Le gouvernement japonais dit aux citoyens : « Ne discriminez pas les personnes non vaccinées »

Bien que de nombreux grands pays aient rendu les vaccins COVID-19 obligatoires, le gouvernement japonais a demandé à ses citoyens de « ne pas discriminer ceux qui n’ont pas été vaccinés ».

L’Allemagne s’apprête à suivre l’Autriche en imposant des vaccins obligatoires. Les personnes qui refusent de se faire vacciner s’exposent à des amendes de plus en plus élevées, voire à des peines de prison.

Cependant, le Japon adopte une approche très différente, affirmant que les vaccins ne doivent être administrés qu’avec le plein consentement de l’intéressé et qu’ils ne doivent pas être utilisés comme des outils de coercition ou d’intimidation.

L’avis suivant a été publié sur le site Web du ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales ;

« Bien que nous encouragions tous les citoyens à recevoir la vaccination COVID-19, celle-ci n’est pas obligatoire ou obligatoire. La vaccination ne sera effectuée qu’avec le consentement de la personne à vacciner après les informations fournies. Veuillez vous faire vacciner de votre propre décision, en comprenant à la fois l’efficacité de la prévention des maladies infectieuses et le risque d’effets secondaires. Aucune vaccination ne sera effectuée sans consentement. S’il vous plaît, ne forcez personne sur votre lieu de travail ou autour de vous à se faire vacciner, et ne faites pas de discrimination à l’encontre de ceux qui ne se sont pas fait vacciner. »

Le site web du Premier ministre contient également une déclaration similaire.

« Les vaccins ne seront jamais administrés sans le consentement du bénéficiaire. Nous demandons instamment au public de ne jamais contraindre les personnes à se faire vacciner sur leur lieu de travail ou sur leur entourage, et de ne jamais traiter de manière discriminatoire ceux qui n’ont pas reçu le vaccin. »

Pendant ce temps, en Autriche, le gouvernement embauche littéralement des personnes pour « traquer » ceux qui refusent de se faire vacciner.

« Les pays occidentaux prétendent toujours être les premiers défenseurs des libertés civiles », écrit Noah Carl. « Mais à l’ère de la sécurité Covid, il semble que ce manteau soit passé au Japon. Peut-être le pays enverra-t-il une délégation d’experts en droits de l’homme pour apprendre à l’Occident ce qu’est la liberté individuelle. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s