Des vaccins qui se propagent eux-mêmes, une « solution » au Covid ?…

Les médias sociaux ont révélé que les protéines de pointe et le graphène contenus dans les injections de Covid se transmettent des « vaccinés » aux « non-vaccinés », et beaucoup ont exprimé leur incrédulité face à cette possibilité. Ce concept est peut-être nouveau pour nous, mais il ne l’est pas pour ceux qui développent les injections de Covid.

L’une des premières mentions, à l’époque de Covid, que les vaccins à autodiffusion pourraient être utilisés pour stopper une pandémie de coronavirus a été faite le 31 janvier 2020 dans le Telegraph.

Le Telegraph plante le décor, exagérément dramatique, en commençant par :

« Les rues se sont vidées à Wuhan, la capitale tentaculaire de la province chinoise du Hubei. Des citoyens masqués, des points de contrôle et des zones de contamination ont fait que la ville ressemble plus à un cauchemar post-apocalyptique qu’à un foyer de 11 millions d’habitants.

« Les images de cette ville fantôme lugubre ont suscité la peur dans le monde entier, alors que le nombre de décès liés au nouveau coronavirus continue d’augmenter. Le gouvernement chinois a entrepris de construire un hôpital de 1 000 lits en 10 jours pour faire face à la pression accrue sur le système médical. »

Ainsi, le problème et la réaction de la dialectique hégélienne sont établis dans les deux premiers paragraphes. Mais bien sûr, l’article vise en réalité à nous présenter leur solution :

« Toutefois, si un remède est trouvé, le rythme auquel il sera distribué sera crucial. Une série de technologies sont en cours de développement pour accélérer la distribution de médicaments vitaux.

« L’une de ces technologies est celle des vaccins auto-diffusants, grâce auxquels le remède se propage dans la population de la même manière qu’un virus. »

Une recherche par mots-clés sur les cinq dernières années, à l’aide de Google trends, a montré que le public s’est peu intéressé à ce sujet, sauf pendant une période allant du 18 avril au 26 juin 2021. Ce qui est surprenant car il semble, à en juger par l’article du Telegraph, qu’il soit dans les cartons depuis avant que la « pandémie » ne quitte la Chine.

Google trends: Self spreading vaccine

« Mieux vaut prévenir que guérir, nous devrions donc commencer à utiliser des techniques génétiques pour empêcher les maladies animales dangereuses de sauter sur les humains », écrivait le New Scientist, en août 2020, dans un article affichant fièrement le titre : « Nous avons maintenant la technologie pour développer des vaccins qui se propagent eux-mêmes ».

Le New Scientist poursuit : « Pour les maladies infectieuses qui trouvent leur origine chez les animaux sauvages, comme le Covid-19, le SRAS, le MERS et Ebola, une solution consiste à empêcher la transmission à l’homme en premier lieu. Une solution possible consiste à créer des vaccins qui se propagent eux-mêmes dans une population animale. »

Il existe des preuves irréfutables que le SRAS-CoV-2 ne provient pas d’animaux sauvages, qu’il a été fabriqué par l’homme et que sa protéine de pointe est brevetée. Si nous le savons, ceux qui développent les « vaccins » le savaient bien avant la création de la « pandémie » de Covid. Il n’y a jamais eu d’avantage à « vacciner » les animaux pour empêcher la propagation à l’homme comme le prétendent les scientifiques cités dans le New Scientist.

« Ces « vaccins auto-diffusants » peuvent être développés d’au moins deux façons », a déclaré le New Scientist, « en appliquant un vaccin sur la fourrure des animaux capturés et en les relâchant » ou « une approche plus radicale » qui :

« … repose sur l’insertion d’un petit morceau du génome de l’agent de la maladie infectieuse dans un virus bénin qui se propage naturellement dans la population animale. Lorsque ce vaccin transmissible se propage d’un animal à l’autre, il les immunise contre la maladie infectieuse cible, ce qui augmente considérablement l’immunité au sein de la population animale et réduit le risque de contagion à l’homme. »

Comme tout « Covid » n’a été que de la fumée et des miroirs, et des mensonges flagrants, pensez-vous qu’ils ont sauté le « insérer un petit morceau du génome … qui se propage naturellement dans la population animale » et sont passés directement à l’insertion d’un petit morceau du génome de l’agent de la maladie chez les humains qui se propage naturellement ?

Dans un article de septembre 2020 intitulé « Coronavirus cure : Scientists plan bizarre ‘self-spreading vaccine’ to fight pandemic’, l’Express mettait en garde contre les conséquences involontaires néfastes des vaccins auto-disséminés : « on craint que les virus génétiquement modifiés n’évoluent vers des mutations qui les rendent dangereux pour les populations humaines et sauvages. » L’article poursuit en expliquant que :

« Un moyen rentable de permettre à un vaccin de se répandre « naturellement » dans le monde entier sans qu’il soit nécessaire de développer des milliards de doses un vaccin pour distribuer des injections en flacon … consiste à remodeler un « virus bénin » en ajoutant du matériel génétique de l’agent pathogène coronavirus et en infectant de grandes quantités de populations réservoirs ».

 » Pour qu’un virus génétiquement modifié s’auto-diffuse « , les scientifiques doivent d’abord inoculer directement une petite population par voie intraveineuse. Cette petite population va ensuite propager le virus par voie aérobie.

« Mais, le processus de fabrication d’un virus destiné à propager un vaccin qui protège la santé humaine pourrait facilement être détourné pour en développer un qui crée un virus humain mortel qui se propage rapidement dans le monde entier. »

Historiquement, cette militarisation de la technique du vaccin à propagation automatique a déjà été envisagée et éventuellement développée, écrit l’Express :

« Des scientifiques sud-africains ont développé un vaccin anti-fertilité pour cibler certaines populations pendant l’apartheid. Cette recherche sinistre portait le nom de code « Project Coast ».

« La Commission sud-africaine de la vérité et de la réconciliation, créée après l’apartheid, a été informée par les scientifiques à l’origine de ces recherches que le projet s’inscrivait dans le cadre des tentatives de l’Organisation mondiale de la santé de contrôler le boom démographique mondial. »

L’Afrique du Sud n’est pas le seul pays à être soumis aux ingrédients secrets des « vaccins » qui provoquent l’infertilité. En 2014, l’OMS et l’UNICEF ont été pris en flagrant délit d’administration de « vaccins antitétaniques » mélangés à des agents stérilisants à des filles et des femmes au Kenya.

Ce n’est pas la première fois que cela se produit, écrit African Globe, apparemment il existe un programme international bien coordonné pour utiliser des vaccins afin de stériliser secrètement les femmes dans les pays pauvres de toute la planète.

Si les dé-populationnistes ne sont pas satisfaits de leurs progrès en matière de « vaccins » anti-fécondité, comment pensez-vous qu’ils pourraient utiliser leurs « vaccins » pour accélérer leur programme ?

L’ambition d’injecter des « vaccins » autodisséquants ne s’arrête pas à Covid. Comme l’écrivait le New Scientist il y a presque 18 mois : « la technologie permettant de développer des vaccins transmissibles existe désormais. Des efforts sont actuellement en cours pour développer des prototypes pour plusieurs agents pathogènes humains importants, tels que les virus de Lassa et d’Ebola. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s