La vérité qui dérange sur les véhicules électriques

L’Amérique se dirige peut-être vers un nouveau type de crise énergétique. Si la technologie du fracking nous assure encore une relative indépendance énergétique, il est fort possible qu’une crise de l’énergie électrique nous attende. Que se passera-t-il si la demande d’électricité dépasse largement l’offre au cours de la prochaine décennie ? Nous aurions alors une flambée des prix et des pannes d’électricité. Cette crise pourrait facilement être déclenchée par les véhicules électriques (VE) que l’administration de M. Biden encourage.

Par le biais d’un décret et d’un plan d’action associé, l’administration de M. Biden demande que 50 % de tous les nouveaux véhicules vendus en Amérique d’ici 2030 soient des VE. Cela signifie que 50 millions de nouveaux VE supplémentaires seront mis en circulation au cours des neuf prochaines années, dans le but de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES), notamment le CO2.

Le 13 décembre 2021, l’administration a annoncé son intention de dépenser 7,5 milliards de dollars pour construire 500 000 stations de recharge de VE à travers les États-Unis. Le financement de ce plan provient de la loi sur les infrastructures et l’emploi de 1,2 billion de dollars que M. Biden a signée le 15 novembre 2021.

Ensuite, le 20 janvier, le président Biden a signé le décret 13990 (Executive Order on Protecting Public Health and the Environment and Restoring Science to Tackle the Climate Crisis). Ce décret comprend un large éventail de politiques environnementales, notamment des normes d’économie de carburant pour les véhicules. La plus effrayante de ces politiques est un ensemble de nouvelles réglementations de l’EPA appelé SAFE, qui signifie « The Safer Affordable Fuel Efficient (SAFE) Vehicles Final Rule for Model Years 2021-2026 » :

La National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA) et l’Environmental Protection Agency (EPA) finalisent la mise à jour des normes CAFE (Corporate Average Fuel Economy) et d’émissions de gaz à effet de serre pour les voitures particulières et les camions légers et établissent de nouvelles normes, couvrant les années modèles 2021 à 2026.

Fait amusant : ces normes, imposées aux constructeurs automobiles, fixent la limite minimale d’économie moyenne de carburant (c’est-à-dire 40 miles par gallon) pour l’ensemble de leur flotte de véhicules. Un parc de véhicules à essence ne peut à lui seul respecter ces normes. Les constructeurs automobiles doivent donc vendre davantage de VE pour augmenter la consommation moyenne de carburant de l’ensemble de leur parc. L’un des moyens est de faire croire que les VE sont plus économes en carburant.

Sur l’autocollant de l’EPA apposé sur les nouveaux VE, vous verrez une désignation d’économie de carburant appelée MPGe (Miles Per Gallon equivalent). Elle est généralement supérieure à 100, ce qui fait croire aux consommateurs non avertis que le véhicule est plusieurs fois plus économe en carburant qu’un véhicule comparable gourmand en essence. Or, les VE ne sont pas vraiment plusieurs fois plus économes en carburant (mais c’est un sujet pour un autre jour).

Les Américains ont acheté ou loué environ 15 millions de voitures et de camions légers neufs en 2021 et ce chiffre devrait atteindre 17 millions d’ici 2030. En supposant que les ventes de VE passent de 2,3 millions en 2021 à 8,5 millions en 2030 (50 % des 17 millions), 50 millions de nouveaux VE supplémentaires seraient branchés sur notre réseau électrique. La grande question est donc de savoir d’où viendront les grandes quantités d’énergie dite « propre » pour recharger tous ces VE et ce qu’il en coûtera aux consommateurs.

Fait amusant : le prix moyen actuel de l’électricité que paient les consommateurs résidentiels est de 0,14 $ par kilowattheure (kWh), bien qu’il varie de 0,09 $ à 0,23 $ par kWh en fonction de l’offre et de la demande locales. Imaginez que le prix de l’électricité dans votre région augmente de 50 %. Ou pire, imaginez qu’il n’y ait pas d’électricité pour chauffer et refroidir votre maison ou… charger votre tout nouveau véhicule électrique.

La plupart des grands constructeurs automobiles (et quelques nouveaux constructeurs à la mode) se précipitent sur le marché avec des véhicules entièrement électriques. Cependant, ils ne dépensent pas des milliards de dollars pour développer des VE en raison de la demande des consommateurs. Au contraire, les normes onéreuses CAFE (Corporate Average Fuel Economy) et les normes d’émission de gaz à effet de serre imposées par l’EPA les obligent à se lancer sur le marché des VE.

Les dernières normes CAFE proposées par la NHTSA (National Highway Transportation Safety Administration) répondent directement au décret 13990 de Biden et exigent une augmentation considérable de 8 % par an (contre 1,5 % par an actuellement) de la consommation moyenne de carburant des flottes entre 2024 et 2026. Cela représente une augmentation moyenne de 12 miles par gallon par rapport à la norme de 2021. À terme, les véhicules à essence ne seront plus en mesure de répondre à ces normes, ce qui fera des véhicules électriques la seule véritable alternative.

Au cours des prochaines années, l’administration de M. Biden allouera 5 milliards de dollars aux différents États et attribuera 2,5 milliards de dollars supplémentaires à des entrepreneurs sélectionnés pour faciliter l’installation de 500 000 nouvelles stations de recharge. Simultanément, l’administration utilisera divers moyens réglementaires (normes CAFE, normes GES et crédits d’impôt pour les VE) pour mettre 50 millions de nouveaux VE sur la route d’ici 2030. Malheureusement, l’Amérique ne disposera pas de l’électricité nécessaire pour recharger ces VE, à moins de construire et d’agrandir dès maintenant les centrales électriques à base de combustibles fossiles.

Un VE moyen consomme plus de 25 kilowattheures (kWh) d’électricité pour parcourir 100 miles ou 3 000 kWh pour parcourir 12 000 miles par an. Cela signifie qu’il faudra 150 milliards de kWh d’électricité supplémentaires pour recharger 50 millions de nouveaux VE. En 2020, le total des ventes au détail d’électricité aux consommateurs finaux aux États-Unis était d’environ 3,7 trillions de kWh (3 700 milliards de kWh). Une augmentation de 150 milliards de kWh représenterait une hausse de 4 % de la demande totale au cours des neuf prochaines années, uniquement pour recharger les nouveaux VE !

Le réseau électrique américain est déjà mis à rude épreuve dans de nombreuses régions du pays. En 2020, la composition de notre production d’électricité était la suivante : 40 % de gaz naturel, 19 % de charbon, 20 % de nucléaire, 8 % d’éolien, 7 % d’hydraulique, 2 % de solaire et 4 % d’autres sources de combustible, ce qui signifie qu’environ 60 % de notre électricité provient de combustibles fossiles et 27 % de centrales nucléaires et hydroélectriques. L’administration ne prévoit pas de construire de nouvelles centrales nucléaires ou hydroélectriques.

Fait amusant : l’Amérique importe chaque année 47 milliards de kWh du Canada pour répondre à la demande de pointe. Les plus grandes centrales américaines fonctionnant au gaz naturel, comme celles de Gila Bend, en Arizona, peuvent produire 2,2 GW, et les plus grandes centrales au charbon, comme la centrale Robert Sherer en Géorgie, peuvent produire 3,5 GW d’électricité en continu, à pleine capacité. Mais comme l’électricité ne peut être stockée et que la demande fluctue considérablement en fonction des conditions météorologiques et de l’heure de la journée, les centrales électriques ne fonctionnent qu’à environ 40 % de leur capacité de production maximale, en moyenne. Ainsi, une centrale de 2,2 GW fonctionnant à 40% de sa capacité produit environ 7,7 milliards de kWh d’électricité utilisable en un an (2,2 GW x 40% x 8760 heures/an).

L’énergie éolienne et solaire continuera de croître, mais ces centrales sont loin d’être assez grandes pour fournir l’énergie continue nécessaire pour répondre à la demande de 50 millions de VE supplémentaires. À titre d’exemple, la capacité du plus grand parc éolien d’Amérique, Alta Wind Energy de Californie, est de 1,5 gigawatt (GW) et la capacité du plus grand parc solaire d’Amérique, Solar Star de Californie, est de 0,6 GW. Pire encore, ils ne produisent de l’électricité que lorsque le vent souffle et que le soleil brille. Par conséquent, les parcs éoliens fonctionnent généralement à moins de 50 % de leur capacité et les parcs solaires à seulement 25 % de leur capacité. Un énorme parc éolien de 1,5 GW (32 000 acres) fonctionnant à 50 % de sa capacité produira environ 6,6 milliards de kWh d’électricité utilisable par an (1,5 GW x 50 % x 8760 heures/an) et un énorme parc solaire de 0,6 GW ne produira qu’environ 1,3 milliard de kWh par an (,6 GW x 25 % x 8760).

Voilà l’essentiel : Il n’y a pas assez d’énergie électrique disponible ou en projet pour alimenter 50 millions de nouveaux VE d’ici 2030. Il faudrait pour cela 150 milliards de kWh supplémentaires par an d’électricité livrable. Même les plus grandes centrales électriques ne fournissent qu’environ 8 milliards de kWh par an.

Pour atteindre les objectifs de l’administration en matière de changement climatique pour les VE, l’Amérique doit construire et mettre en service environ 20 nouvelles grandes centrales à combustible fossile ou plusieurs dizaines de nouveaux parcs éoliens et solaires. C’est impossible d’ici 2030, car il faut des années pour planifier, construire et mettre en service de grandes centrales électriques. Cela signifie que 2030 entraînera soit l’effondrement du réseau énergétique, soit l’immobilisation d’un grand nombre de voitures.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s