Un groupe international d’avocats crée un grand jury sur les crimes contre l’humanité en lien avec la Covid-19

Un collectif d’avocats et de juristes, ainsi qu’un juge, du monde entier, représentant une organisation indépendante connue sous le nom de Tribunal populaire de l’opinion publique, au nom du Comité d’enquête Corona basé en Allemagne, se sont réunis pour entamer une procédure d’enquête criminelle afin de présenter ce qu’ils prétendent être des preuves de crimes contre l’humanité commis par des décideurs politiques en réponse à la pandémie de covid-19.

Le Grand Jury est une procédure modèle, ce qui signifie qu’à l’heure actuelle, il n’a aucun statut légal légitime. Cependant, le but de cette entreprise est de fournir à un grand jury, en l’occurrence le grand public, tout au long de la procédure, des déclarations juridiques et des éléments de preuve – y compris des témoignages, affirmant qu’une activité criminelle délibérée a eu lieu de la part de l’accusé. Dans l’espoir que l’exposition de ces preuves puisse provoquer de véritables accusations et mises en accusation criminelles à l’avenir.

Le comité est composé de l’avocate Virginie de Araujo Recchia (France), du juge Rui Fonseca E Castro (Portugal), de l’avocate Claire Deeks (Nouvelle-Zélande), de l’avocate Viviane Fischer (Allemagne), de l’avocat Dr. Reiner Fuellmich, (Allemagne) ; Avocat N. Ana Garner, (USA) ; Avocat Dr. Renate Holzeisen, (Italie) ; Avocat Tony Nikolic, (Australie) ; Avocat Dipali Ojha, (Inde) ; Avocat Dexter L-J. Ryneveldt (Adv.), (Afrique du Sud) ; l’avocate Deana Sacks, (USA) ; et l’avocat Michael Swinwood, (Canada).

Dans un communiqué de presse de six pages, ils lancent des accusations contre des dirigeants et des responsables politiques du monde entier, en déclarant –

« Cette enquête du Grand Jury sert de modèle de procédure juridique pour présenter à un jury (composé des citoyens du monde) toutes les preuves disponibles des Crimes contre l’Humanité du COVID-19 à ce jour contre les « dirigeants, organisateurs, instigateurs et complices » qui ont aidé, encouragé ou participé activement à la formulation et à l’exécution d’un plan commun pour une pandémie. Les crimes faisant l’objet d’une enquête comprennent tous les actes accomplis ou omis par une personne dans le cadre d’un plan commun visant à commettre des crimes contre l’humanité, ainsi que tous les actes criminels de ce type condamnés par les différentes communautés de jurés dans le monde. »

« L’allégation est que les gouvernements du monde sont passés sous l’influence contrôlante de structures de pouvoir corrompues et criminelles. Ils se sont concertés pour mettre en scène une pandémie qu’ils planifiaient depuis des années. À cette fin, ils ont délibérément créé

une panique de masse par le biais de fausses déclarations et d’une opération psychologique élaborée par la société.

dont les messages ont été transmis par les médias d’entreprise. »

Le samedi 5 février, le comité s’est réuni pour prononcer les déclarations d’ouverture, en commençant par le Dr Reiner Fuellmich.

Au cours de la procédure, le Dr. Fuellmich a affirmé ce qui suit –

« Cette affaire, qui concerne les crimes les plus odieux contre l’humanité commis sous couvert d’une pandémie de corona, ne semble compliquée qu’à première vue ».

Elaborant plus loin,

« Mais lorsque vous rassemblez toutes ces pièces du puzzle comme nous le ferons pour vous avec l’aide d’experts renommés, vous verrez quatre séries de faits :

Premièrement, il n’y a pas de pandémie de corona, mais seulement une ‘plandémie’ de tests PCR alimentée par une opération psychologique élaborée destinée à créer un état de panique constant parmi la population mondiale », a expliqué Fuellmich. « Ce programme a été planifié de longue date. »

« Son précurseur finalement infructueux a été la grippe porcine il y a une douzaine d’années, et il a été concocté par un groupe de super riches psychopathes et sociopathes qui détestent et craignent les gens en même temps, n’ont aucune empathie, et sont animés par le désir de prendre le contrôle total de nous tous, les peuples du monde », a-t-il poursuivi, ajoutant qu’ils utilisent « les gouvernements et les grands médias » pour diffuser « une propagande de panique 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. »

Fuellmich a ensuite mentionné la suppression délibérée et coordonnée des traitements efficaces contre le covid-19, tels que la vitamine C, la vitamine D, le zinc, l’ivermectine et l’hydroxychloroquine. Cette suppression est le fait d’un établissement déterminé à donner la priorité aux « injections expérimentales inefficaces et mortelles ».

Il poursuit en reconnaissant ce que nous, ici à The Rundown Live, avons évoqué ad nauseam : la capture des institutions gouvernementales du monde entier par des organismes mondialistes tels que le Forum économique mondial.

« Nos gouvernements ne sont plus nos gouvernements, ils ont été pris en charge par l’autre partie à travers leur principale plateforme, le Forum économique mondial, qui a commencé à créer ses propres leaders mondiaux à travers son programme ‘Young Global Leaders’ dès 1992 », a déclaré Fuellmich, citant des personnalités telles que l’ancienne chancelière allemande Angela Merkel et Bill Gates parmi ses premiers diplômés.

Il a ensuite mentionné le lien avec l’agenda eugéniste ;

« Cela implique le contrôle de la population qui, selon eux, nécessite à la fois une réduction massive de la population et la manipulation de l’ADN de la population restante à l’aide – par exemple – d’injections expérimentales d’ARNm, »

Et le remplacement de la souveraineté nationale par une structure de pouvoir mondialiste plus centralisée ;

« Mais cela nécessite également la destruction délibérée de la démocratie, de l’État de droit et de nos constitutions par le chaos, de sorte qu’en fin de compte, nous accepterons de perdre nos identités nationales et culturelles et d’accepter à la place un gouvernement mondial unique sous l’égide de l’ONU – qui est maintenant sous leur contrôle total et celui de leur Forum économique mondial – un passeport numérique grâce auquel chaque mouvement est surveillé et contrôlé, et une monnaie numérique que nous ne pourrons recevoir que d’une seule banque mondiale – la leur, bien sûr ».

Enfin, il conclut en recommandant l’inculpation de six personnages clés :

le virologue allemand Christian Drosten
le directeur du NIAID américain, le Dr Anthony Fauci
le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus
le milliardaire Bill Gates
la société d’investissement BlackRock
le géant pharmaceutique Pfizer
Poursuivant, M. Fuellmich donne des précisions sur le panel d’experts, qui sera présenté dans les semaines à venir. Il s’agit notamment de l’ancien militaire James Bush, de la journaliste d’investigation Whitney Webb, d’anciens employés de l’Organisation mondiale de la santé, de responsables des services de renseignement britanniques et d’autres personnes qui expliqueront la signification historique et géopolitique de la crise actuelle. En commençant par l’opération Dark Winter, en passant par le scénario Rockefeller Lockstep, jusqu’à aujourd’hui.

Pour compléter le témoignage, le prochain groupe de témoins sera composé d’un assortiment d’experts en pneumologie, de professeurs, d’un cadre pharmaceutique et de biologistes, qui, selon Fuellmich, devront notamment

« nous expliqueront ce qui se cache derrière la légende de l’épidémie du marché humide de Wuhan. Ils montreront que le virus n’est pas plus dangereux que la grippe ordinaire. Le test PCR ne peut rien nous dire sur les infections, mais il est la seule base de toutes les mesures anti-Corona, y compris la mesure ultime, les soi-disant vaccins, et les soi-disant vaccins sont non seulement inefficaces, mais extrêmement dangereux. »

Le groupe d’experts suivant est composé de médecins du monde entier, notamment de Suisse, du Texas, d’Afrique du Sud, d’Angleterre et d’Allemagne. Tous témoigneront des politiques malavisées des organismes gouvernementaux qui suppriment intentionnellement les traitements efficaces pour atténuer la propagation et la gravité du virus.

Ils appelleront ensuite le groupe suivant d’experts, dont le Dr Mike Eaton, le professeur Sucharit Bhakdi et le Dr Robert Malone, entre autres de France et d’Allemagne.

« Ils nous montreront que, alors que le virus n’a pas causé de surmortalité, qu’il a un taux de survie de 99,97 %, les injections tuent maintenant des gens et ont causé une surmortalité allant jusqu’à 40 % depuis septembre, en raison d’un empoisonnement par une protéine de pointe et de l’arrêt de notre système immunitaire. »

Le comité va ensuite faire appel à de nombreux experts des États-Unis, de France, de Belgique et d’Allemagne, dont le Dr Mattias Desmet, professeur de psychologie renommé.

Ils expliqueront comment diverses mesures autoritaires ont été introduites dans la société et maintenues grâce à une apathie induite par une campagne de peur psychologique massive.

Enfin, les deux derniers groupes d’experts, des professeurs et des économistes des États-Unis et d’Allemagne, expliqueront l’implosion contrôlée de l’économie mondiale par l’imposition de mesures économiquement destructives. L’objectif final technocratique des programmes de monnaie numérique et de passeport numérique mondial.

Enfin, la commission entendra un assortiment de témoignages, dont ceux d’un journaliste d’investigation, d’un survivant de l’Holocauste et d’un expert en technocratie. Détaillant spécifiquement le rôle de l’eugénisme et de la dépopulation.

Bien que cette commission ait été préparée depuis près de deux ans, ses déclarations d’ouverture arrivent à point nommé. Elles interviennent quelques jours seulement après la publication d’un rapport explosif de l’Université John Hopkins, qui, par coïncidence, reprend en grande partie le même sentiment, et conclut une fois pour toutes que les mesures d’isolement n’ont pas permis d’empêcher la propagation du virus. S’ajoutant à l’accumulation de preuves affirmant la même chose, cela provoque maintenant un changement dans le dialogue public.

Comme nous l’avons déjà signalé, les mesures de confinement ont eu, parmi toutes les politiques relatives aux coronavirus, l’impact le plus dévastateur sur la civilisation. Non seulement en facilitant le plus grand transfert de richesse de l’histoire vers les riches et les puissants, coïncidant avec une catastrophe économique sans précédent qui a plongé plus de 130 millions d’humains dans la pauvreté.

Mais aussi en ayant des conséquences désastreuses sur la santé publique, provoquant des pics massifs de plusieurs troubles mentaux, d’automutilation, de suicide, de toxicomanie et d’overdose, de maltraitance des enfants, d’agression domestique, de famine, et une foule de décès évitables dus à des maladies non traitées. Au final, ils ont tué plus de personnes qu’ils n’en ont sauvées.

Fuellmich a conclu ses déclarations préliminaires en disant –

« Après que vous ayez entendu toutes les preuves, nous n’avons aucun doute que vous recommanderez des actes d’accusation contre tous nos défendeurs putatifs pour crimes contre l’humanité. Merci. »

L’intégralité des débats du premier jour du Grand Jury peut être visionnée ci-dessous.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s