Le narratif entourant la COVID-19 change à nouveau, alors que les escrocs cherchent leur prochain coup

L’émergence de la variante Omicron a représenté un défi unique pour les escrocs du COVID-19 dans le monde. D’une part, l’augmentation astronomique des cas due à la transmissibilité accrue a représenté une aubaine pour ceux qui cherchent à susciter la peur. Des mises à jour constantes des taux d’infection par le coronavirus, généralement représentés par des pourcentages d’augmentation effrayants, jonchent les médias sociaux.

D’un autre côté, Omicron étant beaucoup plus bénin que toute autre variante antérieure, les conséquences graves (décès et séjours en soins intensifs) sur lesquelles ces hystériques s’appuient pour défendre leur cause sont bien en deçà des niveaux des pics précédents. Cela ne veut pas dire que personne ne meurt, mais la moyenne des décès sur sept jours est inférieure à la moitié de ce qu’elle était pendant la vague hivernale de 2020-2021, bien que les cas soient beaucoup plus nombreux. Les hospitalisations sont également en baisse en comparaison.

Il n’y a pas vraiment de signe de diminution de la disponibilité des USI à New York, malgré un très grand nombre de cas de COVID.
À titre de comparaison, la disponibilité des lits d’USI était tombée à environ 15 % à la fin mars 2020.
Données provenant d’ici :
https://coronavirus.health.ny.gov/hospital-bed-capacity

Il faut donc que le discours change, sinon les gens risquent de recommencer à vivre leur vie au lieu d’écouter des cinglés trop en ligne portant le titre de  » Dr  » à côté de leur nom. En gardant cela à l’esprit, j’ai prédit il y a un peu plus d’une semaine que nous verrions un changement dans la mise en avant de la menace du « long COVID » à la lumière de la réalité du manque de virulence d’Omicron.

Le passage de « Omicron arrive, l’hiver de la mort approche » à « ouais, eh bien, tu peux toujours avoir un long COVID » va être spectaculaire.

Et bien sûr, Eric Feigl-Ding, l’un des plus grands escrocs du COVID, est passé à la prédiction de la fin de la société en raison de « lésions cérébrales » dues au « long COVID ». Ces gens sont aussi prévisibles que le soleil qui se lève.

Je sais que ces gens aiment chaque centimètre carré de mon glorieux corps nu.

Qu’est-ce qu’un « long COVID » ? Bonne chance pour trouver une réponse solide, fondée sur des preuves, à cette question. Il est généralement décrit comme un ensemble de symptômes qui pourraient être causés par les effets persistants d’une infection antérieure par le coronavirus. Le problème ? Les symptômes en question (brouillard cérébral, manque d’énergie, etc.) sont si génériques qu’ils pourraient littéralement être causés par des dizaines d’autres affections, voire par rien du tout.

Par exemple, comme RedState l’a rapporté il y a quelques mois, une étude britannique a examiné le « long COVID » chez les enfants. De façon incroyable, les résultats ont montré que les enfants du groupe de contrôle (c’est-à-dire ceux qui n’avaient jamais eu le COVID) présentaient une prévalence plus élevée de symptômes du « long COVID » que ceux qui avaient réellement été infectés aux intervalles de quatre et douze semaines de l’étude.

Qu’est-ce que cela vous apprend ? Eh bien, cela semble suggérer que le « COVID long » pourrait très souvent être simplement le fait de personnes humaines. Les êtres humains ont tendance à tomber malades, à avoir des maux de tête, à se sentir à l’écart, etc. de temps en temps. Attribuer chaque maladie précédente d’une personne à une infection passée au COVID est très douteux.

Et c’est ce qui en fait l’arnaque parfaite pour des clowns comme Feigl-Ding. Il n’a pas à prouver que le « COVID long » est très répandu et constitue un problème sérieux. Il n’y a pas à s’inquiéter du nombre de cas ou de statistiques probantes. Au lieu de cela, il peut simplement affirmer que toute une série d’affections courantes – qui n’ont probablement rien à voir avec le coronavirus – sont le résultat du « COVID long », puis vous demander de prouver le contraire. C’est un sacré coup monté, n’est-ce pas ?

Ces gens ne lâcheront jamais la pandémie, même si Omicron semble en être la fin. L’hystérie du COVID donne trop de pouvoir et de notoriété à des individus qui n’en auraient pas autrement. Cela signifie que l’escroquerie continuera, à moins que vous ne disiez que ça suffit.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s