La déclaration conjointe Poutine-Xi sur une « nouvelle ère », une vision du monde commune

Le 4 février, en marge des Jeux olympiques de Pékin, Vladimir Poutine et Xi Xinping se sont rencontrés et ont publié une déclaration commune sur l’entrée des relations internationales dans une nouvelle ère. Richard Sakwa, professeur de politique russe et européenne à l’université du Kent, a qualifié cette déclaration de « document historique ».

En outre, Sakwa a déclaré à cet auteur qu' »il restera dans l’histoire comme un moment clé » où la vision occidentale du monde et des relations internationales a été fondamentalement remise en question.

Plutôt que de définir des politiques formulées sous forme de plaintes directes à l’encontre de l’Occident, ce document semble représenter un changement confiant dans lequel la Russie et la Chine prennent l’initiative et définissent un ensemble de principes et une nouvelle vision du monde partagée.

Une déclaration de principes aussi claire de la part des deux pays était attendue depuis longtemps. Il est significatif qu’ils l’aient publiée ensemble, en marge des Jeux olympiques boycottés (diplomatiquement) par les États-Unis, et à un moment où une nouvelle guerre froide se dessine et où des lignes rouges sont tracées par Poutine à propos de l’Ukraine et par Xi à propos de Taïwan.

L’une des caractéristiques les plus intrigantes de cette déclaration conjointe de 5 000 mots est la précision de la caractérisation de leur relation. La relation entre la Russie et la Chine y est décrite comme un partenariat stratégique global très étroit qui pourrait être, selon les mots de Poutine, « une relation qui ne peut probablement pas être comparée à quoi que ce soit dans le monde ».

Ce partenariat a également été décrit comme reposant sur trois choses à faire et trois choses à ne pas faire : être de bons voisins, de bons partenaires et de bons amis ; ne pas conclure d’alliance, ne pas s’opposer l’un à l’autre et ne pas prendre de mesures contre un tiers. Dans un article rédigé en 2021, Igor Denisov et Alexander Lukin font état d’une évolution dans laquelle le ministre chinois des affaires étrangères a proposé de remplacer les trois « ne pas » par trois « non » : « pas de lignes de démarcation, pas de zones interdites et pas de limites supérieures. » Bien que cette formulation soit vague, Denisov et Lukin suggèrent qu’il y a eu un certain degré de suppression des limitations et de rapprochement vers une alliance.

La déclaration conjointe pourrait être la première apparition officielle de la formulation des trois « non » : « L’amitié entre les deux États n’a pas de limites, il n’y a pas de domaines de coopération « interdits ». » En ajoutant qu’il s’agit d' »un nouveau type de relation » qui n’est pas « dirigé contre des pays tiers » et qui est « supérieur aux alliances politiques et militaires de la guerre froide », elle évoque la récente déclaration de Xi selon laquelle la « relation dépasse même une alliance par sa proximité et son efficacité. »

La nature conjointe de la déclaration est, comme me l’a dit Sakwa, elle-même « une expression des principes contenus dans le document. » En substance, il s’agit d’un catalogue de domaines dans lesquels la Russie et la Chine coopéreront, notamment le développement, la technologie, les transports, le changement climatique, la santé, le terrorisme, le contrôle des armements, la sécurité de l’intelligence artificielle, etc. Elles affirment également être prêtes à travailler avec tous les partenaires internationaux dans un monde multipolaire.

La primauté de la vision russo-chinoise ici est clairement démontrée par son inclusion en haut du premier paragraphe. Il cite la « multipolarité » comme le premier des « changements majeurs » de la « nouvelle ère ». Les deux parties expriment leur désir de voir l’ONU jouer un rôle dans un ordre mondial qui ne soit pas dirigé par un hégémon qui impose ses propres normes sur un échiquier unipolaire et qui fait peser « de graves menaces sur la paix et la stabilité mondiales et régionales et compromet la stabilité de l’ordre mondial. »

La déclaration conjointe souligne également qu’à l’ère nouvelle, « une tendance s’est dessinée en faveur d’une redistribution du pouvoir dans le monde » afin que chaque pays ait une voix qui « favorise des relations internationales plus démocratiques. » Et c’est là que nous arrivons à l’aspect le plus remarquable de la déclaration conjointe : l’accent mis sur la démocratie. Dans la déclaration commune sur les relations internationales à l’aube d’une nouvelle ère, la Russie et la Chine ressentent le besoin de faire la leçon à l’Amérique et à l’Occident sur la démocratie.

Cette leçon comporte deux parties : le gouvernement démocratique à l’intérieur d’un pays et la démocratie internationale entre pays dans un monde multipolaire.

La partie introductive appelle toutes les nations à « défendre des valeurs humaines universelles telles que la paix, le développement, l’égalité, la justice, la démocratie et la liberté ». Mais elle insiste sur le fait qu' »il n’existe pas de modèle unique pour guider les pays dans l’établissement de la démocratie » et que tous les pays doivent donc « respecter le droit des peuples à déterminer de manière indépendante les voies de développement de leur pays. »

La Russie et la Chine proposent une définition non conventionnelle de la démocratie, la définissant simplement comme « un moyen de participation des citoyens au gouvernement de leur pays en vue d’améliorer le bien-être de la population et de mettre en œuvre le principe du gouvernement populaire ». Il a bien sûr été souligné qu’il s’agit là d’une barre vraiment basse que les démocraties occidentales n’accepteraient jamais. En outre, il n’échappe pas au lecteur que les systèmes russes et chinois modernes n’ont jamais été connus pour leur adhésion aux « valeurs universelles » d' »égalité, de justice » ou même de liberté, et que oui, leurs « modèles » peuvent être très différents. Sakwa affirme donc que la Russie et la Chine font appel à un « principe sous-jacent… de « modernités multiples »… selon lequel il existe différentes façons d’être moderne – pas nécessairement occidental ».

Le document dit que chaque pays peut choisir sa forme de démocratie, en tenant compte de son contexte social, politique, historique et culturel et que seul le peuple du pays peut décider si son pays est une démocratie. Dans cette tradition, dit Sakwa, « Poutine s’est toujours considéré comme un démocrate », et le document insiste sur le fait que la Russie et la Chine sont « des puissances mondiales dotées d’un riche patrimoine culturel et historique [qui] ont des traditions démocratiques de longue date. »

La Russie a toujours puisé dans son propre héritage pour faire évoluer son système de gouvernement. « C’est pourquoi », explique Sakwa dans son livre, The Putin Paradox, « la « révolution démocratique » de la Russie a toujours semblé anormale du point de vue des théories classiques de la démocratisation. »

Mais la partie la plus importante de la déclaration commune est une pique à l’hypocrisie américaine qui insiste sur sa propre vision de la démocratie pour les nations mais interdit la démocratie entre les nations. Biden a défini son administration par la lutte générationnelle entre la démocratie et l’autocratie. Les États-Unis imposent la démocratie aux pays. Ainsi, l’embargo sur Cuba ne peut être levé tant que Cuba ne devient pas une démocratie multipartite. Mais Washington insiste également sur le maintien d’un monde unipolaire dans lequel la démocratie est refusée entre les nations et où les États-Unis règnent en autocrates. « Certains acteurs, accuse la déclaration, qui ne représentent qu’une minorité à l’échelle internationale, continuent de prôner des approches unilatérales pour résoudre les problèmes internationaux et de recourir à la force. »

Lukin souligne que la Russie et la Chine ont récemment commencé à souscrire à l’idée de « démocratisation des relations internationales », dans laquelle toutes les nations ont une voix égale. Au contraire, les États-Unis ont toujours hypocritement exigé la démocratie pour chaque nation tout en insistant sur leur rôle autocratique unique au niveau international.

C’est à ce niveau mondial que les deux nations ont défini leur vision alternative. À l’heure où la crise s’abat sur l’Europe de l’Est, dans l’arrière-cour de la Russie, et où les tensions s’exacerbent dans celle de la Chine, ce n’est pas une mince déclaration que de dire que leur « amitié n’a pas de limites ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s