Tyrannie numérique : attention à la pression exercée par le gouvernement en faveur d’une monnaie numérique

« Les plus grandes tyrannies sont toujours perpétrées au nom des causes les plus nobles. »

-Thomas Paine

Le gouvernement veut votre argent. Il mendiera, volera ou empruntera si nécessaire, mais il veut votre argent par tous les moyens.

Les stratagèmes du gouvernement pour escroquer, tromper, frauder et, d’une manière générale, spolier les contribuables de leur argent durement gagné vont du gaspillage de la législation sur le porc, du copinage et de la corruption à la confiscation d’actifs, aux coûteux programmes de relance et à un complexe de sécurité nationale qui continue de saper nos libertés tout en ne nous rendant pas plus sûrs.

Les Américains ont également dû payer le prix fort pour les guerres sans fin du gouvernement, les subventions aux nations étrangères, l’empire militaire, l’État-providence, les routes qui ne mènent nulle part, les effectifs pléthoriques, les agences secrètes, les centres de fusion, les prisons privées, les bases de données biométriques, les technologies invasives, l’arsenal d’armes et tous les autres postes budgétaires qui contribuent à l’enrichissement rapide de l’élite des entreprises aux dépens de ceux qui ont du mal à joindre les deux bouts, c’est-à-dire nous, les contribuables.

Voilà ce qui résulte de ces projets de loi de dépenses de 1 500 milliards de dollars : quelqu’un doit payer la facture.

Comme l’appétit vorace du gouvernement pour l’argent, le pouvoir et le contrôle est devenu incontrôlable, ses agents ont imaginé d’autres moyens de financer ses excès et d’ajouter à ses largesses par le biais de taxes déguisées en amendes, de taxes déguisées en frais et de taxes déguisées en péages, tickets et pénalités.

Quelle que soit la quantité d’argent que le gouvernement prélève, ce n’est jamais assez, aussi le gouvernement a-t-il imaginé un nouveau plan pour permettre à ses agents de saisir encore plus facilement les comptes bancaires des Américains.

Place au dollar numérique.

Dans un décret publié le 9 mars 2022, le président Biden a demandé au gouvernement fédéral d’envisager la création d’une « monnaie numérique de la banque centrale américaine (CBDC). »

Semblables aux crypto-monnaies comme le bitcoin, les CBDC seraient également une forme de monnaie numérique, mais là s’arrête la ressemblance. Si elles sont adoptées, les CBDC seraient émises par la Réserve fédérale, le système bancaire central du gouvernement américain. Un dollar numérique CBDC aurait la même valeur qu’un dollar physique. Et comme le dollar physique, qui a cessé d’être soutenu par de l’or il y a plus de 50 ans, la CBDC serait considérée comme une monnaie fiduciaire émise par le gouvernement et soutenue par la force et le crédit du gouvernement américain. (Bien sûr, cela ne veut pas dire grand-chose étant donné que la plupart du temps, le gouvernement américain opère dans le rouge).

Bien que les agences gouvernementales aient six mois pour peser sur les avantages et les inconvénients d’une monnaie numérique centralisée, c’est comme si c’était fait.

Par exemple, trois semaines avant que l’administration Biden ne fasse les gros titres en se prononçant en faveur d’une monnaie numérique émise par l’État, le FBI et le ministère de la Justice ont discrètement avancé dans leurs projets de création d’une équipe chargée de l’application de la loi sur les crypto-monnaies (traduction : flics de l’argent numérique), d’une unité d’exploitation des actifs virtuels chargée d’enquêter sur les crimes liés aux crypto-monnaies et de saisir les actifs virtuels, et d’un tsar des crypto-monnaies pour superviser le tout.

Aucune surprise ici, bien sûr.

C’est ainsi que fonctionne le gouvernement : en nous donnant des outils pour nous rendre la vie « plus facile » tout en facilitant, par la même occasion, le suivi, le contrôle et la punition des citoyens par le gouvernement.

En effet, ce passage à une monnaie numérique est une tendance mondiale. Plus de 100 autres pays envisagent d’introduire leurs propres monnaies numériques.

La Chine a déjà adopté une monnaie numérique émise par le gouvernement, qui lui permet non seulement de surveiller et de saisir les transactions financières des citoyens, mais qui peut également fonctionner en tandem avec son système de notation sociale pour punir les individus pour leurs manquements moraux et leurs transgressions sociales (et les récompenser pour leur adhésion à un comportement sanctionné par le gouvernement). Comme l’a écrit Akram Keram, spécialiste de la Chine, dans le Washington Post, « avec le yuan numérique, le PCC [Parti communiste chinois] aura un contrôle direct sur la vie financière des individus et y aura accès, sans avoir besoin de faire pression sur les entités financières intermédiaires. Dans une société consommant des yuans numériques, le gouvernement pourrait facilement suspendre les portefeuilles numériques des dissidents et des militants des droits de l’homme. »

Là où la Chine va, les états occidentaux finissent par suivre.

Inévitablement, une monnaie numérique deviendra une partie de notre économie et un élément central des efforts de surveillance du gouvernement.

Si l’on ajoute à cela les initiatives ESG (Environnementales, Sociales et de Gouvernance) qui équivalent à des notes de crédit sur les médias sociaux pour les entreprises, on s’aperçoit que nous empruntons le même chemin que la Chine vers l’autoritarisme numérique. Comme le prévient le journaliste Jon Brookin : « La monnaie numérique émise par une banque centrale peut être utilisée comme un outil de surveillance gouvernementale des citoyens et de contrôle de leurs transactions financières. »

En tant que telle, la monnaie numérique fournit au gouvernement et à ses partenaires commerciaux un mode de commerce qui peut facilement être surveillé, suivi, tabulé, exploité pour des données, piraté, détourné et confisqué au moment opportun.

Ce mouvement en faveur d’une monnaie numérique s’inscrit dans la guerre contre l’argent liquide que le gouvernement mène subtilement depuis quelque temps déjà. Tout comme la guerre contre la drogue et la guerre contre le terrorisme, cette prétendue « guerre contre l’argent liquide » a été vendue au public comme un moyen de lutter contre les terroristes, les trafiquants de drogue, les fraudeurs fiscaux et, plus récemment, les germes COVID-19.

Ces dernières années, la simple possession d’importantes sommes d’argent liquide pouvait vous impliquer dans des activités suspectes et vous faire passer pour un criminel. Le raisonnement (de la police) est que l’argent liquide est la devise des transactions illégales, car il est plus difficile à suivre, peut être utilisé pour payer des immigrants clandestins et prive le gouvernement de sa part des « recettes », de sorte que la suppression de l’argent papier aidera les forces de l’ordre à lutter contre la criminalité et le gouvernement à réaliser davantage de recettes.

Selon l’économiste Steve Forbes, « la véritable raison de cette guerre contre l’argent liquide – commencez par les grosses coupures, puis allez vers le bas – est un affreux coup de force du grand gouvernement. Les gens auront moins de vie privée : Le commerce électronique permet à Big Brother de voir plus facilement ce que nous faisons, ce qui simplifie l’interdiction des activités qu’il n’aime pas, comme l’achat de sel, de sucre, de grandes bouteilles de soda et de Big Macs. »

Voilà comment une société sans argent liquide – facilement surveillée, contrôlée, manipulée, militarisée et verrouillée – tombe directement dans les mains du gouvernement (et de ses partenaires commerciaux).

Malgré ce que nous savons du gouvernement et de ses antécédents en matière de corruption, de maladresses et de violations de données, sans parler de la facilité avec laquelle la technologie peut être utilisée contre nous, le passage à une société sans argent liquide n’est vraiment pas difficile à vendre pour une société de plus en plus dépendante de la technologie pour les aspects les plus banals de la vie.

De la même manière que les Américains ont opté pour la surveillance gouvernementale grâce à la commodité des dispositifs GPS et des téléphones portables, l’argent numérique – le moyen de payer avec sa carte de débit, sa carte de crédit ou son téléphone portable – est en train de devenir le commerce de facto de l’État policier américain.

Il n’y a pas si longtemps, on estimait que les téléphones intelligents remplaceraient complètement l’argent liquide et les cartes de crédit d’ici 2020. Comme prévu, un nombre croissant d’entreprises ont adopté des politiques sans argent liquide, notamment certaines compagnies aériennes, hôtels, sociétés de location de voitures, restaurants et magasins de détail. En Suède, même les sans-abri et les églises acceptent les espèces numériques.

Dans son plaidoyer en faveur d’un portefeuille numérique, la journaliste Lisa Rabasca Roepe fait valoir que l’argent liquide n’est plus nécessaire. « De plus en plus de détaillants et d’épiceries adoptent Apple Pay, Google Wallet, Samsung Pay et Android Pay », note Roepe. « L’application PayPal est désormais acceptée dans de nombreuses chaînes de magasins, notamment Barnes & Noble, Foot Locker, Home Depot et Office Depot. Walmart et CVS ont tous deux développé leurs propres applications de paiement, tandis que leurs concurrents Target et RiteAid travaillent sur leurs propres applications. »

Alors, que se passe-t-il vraiment ici ?

Malgré tous les avantages qui accompagnent la vie à l’ère numérique – à savoir la commodité – il est difficile d’imaginer qu’un monde sans argent liquide dans lequel on navigue à l’aide d’un portefeuille numérique ne marque pas le début de la fin du peu de vie privée qui nous reste et ne nous rend pas vulnérables aux voleurs du gouvernement, aux pirates informatiques et à un État corpo-gouvernemental orwellien omniscient et omniprésent.

Tout d’abord, lorsque je parle de vie privée, je ne fais pas seulement référence aux choses que vous ne voulez pas que les gens sachent, ces petites choses que vous faites derrière des portes closes et qui ne sont ni illégales ni dangereuses mais embarrassantes ou intimes. Je fais également référence aux choses qui sont profondément personnelles et que personne n’a besoin de connaître, et certainement pas le gouvernement et sa police de fouineurs, de nounous, de voyeurs, de gardiens de prison et de petits bureaucrates.

Deuxièmement, nous constatons déjà à quel point il sera facile pour les agents du gouvernement de manipuler les portefeuilles numériques à leur profit afin de suivre vos déplacements, de surveiller vos activités et vos communications, et finalement de vous faire taire. Par exemple, les systèmes de confiscation des biens civils deviennent encore plus rentables pour les services de police grâce aux dispositifs ERAD (Electronic Recovery and Access to Data) fournis par le ministère de la Sécurité intérieure, qui permettent à la police non seulement de déterminer le solde de toute carte à bande magnétique (c’est-à-dire les cartes de débit, de crédit et les cartes-cadeaux), mais aussi de geler et de saisir les fonds se trouvant sur les cartes prépayées. En fait, la Cour d’appel du huitième circuit a statué que le fait pour la police de scanner ou de glisser votre carte de crédit ne constitue pas une violation du quatrième amendement. Attendez-vous à ce que ces chiffres montent en flèche lorsque les policiers chargés de l’argent numérique se montreront en force.

Troisièmement, une monnaie numérique émise par le gouvernement lui donnera le contrôle ultime de l’économie et un accès complet au portefeuille des citoyens. Si le gouvernement peut vanter la facilité avec laquelle il peut déposer les fonds de relance sur les comptes des citoyens, un tel système pourrait également introduire ce que les économistes appellent des « taux d’intérêt négatifs ». Au lieu d’être limité par un seuil de zéro sur les taux d’intérêt, le gouvernement pourrait imposer des taux négatifs sur les comptes numériques afin de contrôler la croissance économique. « Si l’argent est électronique, le gouvernement peut simplement effacer 2 % de votre argent chaque année », a déclaré David Yermack, professeur de finance à l’université de New York.

Quatrièmement, une monnaie numérique exposera les Américains – et leurs comptes bancaires – à une vulnérabilité financière encore plus grande de la part des pirates informatiques et des agents du gouvernement.

Cinquièmement, l’autoritarisme numérique redéfinira ce que signifie être libre dans presque tous les aspects de notre vie. Là encore, nous devons nous tourner vers la Chine pour comprendre ce qui nous attend. Comme l’explique Maya Wang, analyste à Human Rights Watch : « Les autorités chinoises utilisent la technologie pour contrôler la population dans tout le pays de manière plus subtile mais toujours puissante. La banque centrale est en train d’adopter une monnaie numérique, qui permettra à Pékin de surveiller – et de contrôler – les transactions financières des gens. La Chine construit des villes dites sûres, qui intègrent des données provenant de systèmes de surveillance intrusifs pour prévoir et prévenir tout, des incendies aux catastrophes naturelles en passant par la dissidence politique. Le gouvernement pense que ces intrusions, associées à des mesures administratives telles que le refus d’accès aux services pour les personnes figurant sur la liste noire, inciteront les gens à adopter des « comportements positifs », notamment un plus grand respect des politiques gouvernementales et des habitudes saines telles que l’exercice physique. »

À moins de revenir à un âge prétechnologique, luddite, il n’y a vraiment aucun moyen de faire reculer ce cheval maintenant qu’il a quitté la barrière. À notre détriment, nous n’avons pratiquement aucun contrôle sur les personnes qui accèdent à nos informations privées, sur la façon dont elles sont stockées ou sur la façon dont elles sont utilisées. Et en termes de pouvoir de négociation sur les droits à la vie privée numérique, nous avons été réduits à une position pitoyable et peu enviable dans laquelle nous ne pouvons qu’espérer et faire confiance à ceux qui sont au pouvoir pour traiter nos informations avec respect.

Avant l’adoption de toute monnaie numérique, nous avons besoin de lois plus strictes sur la confidentialité des données et d’une charte des droits électroniques qui protège « nous, les gens » contre la surveillance prédatrice et les pratiques commerciales d’exploration des données par le gouvernement et ses partenaires commerciaux.

Les ramifications d’un gouvernement – n’importe quel gouvernement – disposant d’autant de pouvoir non réglementé et non responsable pour cibler, suivre, rassembler et détenir ses citoyens sont plus que terrifiantes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s