Quercétine : Un flavonoïde qui combat le COVID comme l’hydroxychloroquine

La quercétine est un flavonoïde, un pigment naturel présent dans de nombreuses plantes et aliments comme les oignons, le thé vert, les pommes, la laitue à feuilles rouges et les baies. Elle a des effets antioxydants et anti-inflammatoires qui contribuent à réduire les gonflements, à réguler la glycémie et à diminuer le risque de maladie cardiaque.

Modern Discontent, un éditeur indépendant d’articles scientifiques sur le coronavirus de Wuhan (COVID-19), a publié une étude sur la quercétine et ses avantages par rapport à la maladie. Il a résumé la manière dont la quercétine aide à transporter le zinc, qui a une activité antivirale, dans les cellules du corps humain. Il a également été démontré qu’elle peut inhiber l’amarrage des récepteurs ACE2, ce qui contribue à empêcher l’attachement viral et éventuellement l’entrée du virus dans la cellule.

Les gens peuvent obtenir de la quercétine par le biais de leur alimentation.

Quercétine : Un flavonoïde qui combat le COVID comme l’hydroxychloroquine

01/05/2022 / Par Kevin Hughes, traduction : drapeaublanc.ca

La quercétine est un flavonoïde, un pigment naturel présent dans de nombreuses plantes et aliments comme les oignons, le thé vert, les pommes, la laitue à feuilles rouges et les baies. Elle a des effets antioxydants et anti-inflammatoires qui contribuent à réduire les gonflements, à réguler la glycémie et à diminuer le risque de maladie cardiaque.

Modern Discontent, un éditeur indépendant d’articles scientifiques sur le coronavirus de Wuhan (COVID-19), a publié une étude sur la quercétine et ses avantages par rapport à la maladie. Il a résumé la manière dont la quercétine aide à transporter le zinc, qui a une activité antivirale, dans les cellules du corps humain. Il a également été démontré qu’elle peut inhiber l’amarrage des récepteurs ACE2, ce qui contribue à empêcher l’attachement viral et éventuellement l’entrée du virus dans la cellule.

Les gens peuvent obtenir de la quercétine par le biais de leur alimentation.

Les aliments et les boissons qui contiennent de la quercétine sont le raisin, les baies, les cerises, les pommes, les agrumes, les oignons, le sarrasin, le brocoli, le chou frisé, les tomates, le vin rouge et le thé noir. Les oignons présentent le taux de quercétine le plus élevé par rapport aux autres produits testés, car ils en contiennent environ 300 mg par kilogramme.

La quercétine, l’un des flavonoïdes les plus courants et les mieux étudiés, se trouve également dans des remèdes à base de plantes comme le ginkgo biloba et le millepertuis.

Si vous prenez de la quercétine sous forme de complément, la dose la plus courante est d’environ 500 mg par jour, mais certaines personnes peuvent en prendre jusqu’à 1 000 mg par jour.

Les compléments peuvent également contenir d’autres substances, comme la bromélaïne ou la vitamine C, qui peuvent aider l’organisme à absorber la quercétine plus efficacement. Actuellement, la quercétine est étudiée pour ses avantages dans la lutte contre le SRAS-CoV-2 et elle montre des effets identiques à ceux de l’hydroxychloroquine. (Voir aussi : Combattre les infections virales avec le pouvoir de la quercétine).

D’autres découvertes montrent les avantages de la quercétine

La quercétine peut contribuer à entraver la libération de cytokines pro-inflammatoires et d’histamine en ajustant l’afflux de calcium dans la cellule. Elle équilibre les mastocytes et gère les propriétés fonctionnelles de base des cellules immunitaires, en inhibant toute une série de cibles moléculaires à des concentrations micromolaires, en régulant à la baisse ou en supprimant les voies et fonctions inflammatoires.

Il agit également comme un ionophore du zinc, c’est-à-dire un composé qui transporte le zinc dans les cellules humaines. C’est l’un des systèmes qui peut détailler l’efficacité observée avec l’hydroxychloroquine, qui est également un ionophore du zinc. Elle renforce la réponse de l’interféron aux virus, y compris le SRAS-CoV-2, en empêchant l’expression de la caséine kinase II (CK2), une enzyme fondamentale pour commander l’homéostasie au niveau cellulaire.

La revue de Modern Discontent comprend également des rapports d’essais cliniques liés à la quercétine dans le cadre du traitement du COVID-19.

Dans la première étude, qui n’a pas testé la quercétine de manière isolée, les personnes ayant reçu des gouttes de quinine et de la quercétine ont eu une incidence plus faible de COVID-19 par rapport au groupe de contrôle. Dans un autre essai, 76 participants atteints de COVID ont été traités avec de la quercétine et un autre groupe de 76 patients n’a reçu que des soins standard. Seuls 9,2 % des participants du groupe traité à la quercétine ont dû être hospitalisés, alors que 28,9 % des participants de l’autre groupe ont été hospitalisés.

Il a également été confirmé que la quercétine régulait à la baisse la capacité d’une cellule à générer de l’interféron de type 1 lorsqu’elle est attaquée par un virus. L’interféron n’attaque pas le virus mais indique à la cellule infectée et aux cellules qui l’entourent de fabriquer des protéines qui stoppent la réplication virale. En bref, la quercétine empêche la CK2 de s’immiscer dans l’action de l’interféron de type 1 afin que les cellules puissent recevoir le signal d’arrêt de la réplication virale.

La capacité antivirale commune de la quercétine a été attribuée à trois principaux moyens d’action, à savoir : se lier à la protéine de l’épi pour inhiber sa capacité à infecter les cellules hôtes, empêcher la réplication des cellules déjà infectées et réduire la résistance des cellules infectées au traitement par des médicaments antiviraux.

Des études confirment que la quercétine est bénéfique en tant que thérapie d’appoint

Parallèlement, deux études récemment publiées ont confirmé que la quercétine est bénéfique en tant que thérapie d’appoint dans le traitement ambulatoire précoce de l’infection légère par le SRAS-CoV-2.

Dans une étude, les patients du COVID qui ont reçu de la quercétine en plus des analgésiques et d’un antibiotique ont éliminé le virus plus rapidement que ceux qui n’ont pris que des analgésiques et des antibiotiques, tandis qu’un plus grand nombre de patients ont noté une réduction des symptômes.

Dans la seconde étude, une supplémentation quotidienne en quercétine pendant un mois a permis de réduire la fréquence et la durée des hospitalisations, le recours à l’oxygénothérapie non invasive, les soins intensifs et les décès.

Ces études ont prouvé que la quercétine, avec ses propriétés antivirales, anticoagulantes, anti-inflammatoires et antioxydantes, est essentielle dans le traitement de l’infection par le SRAS-CoV-2.

Regardez la vidéo ci-dessous pour en savoir plus sur les bienfaits de la quercétine.

https://www.brighteon.com/embed/6da58627-23d6-494b-823e-bde84762b169

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s