L’embaumeur Richard Hirschman constate une « coagulation nouvelle et bizarre » dans 65 % des décès… Personne dans le secteur funéraire n’a jamais rien vu de tel auparavant

Quinze embaumeurs sont tous témoins d’une étrange coagulation mortelle chez des personnes, qui a commencé en 2021. Jusqu’à 65% des cas sont concernés. Tout comme les données du DMED, cette preuve est totalement ignorée par la presse grand public et la communauté médicale, ainsi que par le CDC et d’autres agences HHS. La seule explication qui corresponde à tous les faits est que les vaccins tuent massivement des Américains et qu’ils doivent être immédiatement arrêtés.

Rencontre avec Richard Hirschman, embaumeur en Alabama avec plus de 20 ans d’expérience
Richard Hirschman est un entrepreneur de pompes funèbres qui a repéré des caillots vraiment étranges chez des personnes décédées après le lancement des vaccins. Il a été interviewé par Jane Ruby dans l’émission Stew Peters Show. Avec près de 800 000 vues rien que sur Rumble, son interview est l’un des épisodes les plus populaires de l’histoire du Stew Peters Show.

J’ai été présenté à Richard par l’un de mes contacts. Richard embaume les gens depuis plus de 20 ans. Il vit en Alabama.

Voici mon interview de 53 minutes où nous abordons les implications profondes de ce que Richard a découvert : les vaccins tuent probablement environ 65 % des cas qu’il observe aujourd’hui. Il n’y a tout simplement aucune autre explication possible qui corresponde aux preuves.

Si vous pensiez que les vaccins COVID étaient sûrs et efficaces avant la vidéo, et que vous avez encore un cerveau en état de marche, je suis sûr que cette vidéo va vous faire changer d’avis car il n’y a qu’une seule conclusion possible : les vaccins COVID tuent un grand nombre de personnes et personne n’enquête.

Voici quelques-unes des choses les plus importantes que j’ai apprises de Richard :

Il a commencé à remarquer ces étranges caillots vers mai ou juin 2021. Il n’avait jamais rien vu de tel auparavant dans sa vie. Cependant, il admet qu’ils auraient pu commencer bien plus tôt et qu’il ne les avait tout simplement pas remarqués avant parce qu’il était très occupé.

Il n’a connaissance d’aucun cas où les caillots étranges ont été observés chez des personnes non vaccinées (à l’exception d’une personne non vaccinée qui a reçu une transfusion).

Il a commencé à suivre officiellement le nombre de patients présentant des caillots étranges à la fin de 2021.

Il dit qu’actuellement, plus de 50% des corps qu’il embaume ont des caillots étranges qu’il associe uniquement aux vaccins/boosters. Voici la bombe. Le CDC affirme que les décès dus au vaccin sont de 0 % et cet embaumeur, qui n’a aucun conflit d’intérêts, affirme que c’est maintenant plus de 50 % des cas qu’il voit. Ils ne peuvent pas tous les deux dire la vérité. L’un d’entre eux ment.

En janvier 2022, 37 sur 57 (65% de tous les cas) avaient ces caillots suspects. C’est énorme.

Son volume d’embaumement varie selon les jours. Parfois c’est un par jour, d’autres jours ça peut aller jusqu’à 6 ou 7. Il estime qu’il en fait en moyenne 2 par jour, ce qui représente plus de 600 corps par an. Même si les chiffres ne sont pas énormes, ils sont suffisamment importants pour qu’il soit peu probable que l’effet constaté soit dû à de petits nombres.

Il sous-traite ses services à diverses entreprises de pompes funèbres. En 2020, il a vu beaucoup de décès dus au COVID parce que les autres embaumeurs ne voulaient pas toucher à ces cas. Richard a récupéré le COVID, donc il n’avait aucun problème à traiter ces cas. Aujourd’hui, cependant, cette crainte s’est considérablement atténuée et il voit maintenant un échantillon plus représentatif (c’est-à-dire non biaisé) de personnes qui meurent. Ainsi, son chiffre de « plus de 50 % des décès » n’est que légèrement exagéré par le fait qu’un embaumeur voit un ensemble de personnes « non filtrées ».

Les personnes plus jeunes ont tendance à être incinérées, il ne verra donc pas ces cas.

Ses pairs (il a discuté avec 15 d’entre eux) voient la même chose que lui mais ne s’expriment pas publiquement. Je vois cela dans d’autres domaines, comme les responsables scolaires qui ont peur de révéler les taux élevés de myocardite dans leurs écoles. Par exemple, Nikki Daniels, directrice de l’école Monte Vista Christian School, ne parle pas des quatre cas de myocardite dans sa petite école privée (ce qui se traduit par un taux de myocardite que j’estime à plus de 1 sur 100).

Les médias grand public, la communauté médicale grand public et les agences HHS ignorent tous Hirschman et d’autres comme John Looney. Seuls les médias alternatifs l’ont contacté pour écrire un article.

PolitiFact l’a contacté pour essayer de le discréditer mais n’a finalement pas écrit d’article, probablement parce qu’ils n’ont pas trouvé de quoi l’attaquer.

Il n’y a pas d’autre explication à cela que nous puissions trouver. Il doit s’agir d’un nouveau produit injectable, utilisé pour la première fois en 2021, qui provoque des caillots sanguins et est injecté à plus de 50 % de la population. Il n’y a qu’un seul médicament qui correspond à ce critère : les vaccins COVID.

Aucun de ses amis embaumeurs qui ont vu les données ne prévoit de recevoir d’autres injections de vaccins COVID.

Moins de 1 % des personnes qui se font vacciner mourront. Comme le souligne le Dr Mike Yeadon dans les commentaires ci-dessous, le fait de mourir ou non est probablement une combinaison de la façon dont vous « absorbez » et « répliquez » l’ARNm, de la dangerosité du lot et d’autres facteurs.

La 5G pourrait-elle en être la cause ?

Quelques personnes ont spéculé qu’il était causé par le déploiement de la 5G en Alabama. Non, ce n’est pas du tout ça. Rien n’a changé dans la zone autour d’Hirschman. Nous avons vérifié.

Ces caillots pourraient-ils être causés par le COVID ?
La vérificatrice des faits de Politifact, Naseem Ferdowsi, n’a aucune expérience médicale. Elle a envoyé un message le 4 février 2022 disant qu’un embaumeur de Phoenix Arizona lui a dit que « des caillots sombres ont été trouvés chez les victimes du COVID bien avant que les vaccins soient disponibles. »

Il y a plusieurs problèmes avec cette hypothèse :

Les caillots sont des matériaux fibreux blancs (de toute évidence, la vérificatrice de faits n’a jamais visionné la vidéo qu’elle vérifiait).

Le nombre de décès dus au COVID dans le comté de Houston où Richard travaille est minuscule. Par exemple, le nombre de décès dus au COVID était de 9 en janvier, mais Richard en a eu 37 avec ces caillots. Il est donc impossible qu’ils soient dus au COVID.

Les pourcentages n’ont pas de sens. Seule une infime partie de tous les décès de janvier est due au COVID. Si 65 % des décès survenus dans le comté de Houston en janvier 2022 étaient dus au COVID, cela ferait la une des journaux. Dans d’autres régions (où se trouve Anna Foster), elle constate que 93 % des cas sont touchés. Cela ne peut tout simplement pas être dû au COVID.

Si ces caillots étaient causés par COVID, il est fort probable que quelqu’un l’aurait repéré avant 2021 et aurait réalisé une vidéo similaire.

Omicron est devenu la variante dominante du COVID en janvier dans tout le pays. Omicron ne tue pas les gens. Les gens meurent avec Omicron, pas d’Omicron. Par conséquent, si c’était lié au COVID, les caillots auraient disparu en janvier, et non pas atteint un niveau record.

Il y a eu un message sur un grand groupe de discussion d’embaumeurs avec plus de 14 000 embaumeurs. Seules quelques personnes ont contesté les affirmations faites.

Les embaumeurs ont tous commencé à voir ces caillots dès la fin décembre 2020, date à laquelle les vaccins ont été distribués. Aucune observation n’a été signalée avant cette date.

Cependant, nous savons tous ce qui va se passer, n’est-ce pas ? Je pense que nous verrons bientôt un article de PolitiFact affirmant que ces caillots sont causés par le COVID.

Un autre indice montrant que les personnes vaccinées meurent à un taux plus élevé que les personnes non vaccinées.
Un commentateur a déclaré que « seulement 61% ont reçu au moins un des vaccins et 49% deux vaccins en AL. »

L’implication est que vous ne pouvez pas avoir 65% des décès dus aux vaccins.

Mais ce n’est pas vrai du tout.

Si 61 % des personnes étaient vaccinées dans tous les groupes d’âge et que le vaccin était totalement sûr, on pourrait s’attendre à ce que 61 % des personnes décédées soient vaccinées.

L’observation de Richard selon laquelle 65 % des personnes décédées présentaient ces caillots signifie simplement que le vaccin semble causer la mort à un taux plus élevé que celui auquel on pourrait s’attendre si le vaccin était vraiment sûr et efficace.

Les personnes doublement vaccinées sont plus susceptibles de mourir, de sorte que le passage de 49% attendus à 65% suggère que les vaccins tuent des gens.

Estimation du nombre total de personnes tuées par les vaccins COVID à partir de ces données
Les données d’Hirschman sont explosives car elles établissent une proportion relative de personnes touchées que nous pouvons ensuite utiliser pour établir un taux absolu de décès.

Est-ce définitif ? Non. C’est juste un autre point de données de « vérification de l’équilibre ».

Disons donc que le taux réel de décès dus aux vaccins est de 40% de tous les décès, ce qui est inférieur au taux de 65% constaté par Hirschman.

Le CDC dit qu’environ 65 000 personnes meurent par semaine. Cela ferait donc 26 000 personnes par semaine tuées par le vaccin. Il a commencé à remarquer ces décès en mai (ils auraient pu commencer plus tôt), donc disons que cela ne s’est produit qu’au cours des 6 derniers mois pour être prudent.

26 semaines *26.000 décès/semaine=676.000 décès liés au vaccin.

C’est beaucoup de décès. Vous voyez donc pourquoi cette observation est explosive.

Même s’il se trompe de 1000 fois, ce vaccin est toujours trop dangereux pour être utilisé sur les humains.
Mais supposons que Hirschman se soit trompé d’un facteur 1000 et qu’il n’y ait eu que 676 décès. Cela rend ces vaccins 3 fois plus mortels que le vaccin contre la variole (qui tue 1 personne sur 1 million) et la variole est considérée comme trop dangereuse pour être utilisée.

Ainsi, même dans les hypothèses les plus ridicules, il n’y a pas d’autre façon d’interpréter ces données que de conclure que les vaccins sont dangereux et doivent être arrêtés.

Personne dans les grands médias, les universités ou le ministère de la santé n’est intéressé à parler à Hirschman.
Avec un taux de mortalité de 65%, on pourrait penser que le CDC mène une enquête active sur ce sujet pour collecter les données.

Vous penseriez également qu’après sa vidéo du 26 janvier, Hirschman serait contacté par le CDC, la FDA, le NIH, le NY Times, CNN, le Washington Post, et ainsi de suite, n’est-ce pas ?

Pas du tout.

Juste le Stew Peters Show (Jane Ruby), l’Epoch Times, PolitiFact, et la Newsletter de Steve Kirsch.

Personne dans le milieu universitaire traditionnel ne l’a contacté pour obtenir des échantillons de tissus à analyser ou pour rédiger ses résultats dans un article qui pourrait être soumis à une revue médicale afin qu’ils soient documentés.

Que puis-je dire ? Ils ne veulent tout simplement pas savoir.

En janvier 2022, 65% de ses cas d’embaumement présentaient ce « problème » mais personne ne veut s’y intéresser. Personne !

Je ne suis pas surpris. Ils ne veulent pas apprendre la vérité sur ces « vaccins ». Ils veulent juste raconter à l’Amérique un côté de l’histoire et censurer toute preuve qui va à l’encontre de ce récit.

Commentaires du Dr Mike Yeadon concernant le mécanisme d’action
Lors de l’évaluation de la causalité, l’un des principaux critères est un mécanisme d’action plausible. Voici les commentaires du Dr Mike Yeadon.

Steve, j’aimerais être choqué, mais aucun d’entre nous n’a compris que ces agents génétiques incitent notre corps à fabriquer de la protéine de pointe virale en quantités incontrôlées et dans des endroits anatomiques incontrôlés, et ne s’attendait à ce que la protéine de pointe fasse ce qu’elle fait en quantité : inciter le sang à coaguler.

J’ai reçu les résultats d’une enquête informelle menée pour le compte d’un conseiller financier auprès de sa liste de clients. Les questions portaient sur le fait de savoir si les clients ou les membres de leur famille connaissaient quelqu’un qui était tombé très malade ou était décédé après avoir été vacciné, et environ 2/3 des répondants ont répondu par l’affirmative. Les résultats m’ont été envoyés pour renforcer la banalité de ces blessures et de ces décès.

Je connais personnellement quatre décès et deux fois plus de maladies graves, mais pas encore mortelles, après des « vaccinations » du C19.

Je connais indirectement deux personnes dont on a dit qu’elles étaient mortes à cause du covid19. L’un était octogénaire et fragile et l’autre, sexagénaire, vivait avec un diagnostic de cancer en phase terminale.

Pensez à passer à un abonnement payant

Si vous aimez mon travail et que vous n’avez pas encore souscrit à un abonnement payant, pensez à le faire. Je fais don de tous mes revenus de Substack pour financer des activités qui aident à faire passer le message (comme le récent rassemblement « Defeat the Mandates » à Washington DC).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s