Une importante étude norvégienne révèle que les vaccins COVID-19 interfèrent avec les règles des jeunes femmes

L’étude norvégienne a enregistré une pléthore de troubles menstruels après la prise de divers vaccins COVID-19, notamment des saignements abondants ou prolongés, des intervalles irréguliers ou des douleurs supplémentaires.

Les résultats préliminaires d’une vaste étude de population révèlent que près de deux fois plus de jeunes femmes norvégiennes ont eu des règles plus abondantes que celles auxquelles elles étaient habituées après avoir reçu leurs vaccins COVID-19.

Pour déterminer s’il existe un lien entre les injections de COVID-19 et divers troubles de la coagulation, l’Institut national de la santé publique (FHI) mène actuellement une vaste étude auprès de plus de 60 000 filles et femmes âgées de 12 à 80 ans en Norvège. Jusqu’à présent, les résultats préliminaires concernant les 6 000 femmes représentant la tranche d’âge 18-30 ans ont été publiés.

« Nous constatons dans cette étude qu’un certain nombre de femmes ont souffert de divers troubles après la première ou la deuxième dose du vaccin COVID », a déclaré Lill Trogstad, responsable du projet chez FHI doctor, dans un communiqué de presse.

La part des femmes qui ont déclaré avoir eu des saignements abondants est passée de 7,6 % avant la vaccination à 13,6 % après la vaccination. Cette proportion a encore augmenté pour atteindre 15,3 % après la deuxième injection.

Parmi les autres symptômes fréquemment signalés figuraient des saignements prolongés, des intervalles inhabituellement courts ou longs, des saignements intermittents inattendus, des règles très douloureuses ou même des douleurs menstruelles sans saignement.

Sur la base des résultats préliminaires, FHI a énuméré un certain nombre de conseils à l’intention des femmes qui ont connu des troubles menstruels, notamment le report d’une nouvelle vaccination jusqu’à ce que la cause ait été recherchée ou que les symptômes aient disparu.

Parmi les participantes, 59,4 % ont reçu Pfizer pour la première dose, tandis que 35,8 % ont reçu Moderna, 4,7 % AstraZeneca et 0,2 % Janssen (Johnson & Johnson). Pour la deuxième dose, 47,4 % ont reçu Pfizer et 52,6 % Moderna.

Au cours de l’été 2021, des femmes du monde entier ont commencé à signaler des troubles hémorragiques après avoir reçu un vaccin contre le coronavirus. Rien qu’au Danemark, leur nombre est passé de quelques dizaines à plus de mille en l’espace de quelques semaines. En novembre, le nombre de rapports dépassait les 3 900. La Norvège, cependant, est devenue la première nation à répondre par une vaste enquête auprès de la population, après avoir traité seulement 1 264 rapports.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s