Le président russe Poutine déclare la fin des monnaies occidentales et affirme que le monde se dirige vers des « réserves réelles » comprenant « la terre, la nourriture et l’or »

Le président russe Vladimir Poutine prédit que le monde s’éloignera du système financier dominé par les États-Unis après que Washington, ainsi que les gouvernements occidentaux, ont saisi les actifs monétaires de son pays dans le cadre de leurs sanctions pour l’invasion de l’Ukraine.

Dans une vidéo postée sur les médias sociaux, Poutine a dénoncé le « vol » des ressources de Moscou et s’est moqué de la notion selon laquelle les détenteurs de réserves monétaires du premier monde sont « fiables ».

« Permettez-moi de le répéter, l’ensemble de l’économie et du commerce mondiaux ont subi un coup dur, tout comme la confiance dans le dollar américain en tant que principale monnaie de réserve » du monde, déclare le dirigeant russe dans un clip traduit.

« Le gel illégitime d’une partie des réserves de devises de la Banque de Russie marque la fin de la fiabilité des actifs dits de premier ordre », ajoute-t-il. « En fait, les États-Unis et l’Union européenne ont manqué à leurs obligations envers la Russie. Maintenant, tout le monde sait que les réserves financières peuvent tout simplement être volées. »

Il a ajouté : « Et de nombreux pays dans un avenir immédiat peuvent commencer – je suis sûr que c’est ce qui va se passer – à convertir leurs actifs papier et numériques en réserves brutes de matières premières » telles que « la terre, la nourriture, l’or et d’autres actifs réels. »

Poutine prédit la disparition du dollar et de l’euro et la migration de tous vers des « réserves réelles de matières premières » comme « la terre, la nourriture et l’or ».

Les analystes économiques avisés prévoient l’avènement d’un monde qui sera à nouveau dominé par des monnaies fortes comme l’or et l’argent, ainsi que d’autres métaux précieux, en plus des actifs physiques comme les terres et la nourriture, car les monnaies fiduciaires en papier et les monnaies « virtuelles » comme le bitcoin ne sont pas seulement de moins en moins fiables, elles peuvent être – comme l’a dit Poutine – simplement volées à leur propriétaire comme si elles n’avaient jamais vraiment appartenu à quelqu’un d’autre.

Brett Arends, qui écrit dans MarketWatch, a relevé une déclaration d’un haut fonctionnaire russe la semaine dernière, à laquelle Poutine a fait allusion dans son discours.

« Voici un argument de poids pour ajouter dès maintenant des lingots d’or à votre portefeuille de retraite, à côté de vos actions et obligations. Et cela vient de Pavel Zavalny, le chef du parlement russe », commence sa chronique.

Il poursuit :

La semaine dernière, M. Zavalny s’est exprimé au sujet de toutes les sanctions économiques et financières imposées à la Russie à la suite de l’invasion de l’Ukraine. La plupart des articles consacrés à ses propos laissaient entendre que la Russie pourrait répondre aux sanctions en passant du dollar américain au « bitcoin » pour le commerce international.

Mais un regard sur la transcription rapportée montre quelque chose de tout à fait différent. Zavalny n’a ajouté le bitcoin qu’à la fin d’une longue liste d’autres devises et d’options commerciales, presque comme une réflexion après coup.

Ce qu’Arends a trouvé de beaucoup plus intriguant, c’est le point principal de Zavalny, bien qu’il ait été essentiellement négligé par la plupart des économistes (ou carrément rejeté comme insignifiant). Si d’autres nations veulent acheter de l’énergie et d’autres produits de base russes, à partir de maintenant « qu’ils paient soit en monnaie forte, et c’est de l’or pour nous, ou qu’ils paient comme il nous convient, c’est la monnaie nationale ».

La « monnaie nationale » étant le rouble.

Note Arends, « En d’autres termes, la Russie est heureuse d’accepter votre monnaie nationale – yuan, lire, ringgits ou autre – ou roubles, ou ‘monnaie forte’, et pour eux cela ne signifie plus des dollars américains, mais de l’or. »

« Le dollar cesse d’être un moyen de paiement pour nous, il a perdu tout intérêt pour nous », a encore noté Zavalny, décrivant le billet vert comme ne valant pas mieux que des « emballages de bonbons ».

Arends ajoute : « Qu’est-ce que cela va signifier ? Peut-être rien. Ou peut-être beaucoup. Surtout si l’exemple de la Russie est suivi par des pays tels que la Chine, l’Inde et d’autres – des pays qui pourraient ne pas apprécier la capacité de Washington à contrôler le système financier mondial grâce à son pouvoir monopolistique sur la monnaie de réserve mondiale. »

Si Poutine a raison, ces pays ne le feront pas.

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s