactique et non d’un « vaccin ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s