La Biélorussie prête à déployer des «armes supernucléaires» en cas de «menaces de pays inamicaux»

Le président de la Biélorussie s’est dit prêt à déployer des «armes supernucléaires» sur son sol. «S’il n’y a pas de menaces de pays inamicaux envers la Biélorussie, il n’y aura pas besoin d’armes nucléaires ici pendant cent ans», a-t-il tempéré.

Le président biélorusse Alexandre Loukachenko a affirmé le 17 février que la Biélorussie serait prête à accueillir des «armes supernucléaires» en cas de «menaces» de la part de pays «inamicaux», en pleine crise autour de l’Ukraine. «Si nécessaire […] nous déploierons non seulement des armes nucléaires, mais aussi des armes supernucléaires, des armes avancées, afin de défendre notre territoire», a déclaré Alexandre Loukachenko, cité par les médias biélorusses.

Cela pourrait être le cas si des «mesures stupides» étaient prises par les «rivaux et adversaires» de la Biélorussie, a déclaré Alexandre Loukachenko. «S’il n’y a pas de menaces de pays inamicaux envers la Biélorussie, il n’y aura pas besoin d’armes nucléaires ici pendant cent ans», a-t-il ajouté.

Après la dislocation de l’URSS en 1991, la Biélorussie, comme d’autres ex-républiques soviétiques, avait renoncé aux armes nucléaires déployées sur son territoire et accepté de les restituer à la Russie. La Constitution biélorusse prévoyait alors que le pays reste une «zone sans nucléaire».

Cet article a cependant été remplacé dans la nouvelle version de la loi fondamentale proposée par Alexandre Loukachenko et sur laquelle les Biélorusses devront se prononcer par référendum le 27 février. Le texte exclurait désormais uniquement toute «agression militaire depuis le territoire biélorusse».

L’armée biélorusse a participé à la seconde partie d’exercices conjoints avec l’armée russe, dans un contexte tendu à la frontière russo-ukrainienne. 

Ces exercices avaient pour but de «travailler sur des missions visant à empêcher la pénétration de groupes de combattants armés, bloquer les canaux de livraison d’armes et de munitions, rechercher, bloquer et détruire les formations armées illégales et les groupes de sabotage et de reconnaissance de l’ennemi», avait détaillé le ministère russe de la Défense dans un communiqué. 

Le président Alexandre Loukachenko est attendu en Russie le 18 février pour un entretien avec son homologue et allié Vladimir Poutine.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s