Le Cambodge met en place une surveillance totale de l’Internet grâce à une passerelle de données nationale unique

Ce que le Cambodge met en œuvre aujourd’hui va se répandre comme une traînée de poudre pour mettre fin à la liberté d’expression dans le monde entier. Cela a toujours été le plan de la cabale qui s’acharne à créer une gouvernance mondiale avec un contrôle total de tout ce que vous faites, dites et pensez. Gardez un œil sur cette question, car elle ne sera pas isolée au Cambodge ! – Jesse Smith, rédacteur en chef de Truth Unmuted

La nouvelle passerelle Internet nationale du Cambodge, de style chinois, sera mise en ligne le 16 février et acheminera tout le trafic Internet à destination, en provenance et à l’intérieur du pays via un point de données contrôlé par l’État, l’exposant ainsi à une surveillance complète du gouvernement.

Cette mesure risque d’avoir un impact négatif important non seulement sur la liberté d’expression, mais aussi sur les médias et les entreprises du pays.

Tous les fournisseurs de services Internet du pays sont tenus d’acheminer leur trafic via la passerelle. La révocation des licences d’exploitation ou le gel des comptes bancaires figurent parmi les sanctions prévues en cas de non-respect de cette obligation. En outre, tout le trafic entrant au Cambodge sera soumis à la censure.

Au nom de « l’ordre social, de la sécurité et des traditions… »

Le porte-parole du gouvernement, Phay Siphan, a insisté sur le fait que la nouvelle passerelle Internet était nécessaire pour « réprimer la cybercriminalité, maintenir la sécurité nationale et collecter des recettes. »

Tous les sites Web qui « portent atteinte au revenu national, à la sécurité, à l’ordre social, à la moralité, à la culture, aux traditions et aux coutumes » seront bloqués, a-t-il déclaré, ajoutant que « les Cambodgiens doivent comprendre que la liberté d’expression s’accompagne de responsabilités » et que « l’insulte ou la manipulation d’informations peuvent affecter la sécurité nationale ou la réputation des individus. »

Cependant, les détracteurs du « Grand Pare-feu » affirment qu’il ne s’agit pas d’une telle censure, mais d’un contrôle. Une analyse de la passerelle par Human Rights Watch suggère qu’elle « permettrait au gouvernement de surveiller toutes les activités sur Internet et accorderait aux autorités de larges pouvoirs pour bloquer et déconnecter les connexions Internet. »

La passerelle de surveillance arrive un an avant les élections générales de 2023 au Cambodge, avec une vue sur la façon dont les médias sociaux et autres canaux Internet ont été particulièrement efficaces pour exprimer et organiser l’opposition, plus récemment en Thaïlande et au Myanmar.

Un revers pour une économie numérique naissante

Jeff Paine, directeur général de l’Asia Internet Coalition, un groupe de pression régional, a déclaré que la passerelle « limitera la capacité des Cambodgiens à accéder à un Internet libre et ouvert et nuira considérablement à l’économie numérique naissante du pays ».

Outre un impact négatif sur les entreprises et l’entrepreneuriat numérique, la passerelle ne contribuera pas non plus à attirer des expatriés qualifiés et des nomades numériques dans le pays, disent d’autres personnes.

Les réseaux privés virtuels gagnent soudainement en popularité

Avant la mise en œuvre de la nouvelle passerelle Internet, de nombreux Cambodgiens se sont tournés vers les réseaux privés virtuels (VPN), qui permettent de contourner la censure en ligne en masquant l’adresse IP et l’emplacement physique de l’utilisateur, tout en cryptant le trafic Internet.

Jusqu’à présent, aucun rapport n’a fait état d’une répression des autorités cambodgiennes contre l’utilisation des VPN dans le pays.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s