Le monde est témoin d’une grave impasse alors que le « convoi de la liberté » prend de l’ampleur dans le monde entier

Après qu’un juge ait gelé les fonds de GiveSendGo qui affluent vers le  » convoi de la liberté  » qui secoue le Canada et maintenant le monde, le fondateur de la plateforme de financement affirme qu’il ne sera pas du côté des dirigeants gouvernementaux qui tentent de punir et d’intimider les manifestants pacifiques.

 » Cela n’affecte pas GiveSendGo parce que nous ne sommes pas soumis à ces ordres canadiens « , explique à AFN le fondateur Jacob Wells, faisant référence à la décision du 10 février de l’Ontario. « Les fonds continuent donc à affluer sur ces comptes sur GiveSendGo ».

Le média canadien National Post a rapporté jeudi que le gouvernement provincial de l’Ontario, déterminé à mettre fin à la manifestation massive qui bloque ses rues, avait obtenu une ordonnance du tribunal gelant les fonds qui s’élèvent maintenant à environ 8 millions de dollars américains.

GiveSendGo, qui se trouve maintenant au milieu de l’impasse entre le gouvernement et les camionneurs, est surtout connu comme un site de crowdfunding confessionnel, populaire pour les projets d’église, les urgences médicales et les voyages missionnaires.

AFN a rapporté cette semaine que le gouvernement autoritaire du Canada, après avoir verrouillé la nation pendant deux ans, est témoin d’une campagne anti-mandat massive menée par des milliers de camionneurs défiants. Ces conducteurs avaient jusqu’à la mi-janvier pour obtenir le tampon COVID-19 s’ils voulaient continuer à faire du transport transfrontalier, mais au lieu de cela, un « convoi de la liberté » est parti de Vancouver et s’est garé dans le centre-ville de l’Ontario, le siège du pouvoir dans le pays.

La manifestation se serait étendue sur 40 miles et aurait rassemblé 50 000 personnes avant d’atteindre l’Ontario.

Ce qui a commencé en Ontario, par une minorité de conducteurs non vaccinés et défiants, a maintenant inspiré des protestations similaires aux États-Unis, où une randonnée à travers le pays est prévue, ainsi qu’en Australie, en Nouvelle-Zélande et dans de nombreux pays européens.

En France, un « convoi de la liberté » composé de voitures et de motos a fait face à des points de contrôle de la police dans la banlieue de Paris pour faire barrage à une caravane de 200 personnes, rapporte Reuters.

« Nous avons vu les Canadiens et nous nous sommes dit : « C’est génial, ce qu’ils font » », a déclaré un organisateur de la « Convoie de Liberte ». « En huit jours, boum, quelque chose a été déclenché ».

Cette semaine, les camionneurs canadiens protestataires se sont déplacés vers un passage frontalier clé près de Détroit, connu sous le nom d’Ambassador Bridge, afin de faire davantage pression sur le gouvernement canadien pour qu’il abandonne ses mandats.

Entre-temps, le Parti libéral, dirigé par le Premier ministre Justin Trudeau, mécontent et frustré, ne recule pas non plus. Malgré deux années de restrictions strictes du COVID, il a accusé les manifestants de nuire à la démocratie, à l’économie et au « quotidien » des citoyens. »

Doug Ford, le premier ministre de l’Ontario qui a coupé les dons de GiveSendGo, a annoncé vendredi qu’un « état d’urgence » a été déclaré pour mettre fin à l’impasse. Il a prévenu les camionneurs qu’ils risquaient de perdre leur licence commerciale et de se voir infliger d’énormes amendes et des peines de prison s’ils ne se conformaient pas à la loi.

Jusqu’à présent, après trois semaines de manifestations, les manifestants ont été traités de nazis racistes et de criminels violents ; ils ont été avertis que leurs enfants pourraient être emmenés par les autorités ; ils ont vu la police confisquer leur carburant et leur eau ; ils ont reçu l’ordre d’arrêter de klaxonner ou d’aller en prison ; et ils sont maintenant confrontés à une décision de justice qui les prive de leurs dons.

Pendant ce temps, les partisans du convoi de la liberté apprennent qu’ils sont aussi l’ennemi du gouvernement. Une vidéo devenue « virale » sur Twitter montre un agent de police de l’Ontario se rendant au domicile d’une femme non identifiée après que celle-ci a parlé du Freedom Convoy dans un message sur Facebook.

« C’est une mesure proactive », explique l’agent de police à propos de sa visite, « pour s’assurer que vous comprenez vos droits en matière de protestation pacifique ».

« J’espère que vous n’allez pas gaspiller l’argent des contribuables en faisant ça à tout le monde », répond malheureuse la femme, « mais maintenant nous savons que nous sommes surveillés ».

Selon Wells, le fondateur de GiveSendGo, le site de financement GoFundMe a fait l’objet d’intimidations pour avoir été utilisé pour aider le Freedom Convoy et a cédé à la pression du même gouvernement qui menace maintenant GiveSendGo.

« Nous ne nous laisserons pas intimider », insiste M. Wells.

Le rédacteur en chef de Human Events, Jack Posobiec, qui soutient le Freedom Convoy, a déclaré cette semaine à ses 1,6 million d’abonnés sur Twitter que le Canada pourrait mettre fin à l’impasse en abandonnant les mandats.

« La raison pour laquelle ils ne le feront pas », a-t-il écrit, « c’est parce qu’il ne s’agit plus des mandats. Il s’agit de pouvoir. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s