Les médias de masse américains appellent à « abolir la parentalité » et à forcer les parents à confier leurs enfants à l’État

The Free Tought Project : La société cotée en bourse Gannett Co, Inc. (NYSE : GCI) est le plus grand éditeur de journaux des États-Unis, touchant plus de 173 millions de personnes par mois avec des centaines de filiales. Ces derniers donnent aux lecteurs un sentiment de diversité, mais en réalité, ils font tous partie d’un même conglomérat médiatique de plusieurs milliards de dollars. Le réseau USA Today contrôle plus de 260 marques de journaux locaux quotidiens, les sociétés de services de marketing numérique ReachLocal, WordStream et ThriveHive et la société de médias britannique Newsquest.

Cet énorme conglomérat médiatique n’a aucun problème à utiliser ses multiples propriétés d’information pour créer des récits visant à modifier l’opinion publique. En fait, en mars dernier, TFTP a surpris le journal dans une tactique de propagande sans scrupules – en diffusant un contenu identique écrit pour différents États afin d’alimenter la peur des armes à feu. À l’époque, si vous tapiez sur Google « mass shooting surge », vous obteniez des résultats avec exactement les mêmes titres, mais pour des États différents.

Le titre se lisait comme suit : « Les fusillades de masse augmentent en Caroline du Sud alors que le pays fait face à un record. » En continuant à faire défiler les résultats, vous avez vu exactement le même titre pour d’autres États, comme la Floride, la Caroline du Nord, New York, le Wisconsin, la Pennsylvanie, le Tennessee, le Colorado, la Louisiane, l’Arkansas, l’Illinois, le Michigan, etc.

Dans les États qui n’ont pas connu de hausse des fusillades de masse, un titre différent a été utilisé, mais avec exactement le même argument. Par exemple, « Les fusillades de masse diminuent en Géorgie, mais le pays fait face à un record. » Ce titre a été appliqué à des États comme la Géorgie, l’Indiana, la Californie, le New Jersey, l’Oklahoma, l’Alabama et d’autres.

Étant donné leur propension à endoctriner leur base de millions de lecteurs, USA Today a été dans le collimateur du TFTP. Plus récemment, c’est-à-dire la semaine dernière, USA Today a lancé une campagne visant à normaliser la pédophilie. Le média a publié sur Twitter un long message affirmant que « Au cours des dernières décennies, la science sur la pédophilie s’est améliorée. L’une des découvertes les plus importantes est que la pédophilie est probablement déterminée dans l’utérus, bien que des facteurs environnementaux puissent influencer le passage à l’acte d’une personne qui a envie d’abuser d’elle. »

Après avoir publié ce fil, ils ont reçu un retour de bâton bien mérité et ont frénétiquement supprimé les tweets, affirmant que le fil manquait d’informations. Cependant, l’article mentionné dans les tweets reste en ligne, et tente d’attirer la sympathie sur les pédophiles en affirmant que « les pédophiles ne peuvent pas contrôler le fait qu’ils sont attirés par les enfants ».

Bien qu’il soit important d’étudier ce qui fait qu’une personne est attirée par les enfants, l’idée de normaliser cette attirance comme une préférence sexuelle ou une « tendance naturelle » qui se manifeste dans l’utérus est, au mieux, malavisée et, au pire, tout à fait infâme. Au vu de leur article le plus récent, il se pourrait que ce soit ce dernier.

Après avoir publié un article semblant normaliser l’attirance sexuelle envers les enfants, le réseau USA Today s’en est à nouveau pris aux enfants – cette fois en exhortant les lecteurs à les remettre à l’État – pour l’équité, bien sûr.

Dans un article du VC Star, l’un des postes californiens de USA Today, intitulé « La Californie devrait abolir la parentalité, au nom de l’équité », le média déclare sans ambages que « si la Californie veut parvenir à une véritable équité, l’État doit exiger des parents qu’ils donnent leurs enfants ».

Dans cet article, l’auteur tente de dépeindre les parents comme le problème de la société, en affirmant qu’ils transmettent des privilèges à leurs enfants, ce qui favorise une société inéquitable. S’il est vrai que les parents riches ont souvent des enfants riches, d’innombrables autres enfants s’extraient régulièrement de leur malheureux paradigme socio-économique.

Qui plus est, si l’on considère l’indice de pauvreté mondial, il n’y a jamais eu autant d’êtres humains vivant dans la faim, et – en dehors de la pandémie – ce chiffre s’améliore chaque année.

Mais selon le document, ce n’est pas suffisant et si nous voulons vraiment atteindre l’égalité communiste parfaite, nous devons rendre « l’éducation de vos propres enfants illégale. »

Comme il faudra du temps pour qu’une telle législation voie le jour, l’auteur suggère de ne pas attendre la loi et d’agir dès maintenant en enlevant les enfants pauvres à leurs parents pour les donner à des parents riches ou « les propriétaires pourraient échanger leurs enfants avec leurs voisins sans abri. »

Abracadabra, maintenant tout le monde est « égal ».

Non ironiquement, l’article passe complètement à côté du fait que cela ne favoriserait en aucun cas un résultat équitable. Au contraire, cela récompenserait simplement les enfants pauvres en leur offrant les maisons des riches et pénaliserait les enfants riches en les forçant à être sans abri. Mais la logique et la raison n’étaient pas attendues dans un tel ridicule.

L’auteur admet la nature dystopique d’une telle proposition, mais affirme qu’il s’agirait d’un moyen nécessaire à la réalisation d’un rêve collectif utopique dans lequel l’esprit de ruche des enfants sans parents peut être utilisé pour atteindre la grandeur.

Peut-être qu’une telle coercition semble dystopique. Mais imaginez la solidarité que créerait l’orphelinat universel. Les enfants, élevés dans un seul système, ne trouveraient-ils pas plus facile de collaborer sur les problèmes mondiaux ?

Si vous critiquez cette méthodologie, vous faites partie du problème, selon l’auteur, et vous êtes aveugle, « parce qu’ils ne peuvent tout simplement pas voir comment notre quête incessante d’équité pourrait donner naissance à un nouveau monde courageux. »

Bien que cet article de Joe Mathews soit classé dans la catégorie « opinion », le rêve humide de ce totalitaire a tout de même dû passer par un rédacteur en chef de USA Today et a été approuvé pour être publié.

Rien n’illustre mieux l’attitude d’un média à l’égard de l’avenir du monde que la publication d’articles appelant à retirer les enfants à leurs parents et à sympathiser avec les pédophiles. L’idée que les médias grand public, en général, aient encore une quelconque crédibilité à ce stade, est tout à fait stupéfiante – d’autant plus qu’ils ont poussé ce récit pendant près d’une décennie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s