Les CDC confirment de multiples cas de myocardite chez des enfants âgés de 5 à 11 ans ayant reçu le vaccin de Pfizer

Les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) ont signalé huit cas de myocardite, un type d’inflammation cardiaque potentiellement mortelle, chez des élèves d’écoles primaires ayant reçu le vaccin Pfizer-BioNTech Covid-19.
En date du 10 décembre, le CDC a déclaré avoir reçu 14 rapports de myocardite chez des enfants âgés de 5 à 11 ans ayant reçu le vaccin. Parmi ceux-ci, huit rapports – concernant quatre garçons et quatre filles – répondaient à la « définition de cas de travail » de l’agence pour l’inflammation.

Cinq des 14 cas signalés font encore l’objet d’un suivi. Sur les huit cas acceptés par l’agence, six sont survenus après avoir reçu la deuxième dose du vaccin Pfizer, le seul disponible pour cette tranche d’âge.

Les rapports ont été mis en évidence jeudi parmi 3 233 autres événements indésirables post-vaccination signalés au Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS) des CDC.

Tout en notant que les cas avaient une « évolution clinique légère », les CDC n’ont pas confirmé s’ils pensaient qu’il y avait un lien direct entre les incidents de myocardite et le vaccin. Ils n’ont pas non plus révélé la fréquence des myocardites chez les personnes du groupe d’âge qui n’ont pas été vaccinées.

L’agence a déclaré qu’au 9 décembre, plus de 7 millions de doses de vaccin avaient été administrées dans le groupe d’âge 5-11 ans. Elle a également signalé deux décès d’enfants ayant des « antécédents médicaux compliqués », mais a noté que la majorité des effets indésirables signalés étaient « sans gravité ».

La semaine dernière, la directrice du CDC, Rochelle Walensky, a déclaré que l’agence n’avait « encore rien vu » concernant des cas de myocardite après la vaccination, et a affirmé que le vaccin était sûr pour les jeunes enfants. Mais un récent sondage a révélé que près des deux tiers des parents d’élèves du primaire n’étaient pas prêts à prendre le risque.

Lorsqu’elle a approuvé le vaccin à ARNm de Pfizer pour cette tranche d’âge en octobre, la Food and Drug Administration (FDA) a fait état de préoccupations concernant la myocardite et la péricardite – une inflammation des tissus entourant le cœur – chez les garçons âgés de 12 à 17 ans. Mais le modèle d’évaluation des avantages et des risques de la FDA prévoyait que les avantages du vaccin pour les enfants âgés de 5 à 11 ans « l’emporteraient sur ses risques ».

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s