La Russie détruit systématiquement les sites de l’OTAN en UKRAINE

Je dois admettre d’emblée que je n’avais aucune idée de l’ampleur de la présence de l’OTAN en Ukraine avant cette semaine. Je n’y avais tout simplement pas prêté attention. Mais les attaques foudroyantes de la Russie contre Yavoriv, Delyatyn, Mykolaiv et Zhytomyr ont attiré mon attention. Si vous ne faites pas attention, vous devriez.

Mon article le plus récent, La Russie exploite le flanc occidental de l’Ukraine, aurait dû s’intituler La Russie expose l’impuissance de l’OTAN. Cet article traitait des attaques sur Yavoriv et Delyatyn. Ma curiosité est pleinement piquée et je recherche maintenant sur Internet des documents des États-Unis et de l’OTAN décrivant leurs activités sur ces sites.

Avez-vous entendu parler de Zhytomyr ? Saviez-vous que l’OTAN a effectué une formation en cybersécurité pour l’Ukraine à Zhytomyr en septembre 2018 et a décrit l’Ukraine comme un « PARTENAIRE de l’OTAN ? »

Dans le cadre du programme OTAN d’amélioration de l’enseignement de la défense en Ukraine, des experts de pays alliés se sont rendus à l’Institut militaire de Zhytomyr (ZMI) Serhiy Korolylov du 24 au 28 septembre 2018 pour aider à l’élaboration d’un nouveau cours sur la cybersécurité. L’Ukraine est l’un des premiers partenaires de l’OTAN (avec la Tunisie) à élaborer un tel cours.

Les experts ont fourni des exemples concrets d’enseignement de la cybersécurité dans le contexte d’un institut militaire (académies militaires canadienne, polonaise et irlandaise), facilité par l’adaptation du programme de référence générique sur la cybersécurité. Ils ont également démontré un processus étape par étape pour développer un cours personnalisé pour un contexte national spécifique. Cela comprenait l’élaboration d’un syllabus et la présentation de plans de cours et d’exercices de laboratoire détaillés. L’exercice portait sur des cyberopérations, à la fois défensives et offensives, à l’appui d’un scénario de mission militaire globale.

L’OTAN formait l’Ukraine à des cyberopérations « offensives ». La Russie n’a pas eu besoin d’envoyer des agents de renseignement pour le découvrir. Il suffisait d’une personne capable de faire une recherche sur Google. Il ne s’agit pas d’une peur russe imaginaire. Elle est réelle. Elle est décrite en détail sur ce lien, dans les propres termes de l’OTAN.

La base ukrainienne de Myolaiv a également été touchée hier (samedi) :

Mykolaiv a une histoire avec l’OTAN et les États-Unis :

Alors que la tension monte entre la Russie et l’Ukraine en mer Noire, les États-Unis modernisent plusieurs bases navales ukrainiennes pour permettre aux navires de guerre américains et de l’OTAN d’accoster à quelques kilomètres de la Crimée contrôlée par la Russie.

Centré sur la base navale d’Ochakiv et l’installation militaire de Mykolaiv – à 40 miles à l’est d’Odessa et à moins de 100 miles au nord-ouest de la Crimée – l’effort financé par les États-Unis comprend le renforcement et la modernisation des jetées existantes et l’ajout d’un nouveau dock flottant, une clôture de sécurité autour des bases, des installations de réparation de navires et deux centres d’opérations maritimes flambant neufs à partir desquels les forces ukrainiennes et de l’OTAN peuvent diriger les exercices et coordonner les activités.

La Russie s’inquiète de cette menace depuis un certain temps. En juillet 2018, Radio Free Europe a rapporté que l’Ukraine était contrariée parce que la Russie donnait à certaines de ses unités militaires le nom de villes ukrainiennes :

Selon le Kremlin, les décrets de changement de nom ont pour but de « préserver les glorieuses traditions militaires et historiques, et d’entretenir la loyauté envers la patrie et le devoir militaire parmi le personnel militaire ». . .

En vertu des décrets, le 933e régiment de missiles s’appelle désormais le régiment du Haut-Dniepr, d’après le fleuve en Ukraine. Le 6e régiment de chars s’appelle désormais le régiment de Lvov, le 68e régiment de chars le régiment de Zhitomir-Berlin et le 163e régiment de chars s’appelle le régiment de Nezhin.

Les décrets utilisent tous l’orthographe russe des noms ukrainiens, qui sont en ukrainien Lviv, Zhytomyr et Nizhyn.

Avec le recul, il semblerait que la Russie ait envoyé un message très clair sur ses priorités stratégiques en Ukraine.

Enfin, il semble que l’OTAN et l’EUCOM soient occupés à nettoyer leurs sites Web de toute référence aux bases ukrainiennes qui ont accueilli les forces de l’OTAN et des États-Unis. J’ai trouvé ce qui suit en utilisant DuckDuckGo, mais le lien est cassé. Pensez-vous qu’il s’agisse d’une coïncidence ? Je ne le pense pas.

United States European Command :https://www.eucom.mil ‘ topic ‘ yavorivUnited States European Command Image. 3:19 PM 7/12/2016. Un aumônier des forces armées ukrainiennes et des soldats de la Garde nationale ukrainienne terminent une prière lors de la cérémonie de clôture de l’exercice Rapid Trident 16 à Yavoriv, en Ukraine, le 8 juillet 2016. L’exercice est un poste de commandement régional et un exercice d’entraînement sur le terrain qui implique environ 2 000 soldats de 13 ….

Je ne sais pas s’il existe d’autres bases où les forces militaires de l’OTAN et des États-Unis ont fourni une formation et/ou du matériel aux forces ukrainiennes. Si les événements de cette dernière semaine sont un indicateur des plans futurs, je ne voudrais pas passer du temps sur ces bases. Poutine est très clair : « nous allons les démilitariser ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s