Et si les vaccins COVID-19 n’étaient pas vraiment des vaccins ?

Des éléments de preuve ont été mis au jour, indiquant clairement que les vaccins Moderna et Pfizer COVID-19 ne sont pas vraiment des « vaccins » au sens médical et juridique du terme, mais plutôt des « thérapies géniques expérimentales ». Si elle s’avère exacte, cette allégation a une portée et des ramifications juridiques considérables.

Cet article résume une présentation du Dr David Martin, analyste du renseignement national et fondateur de l’indice IQ100, un développeur de la génomique linguistique, et du Dr Judy Mikovits, biologiste moléculaire.

Dans cette présentation, le Dr Martin déclare, « Vous ne pouvez pas avoir un vaccin qui ne prétend pas aboutir à une immunité ou à un blocage de la transmission. » Il poursuit en disant : « Selon leurs propres brevets et documents de référence, ni Pfizer ni Moderna ne prétendent cela. Au contraire, ils classent leurs produits dans la catégorie « thérapie génique » ».

Le Dr Martin affirme que les produits Moderna et Pfizer « n’empêchent pas de contracter l’infection par le COVID-19, ni de la propager. Il s’agit en réalité de thérapies géniques expérimentales – contrairement aux vrais vaccins, qui utilisent un antigène de la maladie que vous essayez de prévenir, les injections de Moderna et Pfizer contiennent des fragments d’ARN synthétique encapsulés dans un composé porteur nanolipidique, dont le seul but est de diminuer les symptômes cliniques associés à la protéine de pointe S-1, et non au virus lui-même ».

Si les sociétés Moderna et Pfizer présentent effectivement leurs thérapies géniques expérimentales comme des vaccins authentiques, le Dr Martin affirme que « les ramifications juridiques de cette tromperie sont immenses – d’un point de vue légal, Moderna et Pfizer peuvent être qualifiés de pratiques trompeuses illégales en faisant des déclarations médicales sans preuve d’immunité et de blocage de la transmission par des essais cliniques. La loi américaine sur la Commission fédérale du commerce, 15 U.S. Code, section 41, interdit de telles pratiques trompeuses ».

Au cours de la présentation, diverses entités et personnes ont été identifiées comme soutenant la tromperie présumée susmentionnée, notamment les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies, un professeur de microbiologie et d’immunologie de l’Université de Caroline du Nord et d’autres personnes.

Pourquoi appeler un produit expérimental de thérapie génique un « vaccin » ? Le Dr Martin pense qu’il y a deux raisons fondamentales : 1) pour éviter la responsabilité en cas de dommages, et 2) si les produits étaient appelés thérapie génique ou une étiquette similaire, la plupart des gens refuseraient sagement de les utiliser.

Pour ce qui est d’éviter la responsabilité en cas de dommages, tant que les États-Unis sont en état d’urgence, des produits comme les « vaccins » COVID-19 sont autorisés en cas d’urgence. Tant que l’autorisation d’utilisation d’urgence est en vigueur, les fabricants de ces « vaccins » ne sont pas financièrement responsables de tout dommage résultant de leur utilisation. Toutefois, le Dr Martin affirme qu' »il n’existe pas de protection en matière de responsabilité pour une contre-mesure d’urgence médicale qui est une thérapie génique ». En fait, si la documentation que Pfizer et Moderna ont fournie à la Federal Drug Administration pour obtenir l’autorisation d’utilisation d’urgence peut être prouvée frauduleuse, alors il n’existe aucune protection juridique.

Compte tenu de ce qui précède, une multitude de procès de plusieurs millions de dollars sont possibles, voire probables, contre les deux sociétés pharmaceutiques par des parties qui ont été « blessées » d’une manière ou d’une autre par les inoculations de Moderna et Pfizer. En fonction des preuves produites, des inculpations criminelles peuvent également être envisagées.

Que doit-il se passer ensuite ? Le Dr Martin exhorte les citoyens à contacter le procureur de leur État, leur gouverneur, leurs représentants et toute autre personne susceptible de prendre des mesures pour traiter et corriger ce qu’il appelle une énorme fraude à l’égard du peuple américain. Il espère que sa présentation sera vue et prise en compte par des fonctionnaires ayant l’autorité nécessaire pour enquêter de manière approfondie sur ses conclusions.
Il déclare,

« Les entrepreneurs de la défense violent la loi de la FTC, et les entreprises de thérapie génique – et non les fabricants de vaccins – mènent des essais expérimentaux selon des pratiques médicales trompeuses. Ils prétendent être des « vaccins » sans preuve clinique et doivent être tenus responsables de leurs pratiques commerciales et médicales trompeuses. »

La nécessité de rendre des comptes s’étend à toute personne qui a encouragé l’utilisation des produits Moderna et Pfizer tout en sachant parfaitement qu’il ne s’agissait pas de vaccins authentiques tels que décrits dans le présent document.

Le Dr Martin déclare , « Les gouvernements mondiaux et les organisations sanitaires mondiales et nationales sont tous complices de cette tromperie illégale et doivent être tenus pour responsables. »

En conclusion, le Dr Martin fait un commentaire qui donne à réfléchir : « Ces injections ne sont pas des vaccins. Elles ne préviennent pas l’infection, elles ne vous rendent pas immunisé et elles ne préviennent pas la transmission de la maladie. Au contraire, elles modifient votre codage génétique ».

Compte tenu de ce qui précède, il est peut-être temps que plusieurs procureurs généraux d’État se regroupent et enquêtent de manière approfondie sur les activités de Moderna, de Pfizer et de diverses personnes dans cette affaire. Cette initiative pourrait prendre la forme d’un effort coopératif similaire entre plusieurs États, rappelant le procès Big Tobacco de 1998. Dans le cadre de cette action, 52 procureurs généraux d’États et de territoires ont finalement signé un accord de règlement global avec les quatre plus grandes compagnies de tabac des États-Unis afin de régler des dizaines de poursuites intentées par les États pour récupérer des milliards de dollars en coûts de soins de santé associés au traitement des maladies liées au tabagisme.

*
Paul S. Gardiner est un officier de l’armée à la retraite, un vétéran du Vietnam et un amoureux de l’Amérique. Il est diplômé de l’Université de Caroline du Nord, de l’Université d’Alabama et du United States Army War College. Il espère que la vérité finira par éclater au sujet des produits d’inoculation Moderna et Pfizer, ainsi qu’au sujet des déclarations faites par divers hauts fonctionnaires encourageant leur utilisation.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s